ladytelephagy

Purple is the new black. Un blog qui parle de séries, c'est devenu assez habituel. La question, c'est : de quelles séries ? Séries méconnues, séries anciennes, séries japonaises... mais aussi séries récentes ! Venez, la téléphagie, c'est contagieux !

29-11-12

Every. Single. Week.

En un début de saison qui a vu apparaître très peu de séries solides, Go On se démarque du lot de nouveautés, non seulement parce qu'elle a pris un départ anticipé mais aussi, et surtout, parce que la série fait preuve de qualités incroyables depuis lors.
De façon systématique.

Difficilement classable comme une comédie, et plutôt héritière des dramédies du câble, dont la fonction est d'émouvoir puis de faire passer la pilule avec un humour absurde et/ou un sens aiguisé de la surenchère, mais taillée pour un network, Go On a, au bout de 10 épisodes à l'heure actuelle, l'honneur d'être la seule nouveauté de la saison à avoir fait un parcours sans faute absolument chaque semaine, permettant au spectateur qui accroche à son ton et son sujet (ce n'est évidemment pas pour tout le monde ; dans un monde parfait, aucune série n'est prévue pour être pour tout le monde) de retrouver à chaque épisode, sans coup férir, tous les ingrédients qui font que le précédent a fonctionné.

GoOn-GroupHug

Sérieusement, faites le calcul : combien de séries sont capables de ça ?
L'autre jour, j'avais une conversation sur Twitter avec Nicolas sur les séries de network, ces dernières années, se montrant d'une qualité indéniable, réellement impressionnantes, et qui peuvent se permettre de tenir la dragée haute au câble niveau qualité ; pour tout dire notre liste était assez courte. En fait, notre liste commençait par The Good Wife, et se poursuivait essentiellement par des titres suivis de points d'interrogation.
Vous savez quelle est la série que j'aurais dû mentionner, pour l'immense respect qu'elle m'inspire semaine après semaine ? Go On. C'est bien, vous suivez.

La première fois que ça m'a frappée, je venais de finir l'épisode avec quelques larmes sur les joues, et j'ai réalisé que ça m'était arrivé à chaque épisode précédemment diffusé. J'avais sincèrement été émue par quatre ou peut-être 5 épisodes d'affilée. Mais non seulement ça, j'avais aussi sincèrement ri à chacun de ces épisodes. Et tout d'un coup j'ai essayé de réfléchir : combien de séries exactement obtiennent de moi le même résultat semaine après semaine, sans jamais m'ennuyer ni échouer à me surprendre ?
Pour autant que j'aime The Good Wife, pour reprendre cet exemple, même cette série a parfois quelques épisodes moins bons que les autres ; ou plus simplement, certains sont plus tragiques, plus légers, plus ambitieux, plus intelligents, plus haletants que les autres. Go On est chaque semaine à la hauteur de la précédente, et chaque semaine, délivre le même cocktail.

Et pourtant, malgré cette recette dont on pourrait croire qu'elle s'apparente aux techniques des procedurals, pas une fois Go On n'a semblé se répéter, ou s'autoriser à être prévisible.

Ce n'est pas simplement que Go On soit profondément attachante, qu'elle parvienne à parler intimement aux spectateurs ou que son humour barge soit efficace. Enormément de séries sont capables de ça. C'est qu'elle le fasse chaque semaine qui fait toute la différence.
J'ai failli protester contre moi-même qu'il y aurait peut-être Raising Hope, dans ce domaine, pour lui faire de la concurrence, car elle est chaque semaine un véritable bonheur à regarder. Sauf que ce n'est pas simplement la satisfaction qui résulte de son visionnage qui est nécessaire pour s'attirer les mêmes compliments que Go On. Même Raising Hope, depuis son démarrage, a connu des semaines plus ci ou plus ça ; ici plus d'humour, là plus de tendresse, là carrément de la romance. Pour l'instant, Go On semble totalement immunisée contre les irrégularités.

Et je crois qu'en réalité, c'est la raison pour laquelle Go On est absolument la seule série que je suis sans jamais l'oublier, ou reporter son visionnage d'une semaine. Ca m'arrive pour la plupart des séries d'être extrêmement flexible dans ma façon de les suivre, mais j'ai réalisé ce soir que celle-là, c'est une incontournable de ma semaine. Parce qu'elle délivre, invariablement, tout ce qu'elle a promis la semaine précédente.

Imaginez une série qui ne vous déçoive jamais, qui ne vous laisse jamais tomber, qui soit capable de marcher sur le fil comme un équilibriste absolument chaque semaine, et dont vous avez le droit de continuer à tout exiger. Cette série, pour moi, c'est Go On. Non seulement je sais ce que je viens chercher en la regardant, non seulement ce que je viens chercher est un travail d'acrobate insensé, mais je sais que je l'obtiendrai systématiquement.

Voilà une promesse que peu de séries de qualité peuvent se vanter de posséder. Y compris sur le câble. Comme quoi, les networks n'ont pas encore dit leur dernier mot, et heureusement.

Posté par ladyteruki à 23:18 - Review vers le futur - Permalien [#]
Tags : , ,