ladytelephagy

Purple is the new black. Un blog qui parle de séries, c'est devenu assez habituel. La question, c'est : de quelles séries ? Séries méconnues, séries anciennes, séries japonaises... mais aussi séries récentes ! Venez, la téléphagie, c'est contagieux !

15-06-13

[#Ozmarathon] 6x02, this time it's different

Retour du Ozmarathon pour une salve toute exceptionnelle de reviews ! Aujourd'hui, je vous propose de rattraper le retard pris lors des derniers visionnage de notre EmCrew afin de préparer les adieux qui se tiendront ce soir à 20h sur Twitter. Et pour le premier de ces retours dans l'univers carcéral d'Oswald, c'est la glaçante Shirley Bellinger qui sera notre sherpa, puisqu'elle commente aujourd'hui depuis la crypte d'Emerald City les mutations des vivants...

Ozmarathon-6x02

Chose assez rare pour Oz, l'épisode s'ouvre sur deux intrigues mêlées ; fait encore plus rare, l'une de ces intrigues est relative à Beecher. Différents problèmes sont ainsi résumés en moins de 5 minutes : Oswald est en lockdown, les tensions sont à leur comble, et en raison de l'alerte de sécurité, Beecher n'est pas autorisé à se rendre aux funérailles de son père, exécuté par on ne sait qui pour le moment ; Beecher ne tardera pas à incriminer Schillinger, évidemment : éternelle danse de la mort oblige.
Pire encore, lorsque Tobias explique à Glynn que de toute façon son audition pour une liberté surveillée a lieu le lendemain, pour laquelle il a toutes ses chances, et que s'absenter pour les obsèques ne devrait pas poser problème, il apprend que l'audition a été reportée ; à croire que les scénaristes cherchent encore et toujours un moyen d'enfoncer plus encore leur victime préférée. "This is Oz, Beecher ; nothing makes sense", dira son compagnon de cellule d'un ton blasé. Pourtant, cette saison semble avoir au contraire beaucoup de sens.

L'énervement au sein de la prison n'est pas prêt de retomber, et rappelle d'autres escalades auxquelles nous avons assisté par le passé. Tout y est : la façon dont le gouverneur Devlin s'affiche à nouveau à la presse, dont il affiche devant Glynn une attitude sournoise, dont il utilise son influence pour ignorer les tensions raciales en dépit du bon sens... La différence, c'est peut-être que cette fois, il n'y a pas d'emballement entre prisonniers. La violence ne semble pas en pleine escalade. Les groupes ne sont pas à couteaux tirés. Pas plus que d'habitude, quoi, en-dehors de la mort de Schibetta Jr, tué et énucléé, de Timmy Kirk, mort de façon lumineuse, ou de Robson qui se fait violer. Tout cela est tristement habituel.
Contre toute attente, Schillinger et Beecher vont jusqu'à signer une trève : Schillinger promet même de ne pas se mettre en travers de la libération sur parole de Beecher ! On se croirait au pays des Bisounours, pour un peu !

...Et c'est là qu'intervient certainement la scène la plus choquante de tout Oz : Tobias Beecher est effectivement libéré. Je vais le redire lentement. TOBIAS. BEECHER. LIBRE.
De toutes les choses incroyables, inconcevables, impossibles que nous avons vues dans la série, celle-ci est sûrement la plus étrange à expérimenter. A plus forte raison parce que nous étions entrés avec lui dans les quartiers de la prison, et que se pose maintenant la question de savoir à quoi va ressembler l'expérience carcérale d'Oswald sans celui qui a été le visage de toute la série, de toutes ses évolutions, de tous ses messages.
C'est au moins aussi dur à avaler pour nous que ça l'est, vous l'aurez deviné, pour Chris Keller, qui apprend la nouvelle depuis le couloir de la mort (avec un petit bonus, l'annonce de la mort du père de Beecher, qui était l'avocat de Keller).

En isolement, les nouvelles sont différentes, mais pas vraiment meilleures : la reconstruction d'Oswald a été permise grâce à l'utilisation de nombreuses substances toxiques, et tous les prisonniers parqués en isolement sont malades. Lorsque le Dr Nathan proteste, Leo Glynn insiste pour garder l'affaire secrète, histoire de ne pas jeter de l'huile sur le feu qui consumme Oswald.
Quelques minutes plus tard, à un autre sujet, les mots "but it's unethical !" sortiront de sa bouche. Difficile de ne pas laisser échapper un sourire narquois.

Si certaines choses ne changent pas, pourtant tout est différent, de toute évidence. Peut-être parce que plusieurs des personnages majeurs de la série semblent faire leur possible pour devenir meilleurs, que ce soit conscient ou non, au lieu de s'enfoncer encore dans la spirale habituelle.
Ainsi, Alvarez, après des années à être la victime de la violence aussi bien du système que des autres prisonniers (violence qu'il a plusieurs fois retournée contre lui-même de surcroît), semble avoir totalement acquis la maîtrise de son être, à défaut d'être maître de son destin. Lorsqu'il a l'opportunité de jouer les espions pour Morales et ainsi réintégrer El Norte, il refuse avec calme, mais fermeté : "I got my parole in three years. Until that point, I'm Mahatma Fucking Gandhi", déclare-t-il sans craindre une seule fois la réaction de son interlocuteur (lequel lui a pourtant fait la misère de nombreuses fois par le passé). Au contraire, l'esprit tranquille, il retrouve sa mère pendant les visites, se réconcilie avec elle, et discute de Maritza ; pour enfin appeler cette dernière et lui laisser une longue déclaration d'amour au téléphone.
De son côté, Ryan n'est que famille, famille et famille. Il veut protéger sa mère, il s'enquiert du dossier de Cyril... l'intrigue autour de Ryan n'est pas forcément très longue dans cet épisode, mais elle rappelle clairement qu'il a perdu toute son ambition. Aujourd'hui, son talent pour la manipulation n'est plus utilisé que pour se débarrasser de quelqu'un qui voudrait nuire à ses proches, comme on le verra lorsqu'il paiera une petite visite à Pancamo. Bien-sûr, Ryan O'Reily a TOUJOURS mis la survie de son sang avant le reste, mais c'est devenu sa seule activité à présent. Il s'oublie et s'efface au profit de deux êtres qui comptent pour lui. La survie ne se double plus d'opportunisme.
Et puis, pour finir, il y a notre imam préféré. Kareem Saïd rêve de justice sociale, mais cette fois, elle n'a rien d'abstrait : il se sent investi d'une mission de quasi-syndicaliste lorsqu'il apprend qu'un programme de télémarketing va être installé au sein d'Oswald, ne payant même pas les prisonniers un revenu minimum, mais plutôt une somme dérisoire. Bien que positivement furieux (comme le soulignera Arif, habitué à le scruter pour prendre la températeur), il ne se révoltera pas : l'époque de la colère impossible à contenir est derrière Saïd. Il ira trouver ses réponses dans le (décidément très populaire) labyrinthe de McManus. Quelque chose dit qu'il les y a trouvées, on en saura plus une prochaine fois.

Presque indifférents à ce qui semble effrayer l'administration d'Oswald, les prisonniers semblent donc aller de l'avant. On ne peut que les y encourager alors que le compte à rebours a commencé.

Posté par ladyteruki à 18:31 - Plus on est de fous - Permalien [#]
Tags :