ladytelephagy

Purple is the new black. Un blog qui parle de séries, c'est devenu assez habituel. La question, c'est : de quelles séries ? Séries méconnues, séries anciennes, séries japonaises... mais aussi séries récentes ! Venez, la téléphagie, c'est contagieux !

20-01-10

La première camisole de l'année, ça se fête !

Aussi difficile que ce soit à croire, et je sais combien vous allez tomber des nues... la rubrique Tell Me You Google Me n'avait pas vu la lumière depuis janvier 2009. Et personne ne me dit rien ? Mais si on ne peut même plus compter sur son lectorat pour se faire tirer les oreilles, on ne peut plus compter sur rien !!!
M'bref.
Voilà donc le palmarès depuis le début de l'année...

- Dorama Powa !
Eh bah je vais vous dire, ça fait plaisir. Enfin en tous cas l'intention y est, et c'est déjà pas mal. Parmi les requêtes, on note (et j'irai jusqu'à dire que c'est proportionnel avec l'augmentation de posts dans ce sens ces derniers mois) pas mal de demandes portant sur des séries japonaises. Sauf que ça ne pouvait évidemment pas se faire sans casse...
city hall drama (ça commence à dater, mais soit)
futatsu no spica (c'est marrant, c'est avec cette série pourtant moyenne que tout a recommencé pour moi cet été)
Akakabu Kenji Kyoto-hen drama (je vois qu'il y en a qui sont renseignés)
-Ichi rittoru no namida (le signe moins a probablement un sens qui m'échappe)
real clothes drama spoiler (c'est pas pour l'épaisseur de l'intrigue que vous risquez grand'chose)
Majisuka Gakuen (les fans des AKB48 sortent du bois)
serie like Shimokita glory days (ah pardon, en fait je voulais le mettre dans le paragraphe suivant)

- The internet is for porn
...Enfin, c'est en tous cas ce que bien des internautes semblent croire. Les hormones démangent en toutes saisons, et la meilleure preuve en est le défilé de recherches suivantes :
sm femme offerte au chien (voilà, merci, maintenant il ne me reste plus qu'à me pendre)
teens voyeurs (on est à la limite de la légalité, là)
extrai de scene de nue integrale au cinema (c'est ça oui, faisons mine de croire que c'est pour se documenter sur le cinéma)
cougars suceuses (je me méfierais quand même des dents à votre place, les félins on ne peut jamais prédire ce qu'ils vont faire...)
déesse fait un strip-tease (désolée, le vigile à l'entrée du Mont Olympe trouve que vous n'avez pas suivi le dress code : toge et pouvoirs mythologiques de rigueur)
stop célibat (un nouveau panneau routier ?)
miley cirus nus. (déjà qu'il ne reste pas grand'chose à l'imagination...)

- Ils sont parmi nous, ils sont téléphages, et ils ont un plan
Là, enfin, ça fait sens. On parle séries. Je me sens plus en confiance. D'accord, ce ne sont pas forcément les séries pour lesquelles on trouve beaucoup de posts (mais plutôt quelques tags, glissés comme ça, dans la conversation), mais enfin, bon, quand même, il y a un net progrès.
quels series de vampire regarder ? (sans déc', c'est à moi que vous l'demandez ?)
M6 diffuse rome (il n'est pas interdit de rêver)
lincoln heights sitcom (moi aussi j'ai mis beaucoup de temps à comprendre ce qu'était un sitcom, l'héritage AB Prod sans doute)
regarder vampire diaries (non, non)
maison superbe galactica caprica (ah oui, je vois tout-à-fait de laquelle vous parlez, et si vous connaissez un agent immobilier...)
est-ce que albert ingalls est mort de sa leucémie (le doute subsiste, à vous d'en décider selon votre degré de sadisme)
la serie ou un homme peut faire revenir les morts (hélas, l'homme ne peut pas faire revenir la série d'entre les morts)
qui a composé le générique de the mentalist (oh, de l'humour, j'aime !!!)

- On ne sait toujours pas si on habite dans la même dimension...
Nan, mais vraiment. L'idée même de faire ce genre de requêtes apparait comme tirée d'une série de science-fiction, pour moi. Quels sont les êtres qui ont ce genre de préoccupations, et qui cherchent sur Google la réponse à leurs questions les plus tordues ? Pire encore, pourquoi les moteurs de recherche les dirigent-ils sur moi, ces aliens ?!
surcils ideal homme (ce n'est pas l'épaisseur des sourcils qui compte etc...)
Je veux parler icarly (parler français serait pas mal pour commencer)
you gougle (infirmièèèèèèère !!!)
filme beite maloone (on lui dira, on lui dira)
je vous avouerai (le suspense de cette requête est in-sou-te-na-bleuh)
un homme dit je vais finir par tomber amoureux (j'aime bien la façon que cette formulation a de sonner comme une menace)
jeu virtuelle de deviner a lequel je pense (double challenge parce qu'il faut aussi comprendre l'intitulé)

Eh beh punaise, quand on voit ce qu'on voit, et qu'on lit ce qu'on lit, on se dit qu'on aurait pu être mentalement bien plus atteint.

Allez, pour la route, le Top Cagoule de la première quinzaine de janvier, avec les requêtes portant sur le téléch-... ahem, l'achat légal de DVD. Mais si.
- La Famille Green
- Hero Corp
- Wolf Lake
- The War Next Door
La plupart font quand même plaisir, je trouve. Et pour The War Next Door, sachez que je suis totalement d'accord, l'absence de... DVD pour cette série relève du crime contre l'humanité.

Posté par ladyteruki à 07:11 - Tell Me You Google Me - Permalien [#]

09-04-09

By the rivers of Babylon

Vous pensiez que j'avais abandonné mon espoir de faire un post A vendre, joli, pas cher sur Amber Tamblyn ? Non, point du tout. C'est juste qu'il y a des gens qui sont tellement occupés qu'on a du mal à se taper toute leur filmographie tout en ayant une vie (et des DVD de Pushing Daisies) à côté.
Cela dit, en prévision de ce post qui arrivera tout de même (dussiez-vous attendre encore un peu pour cela), voici un petit pilote qui n'est pas sans rapport avec mes recherches sur l'actrice, puisque nous allons parler de Babylon Fields.

"Mais c'est pas une série, ça, Babylon Fields ! Je n'ai jamais rien vu de tel sur les grilles !" me rétorquerez-vous vertement. Soit, je ne nie pas qu'il n'y a jamais eu de diffusion de Babylon Fields à la télé américaine (ni, à ma connaissance, ailleurs). Mais à l'instar des jours où je vous parle de Nikki & Nora, Pretty Handsome et autres Faceless, aujourd'hui, comme tout pilotovore se doit de le faire lorsqu'il en a l'occasion, je vais parler d'une série qui n'existe que par son pilote.
Les faits datent pourtant d'il n'y a pas si longtemps, mais déjà qu'on a du mal à regarder absolument tout ce qui passe bel et bien à la télévision, alors si en plus il faut guetter les pilotes de séries qui ne verront jamais la lumière du jour (enfin, dans ce contexte, qui peut dire que la résurrection ne se produira pas, hein ?), on n'en a pas fini. Eh bien l'erreur est réparée, pour vous comme pour moi, puisqu'il s'agit d'un post La preuve par trois. 'Tain vous êtes gâtés en ce moment, c'est à peine croyable.

BabylonFields___1
Babylon Fields, c'est un pitch assez simple à comprendre, et qui de prime abord pourrait sembler assez bateau, limite série Z : des morts reviennent à la vie et réinvestissent les riantes ruelles d'un bled nommé Babylon (avec un nom pareil, tout déménagement est comme une perche tendue aux coups du sort ; pourquoi pas être un loup-garou et habiter une ville qui s'appellerait Wolf Lake tant qu'on y est ?). Là où on aurait pu tomber dans la fosse septique scénaristique (bref, là où on l'a pas joué comme Cavemen), heureusement, c'est qu'on a choisi d'en faire une série un peu plus dramatique qu'il n'y parait. Au lieu d'être des aspirateurs à matière grise aux membres pendouillants, les morts se contentent d'être normaux et de n'avoir aucune velléité particulière envers les habitants de la ville... si ce n'est reprendre leur vie où ils les avaient laissées. C'est déjà pas si mal.

BabylonFields___2
Il y a un, oh, tout petit, minuscule, mais néanmoins intéressant détail, c'est que de tous ces morts... l'un d'entre eux n'est pas revenu à la vie au cimetière. Nope. Lui, il n'a pas été enterré comme les autres. Mais il est de retour. Et c'est une intrigue dont on pressent qu'elle pourrait être intéressante (même si on comprend assez vite ce dont il retourne) qui permet à Amber Tamblyn et Kathy Baker de faire équipe dans de plutôt bonnes scènes : la mère et la fille se sont débarrassées du despote violent qui les tyrannisait à la maison, sans que personne ne le sache. Sauf que là, la vérité... refait surface. Heureusement pour elles, l'ex-défunt ne sait pas comment il est mort, mais la plaie béante à l'arrière de son crâne, et l'un de ses anciens amis (également de retour en ville) qui lui confie que tout le monde croyait qu'il avait foutu le camps, sont là pour lui donner ce qu'il faut de doutes pour qu'on comprenne que la mère et la fille n'ont pas tellement envie, a contrario de certains autres personnages, de fêter avec émotion leurs retrouvailles avec leur cher disparu.

BabylonFields___3
A ce titre, l'histoire de Martha est sans doute la plus touchante, et est celle qui permet de s'éloigner le plus possible des poncifs qu'ont d'ordinaire à nous offrir les histoires de zombies. Passée la première phase, assez compréhensible, faite de surprise et de frayeur, elle accueille chez elle son mari revenu d'entre les morts, parce que, dit-elle, c'est ce pour quoi elle a prié avec tant d'ardeur toutes ces années. C'est le genre de touches (avec quelques autres) qui permettent de comprendre que Babylon Fields n'aurait pas été juste une série où on tire au bazooka sur des zombies comme une brute (merci de se référer à la saga Resident Evil pour ça), et où ces personnages ne sont pas juste un facteur de peur, mais peuvent aussi permettre des choses assez élégantes autour du travail de deuil, de l'amour, et quelques autres thèmes plus sensibles qu'il n'y paraissait de prime abord en lisant le pitch. Parce qu'on sait tous qu'un zombie, c'est pas ce qu'il y a de plus sexy, donc on a un peu fait le tour de cet aspect-là du sujet alors ça fait plaisir de voir une fiction changer un peu de disque, pour une fois, et nous parler d'autre chose que simplement des mecs qu'on a du mal à dézinguer parce qu'ils sont déjà morts. A ce titre, le pilote est prometteur, même s'il n'évite pas un ou deux clichés au passage (mais c'était perfectible à n'en pas douter). Pis ptet qu'à un moment on va se demander aussi comment et/ou pourquoi ils sont revenus à la vie tous en même temps, ça peut être intéressant aussi.

Bref, Babylon Fields aurait pu être une bonne série, d'autant que le cast était équilibré entre valeurs sûres et nouvelles têtes, donc vous aussi, signez la pétition Babylon Fields... euh, ou pas. Mouais, ya que dans une série qu'on peut faire revenir les morts aussi facilement parmi nous.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche-projet Babylon Fields de SeriesLive.
favicon

Posté par ladyteruki à 12:33 - La preuve par trois - Permalien [#]

17-01-09

Bah, mon loulou ?!

Qu'une série sur les loup-garous se déroule à Wolf Lake était déjà un indice intéressant sur le manque d'imagination de la série éponyme. Que son personnage principal s'appelle Kanin allait bien au-delà de tout ce qu'on peut imaginer en matière de mauvais jeux de mots. Mais malgré tout, j'ai quand même voulu tenter l'aventure Wolf Lake, pour la meilleure raison qui soit : parce que je ne connaissais pas.
Et si vous le voulez, vous pouvez en faire autant, puisqu'il s'agit d'un post La preuve par trois !

WolfLake___1
Acte I : la première scène du pilote commence dans la plus complète prévisibilité, alors que notre héros M. Kanin rentre chez lui, dans le noir ; comme c'est un fervent écologiste, il ne lui viendrait pas à l'idée d'allumer les lumières, mais du coup il est un peu sur les, hm, dents. Quand soudain, quelque chose ou quelqu'un lui bondit dessus, et entame une lutte mortelle avec lui... mais ça alors, en fait c'est ça copine. Inutile de dire qu'à ce stade, j'ai contemplé mes ongles en me disant que l'heure était venue de me consacrer à ma manucure. Ils font donc l'amuuuur, à l'issue de quoi ledit héros propose la nana en mariage, et elle accepte, et elle va sortir acheter à manger. Ce à quoi elle ajoute qu'elle l'aime. Ok, il va lui arriver un truc grave. Si je me faisais les ongles des pieds aussi ? Une fois dans sa voiture, la petite copine, qui se prénomme Ruby, se fait effectivement attaquer par un homme caché sur le siège arrière (c'est un original, ce garçon), juste en bas de l'immeuble de son homme, oh mon Dieu comme c'est tragique elle va mourir à deux pas de chez lui. Vu qu'on aura déjà compris, à ce stade du pilote, que Wolf Lake tente désespérément de nous surprendre toutes les une minute trente, montre en main, on sait aussi que c'était une feinte et qu'elle ne va pas y passer. C'est effectivement le cas, la belle Ruby survit à son aggression et se défend avec un éclat étrange dans le regard, et le beau Kanin qui arrivait pour la secourir ne trouve que la main (arrachée) de son aggresseur dans la voiture. La belle Ruby a disparu... Mystère, angoisse, suspense. Toute la kératine de la maison étant alors intégralement laquée avec le concours d'Agnès b (y compris les griffes des chats), j'ai poussé un soupir, et je me suis résolue à fermement m'ennuyer pendant ce pilote. Constat d'autant plus tragique qu'à cet exact instant, il me restait 39 minutes à endurer.

WolfLake___2
Acte II : Kanin est sur la piste de Ruby. Un mystérieux informateur (c'est l'usage) le met sur la piste de Wolf Lake, petit patelin perdu au milieu des pins, et dont on va bien vite tenter de nous en brosser un portrait angoissant et mystérieux (comme ça c'est assorti au nom de l'endroit). En toute logique, 90% des plans vont être couverts par une musique sombre et énigmatique, ou en tous cas voulue telle, de façon à bien nous filer, au choix, soit les chocottes, soit un fou rire. Tout est censé être inquiétant, si bien que plus rien ne l'est. Au passage, on admirera avec quel fol optimisme la réalisation tente de faire du sous-Twin Peaks en créant plein de petits détails étranges à propos dudit bled et de ses habitants, que Kanin est incapable d'interpréter et qu'évidemment le spectateur a déchiffré avec vingt minutes d'avance : les bruits dans les bois, les nanas qui accouchent de portées d'enfants, les yeux qui jaunissent, tout ça qui se déroule à Wolf Lake, ville au centre-ville de laquelle trône une immmmmmense statue d'un loup, je crois qu'on essaye de nous dire quelque chose.

WolfLake___3
Acte III, bientôt la délivrance : à ce stade on a plutôt l'impression d'être dans un mauvais épisode de X-Files, où Mulder et Scully font une enquête dans une ville perdue et où personne ne veut rien leur dire sur la bête du Gévaudan locale. Tout le monde vous ment, la vérité est ailleurs, ne croyez personne, et tutti quanti, sont le maître-mot des dialogues, ce qui veut dire que ça n'aboutit nulle part, et qu'on va se farcir la tête de ragondin de Lou Diamond Philips pendant plusieurs épisodes sans avoir jamais la moindre réponse, et ça, c'est gonflant. Comme on peut s'y attendre, il y a UNE personne qui veut bien parler à Kanin, une autre qui fait semblant d'être son copain, et plein qui se disent que s'il foutait le camps sans poser trop de questions ce serait bien sympa, à un tel point que ce n'en est même plus amusant. On saupoudre tout ça d'histoires de famille, de sexe et d'argent, rien de mieux pour faire trainer une intrigue en longueur que des retournements de situation soapesques. La fin de l'épisode nage dans la plus désagréable des mélasses... sans compter le cliffhanger final qui ne parvient même pas à en être un puisque ça fait 45 minutes qu'on nous donne 25 000 indices sur la nature du voisinage. Les scènes se sont jusque là suivie sans se ressembler, et sans grand lien apparent, pour nous mettre le nez dedans, y compris l'apparition d'un vrai loulou sur la fin, et là on était en droit d'attendre une petite accroche, quelque chose, au moins une raison de revenir, c'est pas trop demander quand même ? Eh bien on ne l'aura même pas.

Du coup, c'est beaucoup de courage et de force de caractère que je vous recommande d'avoir pour regarder ce pilote. Je ne sais pas si ç'aurait pu être quelque chose de bien, mais toutes les raisons qui font qu'on pourrait être tenter de regarder cette série sont en fait très rapidement mises sur le côté pour poursuivre un but assez obscur. Selon moi, la production cherchait juste une excuse pour se mettre en faillite financière.
Par exemple on pourrait vouloir y voir Mia Kirschner, sauf que son personnage est justement disparu ! On pourrait espérer voir des loups dans tout un tas de scènes intéressantes, mais la prod n'avait les moyens de les faire tourner qu'un quart d'heure par semaine ! On pourrait espérer avoir quelques frissons mais au lieu de ça on a surtout envie de bailler. Je n'oserais même pas qualifier ça de gâchis mais, de toute évidence, c'est un ratage dans les règles de l'art.

Après, ya des gens qui aiment regarder ce genre de fiasco à titre éducatif et/ou pour se taper sur les cuisses et se moquer abondamment. Le faire sur un pilote, je peux comprendre. Le faire sur toute une série, ne fut-elle pas plus longue que 9 épisodes, c'est quasiment de l'inconscience, suicidez-vous carrément, ça ira plus vite et ce sera moins douloureux.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Wolf Lake de SeriesLive.
favicon

Posté par ladyteruki à 16:15 - La preuve par trois - Permalien [#]


  1