ladytelephagy

Purple is the new black. Un blog qui parle de séries, c'est devenu assez habituel. La question, c'est : de quelles séries ? Séries méconnues, séries anciennes, séries japonaises... mais aussi séries récentes ! Venez, la téléphagie, c'est contagieux !

04-10-12

You are now leaving The Bay

Quand j'ai découvert le pilote de Girl vs. Boy il y a quelques jours, je n'avais pas vraiment l'intention de regarder toute la saison qui avait été diffusée cet été en Nouvelle-Zélande. C'était l'un de ces pilotes que je regarde et apprécie, mais pour lesquels je n'envisage pas nécessairement de poursuivre l'expérience, parce que je ne me considère pas assez concernée.
Et pourtant, par curiosité, j'ai quand même été regarder le deuxième épisode. C'est là que j'aurais dû me douter, d'ailleurs, que, vu que la saison ne durait que 8 épisodes, j'allais probablement aller au bout, mais à ce stade je l'ignorais.
A raison d'un épisode chaque soir, j'ai, depuis, achevé la première (et pour l'instant unique) saison de Girl vs. Boy, et je dois dire que c'était vraiment frais, amusant, et charmant. Tout en n'étant pas prise de tête, la série parvient à trouver le ton juste qui lui permet de ne jamais prendre les spectateurs pour des simples d'esprit. Son enquête repose parfois sur peu de choses (ne vous inquiétez pas, je n'ai pas prévu de vous spoiler sur le "premier whodunit romantique de Nouvelle-Zélande" !), mais l'enthousiasme est tellement communicatif, les personnages si sympathiques, et les retournements de situation généralement si bien troussés, qu'on se laisse porter sans protester d'un bout à l'autre de ce mystère adolescent.

GirlvsBoy

Le mérite en revient d'une part aux scénaristes. Ils ont été capables de penser une intrigue simple, tout en garantissant qu'elle ne soit pas prévisible dés les premières minutes. La rupture du couple populaire de The Bay, Tim et Hailey, est évidemment un prétexte plus qu'un enjeu au suspense haletant, cela se voit comme le nez au milieu du visage ; mais même en sachant cela, impossible de détenir d'emblée toutes les pièces du puzzle de leur discorde.
Au-delà de cette espiègle petite enquête, Girl vs. Boy, comme son nom le sous-entend, est aussi l'histoire d'une véritable guerre de clans, et cette dimension ajoute énormément d'éléments comiques et de catastrophes complémentaires à l'énigme de départ. Au-delà d'une rupture entre deux ados, la série suit ainsi toute une petite communauté dont le grain de folie n'a rien à envier à Stars Hollow, Gilmore Girls étant vraiment LA référence qui me vient à l'esprit en matière de personnages secondaires qui trouvent une chance de briller temporairement. Leur attitude étrange et extrême, ajoutant de la confusion dans l'enquête de Maxine, confère une ambiance truculente, et c'est la garantie de se laisser surprendre quelques petites fois par l'effet qu'a cette rupture sur la ville.

Mais l'autre force vive de Girl vs. Boy, et non des moindres, c'est la pétillante Courtney Abbot. Son personnage de Maxine est à la fois gauche et intelligent, et elle lui donne énormément d'énergie sans jamais la rendre fatigante, ni la pousser dans une caricature de l'un ou l'autre de ses traits de caractère. La regarder se débattre, à grand renfort de mimiques hilarantes, dans les troubles qu'elle sème souvent elle-même, est un vrai plaisir, parce que le personnage n'a rien d'un stéréotype d'adolescente ni d'une "fausse adulte", et que l'équilibre a été parfaitement trouvé par Abbot pour préserver à la fois l'humour, la personnalité curieuse, et la maladresse pathologique du personnage sans jamais nous épuiser, en dépit de son absolue omniprésence.
Aux craintes de Maxine sur le couple Tim/Hailey, à sa terreur grandissante de voir la petite ville de The Bay se disloquer, il faut encore ajouter les propres tourments amoureux de la jeune fille (notamment grâce à l'étrange et totalement muet Olaf) ou encore ses rapports étranges avec sa mère, une thérapeute intégralement dépendante de l'attention affective qu'on peut lui donner... Le monde à l'envers.

Dans toute cette joyeuse pagaille, Girl vs. Boy se distingue également par des textes souvent amusants, plusieurs références bien vues, et des scènes surréalistes, fantasmées généralement par une Maxine qui voit les situations qu'elle rencontre avec un regard décalé : du passage où elle imagine interroger un suspect comme dans un polar à sa façon toute personnelle de se représenter une soirée d'enterrement de vie de jeune fille, on est parfois dans le délire le plus total. La série fait donc de la place à quelques séquences surprenantes, et souvent réellement drôles, dévoilant ainsi une capacité à garder un pied dans le monde de l'enfance...

Alors que je n'étais pas certaine de vouloir regarder une comédie créée essentiellement pour un public ayant la moitié de mon âge, j'ai trouvé chaque soir une vingtaine de minutes de détente, sans avoir l'impression de faire des compromis du point de vue de la qualité. Si on excepte le problème de l'accent néo-zélandais, un poil plus difficile pour moi à saisir que l'australien, et qui m'a donné parfois du fil à retordre, la série a constitué chaque soir une pause bienvenue.
J'insiste vraiment sur la notion de non-abrutissement, parce qu'elle est vraiment rare quand on regarde des comédies pour la jeunesse. La courte saison de Girl vs. Boy est regardable par un assez grand large public (pourvu de ne pas se laisser effrayer par le rythme électrique des épisodes) avec un plaisir qui, il me semble, pourra facilement être partagé : les personnages plus âgés (finalement assez nombreux bien que secondaires) et les références cinématographiques accrocheront les adultes, les ados se captiveront pour la romance (quoique, et c'est un soulagement, elle n'y est pas trop présente) et les personnages attachants, et les plus jeunes pourront se plier de rire devant les gags. Quel bonheur de constater qu'il existe encore des comédies familiales capables de potentiellement fédérer toute la famille, et pas simplement de la ramener au plus petit dénominateur commun ! J'en regretterais presque de n'avoir pas d'ados dans mon entourage, tiens ! Presque.

Du coup, maintenant, je vous avoue que je vais garder l'oeil ouvert et vérifier si une deuxième saison finit par être commandée par TV2. En ce qui me concerne, je ne serais pas contre une nouvelle aventure à The Bay !
Dans l'intervalle, permettez que je vous recommande une nouvelle fois de regarder les 8 épisodes de Girl vs. Boy, c'est plein d'énergie et de petites idées sympas, ce serait dommage de passer à côté...

Posté par ladyteruki à 23:10 - Review vers le futur - Permalien [#]
Tags : ,