ladytelephagy

Purple is the new black. Un blog qui parle de séries, c'est devenu assez habituel. La question, c'est : de quelles séries ? Séries méconnues, séries anciennes, séries japonaises... mais aussi séries récentes ! Venez, la téléphagie, c'est contagieux !

13-02-13

Meta critique

Ce n'est pas tous les jours que vous me voyez sur ce blog m'intéresser sincèrement à une série de la CW. Je crois que le mot exact est : "jamais". Cependant il semblait très difficile de ne pas avoir des attentes envers Cult, l'une des rares séries du network à avoir de l'ambition... et je crois que le mot exact est : "seule".
Mais comme on dit, plus dure sera la chute, et l'heure de vérité est maintenant venue : y a-t-il enfin une série de la CW qui puisse m'intéresser ? C'est la question à laquelle je m'apprête à répondre dans le post de ce soir, et dans le cadre du défi des review de pilotes avec whisperintherain. Le suspense est insoutenable... mais alors, bon, je vous préviens : il faut suivre.

Cult-Poster

...Si je n'avais pas lu que Cult avait été créée à l'origine pour la WB, je dirais qu'il n'existe pas de série ayant un meilleur timing ! Mais attendez ! Commençons par le commencement, et récapitulons de quoi il s'agit : ce sera salvateur pour suivre.

Cult est une série dans laquelle un journaliste se retrouve plongé, suite à la disparition étrange de son frère, dans l'univers complexe d'une série télévisée appelée Cult, et qui est donc une fiction dans la fiction. Pour comprendre ce qui est arrivé à son frère, il va devoir prêter attention à la série Cult, dans laquelle l'héroïne est, elle-même, à la recherche de sa soeur qui a disparu dans d'étranges circonstances ; l'héroïne de Cult est, qui plus est, une ancienne adepte d'une mystérieuse secte dirigée par un (bien-sûr) charismatique gourou, auquel elle a réussi à échapper mais qu'elle est obligée de croiser alors qu'elle cherche sa soeur. Elle soupçonne en effet que le gourou ne soit pas pour rien dans tout cela... et il semblerait que notre journaliste soit sur le point de découvrir que la secte de Cult, la série imaginaire, existe réellement dans Cult, la vraie série !
Meta ! ...Bon, retenez bien ce qui est gras et ce qui est en italique, parce qu'à partir de là, je ne précise plus rien.

Si j'ai réussi à résumer le pilote (et rien n'est moins sûr !), vous commencez à saisir toute l'ambition de Cult. L'idée est de raconter l'histoire d'une enquête, parce que c'est quand même ça (faut pas déconner), qui prend sa source dans une autre enquête, fictive celle-là.

On n'est pas très loin du sujet d'Utopia, au passage, sauf qu'Utopia joue quand même beaucoup moins sur l'intertextualité avec le comic book (cela dit j'ai pris un peu de retard en voulant finir la saison 1 de Raw, et comme vous le savez la série a été ma priorité ces derniers temps) ; et, par ailleurs, on est quand même méchamment en train de marcher sur les plates-bandes de The Following (sauf qu'ici la thématique à la fois de l'armée invisible recrutée sur internet et de la secte meurtrière est infiniment mieux exploitée que dans le pilote de The Following, ce qui, si vous vous en souvenez, était l'une de mes grosses objections !). Qui plus est, pour l'observatrice extérieure que je suis, j'ai l'impression que Cult arrive à point nommé alors que le public s'intéresse toujours à la télé réalité, mais est en manque de gros concept innovant en ce moment ; il y a donc, dans la cible des spectateurs qui ont envie qu'on fasse mine de brouiller la frontière entre le réel et la fiction, un vivier de spectateur n'attendant que d'être convaincus par une nouvelle narration. Je ne prétends sûrement pas être experte en reality tv, mais c'est l'image que renvoie le genre en ce moment, une petite crise donc Cult pourrait s'emparer à son avantage.

Et c'est en ça que Cult est très futée, parce que clairement elle a senti des ingrédients qui sont dans l'air du temps, tout en ayant son propre projet, sa propre ambition, son propre sujet. Cult n'est d'ailleurs pas une série qui a fait des sectes son thème central. Même si je persiste à dire qu'un jour, il nous faudra une série sur Waco ou Jonestown ; si le sujet vous intéresse un peu, d'ailleurs, je vous suggère de regarder la série néo-zélandaise The Cult, voire, si vous avez le coeur très bien accroché, d'écouter la fameuse Jonestown death tape. Au contraire, là où c'est futé, c'est que le sujet assez risqué, et globalement plutôt difficile à traiter, des sectes, reste essentiellement cantonné à Cult, et que dans Cult, la question de la secte prend pour le moment plutôt l'apparence d'une conspiration d'où les éléments spirituels sont soigneusement écartés... c'est plutôt bien vu d'avoir bien marqué la séparation de sujet entre les deux, d'ailleurs je vais y revenir plus bas.

Mon Dieu, ça fait un paragraphe que je jette des fleurs à Cult, il se passe quelque chose de très très grave là... Laissez-moi donc préciser que Cult est loin d'être un pilote parfait, ouf ! On a eu peur.

D'abord, il faut quand même admettre que le coup de la série dans la série (avec une petite mise en abyme supplémentaire pour tout mot de la fin), c'est quand même une opportunité en or pour se faire une méchante publicité mensongère. Dans Cult, la série Cult est diffusée sur la CW (on l'entend nettement dans la promo diffusée à la station-service), ce qui veut dire que la véritable CW voudrait bien qu'on pense qu'elle est capable de diffuser une série aussi sombre ("gritty", en fait) que peut l'être Cult ; or il n'en est rien, bien-sûr, et la conversation téléphonique de fin de pilote le prouvera : Cult, la vraie série, se refuse à être aussi angoissante que Cult, la série dans la série. Mais grâce à son habile mise en abyme, elle parvient à faire illusion, et à entretenir un climat plus terrifiant qu'il ne l'est vraiment.
Et puis, quand même, aussi bien dans Cult que dans Cult (à moins que ce ne soit l'inverse, on sait plus), on a des personnages aussi épais que du papier à cigarettes, particulièrement peu intéressants. Un peu comme Bastien et Atreyu, les deux "mondes" dépeints dans la série se répondent en miroir, calquent leur pas l'un sur l'autre, et les personnages n'existent bien souvent qu'à travers ce prisme : ils n'ont aucune existence propre (on aura une magnifique séquence de background plaqué sur la fin du pilote, d'ailleurs, alors que l'un des personnages raconte sa sob story dans la voiture), et les acteurs sont d'une transparence à faire peur. Qui plus est, la réalisation manque grandement de finesse lorsqu'il s'agit de montrer que la machination est à l'oeuvre, comme avec les plans soutenus sur un personnage totalement muet qui passe dans plusieurs scènes avec un regard louche et appuyé pour bien montrer que oh-là-là, on est surveillés.
Pour finir, il est légèrement inquiétant que tout ce petit monde se prenne au sérieux ; il aurait été bienvenu que soit un personnage de Cult, soit quelqu'un dans la "réalité" de Cult, serve parfois de comic relief ; apparemment au moins un personnage doit être introduit dans le futur proche de Cult (en la personne d'une geekette, si j'ai bien compris), et j'espère que ce personnage saura apporter un peu d'humour ou de sarcasme, permettant de temps en temps à la série de respirer, et de prendre du recul sur elle-même, parce que pour le moment, cet ingrédient manque beaucoup à l'épisode. Ce qui est quand même dommage dans un univers où les fandoms sur internet sont supposées être au coeur des évènements (les gens qui écrivent ces séries ont-ils déjà posé le pied sur Twitter, par exemple ?).
Mais ces défauts en sont-ils tous vraiment ? On peut se le demander. Il est clair qu'avec la duplicité de son objectif, Cult n'a pas en plus la marge de manoeuvre lui permettant d'emblée de créer des personnages complexes, et sa bascule permanente entre deux niveaux de "réalité" ne l'autorise que très peu à rajouter des degrés de lecture dans la personnalité de ses protagonistes. A un moment, on a quand même besoin que le public soit capable de suivre, hein !

Alors au-delà de ça, on peut se demander quel accueil sera réservé à Cult, à mesure que la série trouvera de l'exposition médiatique (rappelons, comme le fait le poster ci-dessus, que le pilote n'a pas encore été diffusé par la chaîne, mais juste mis à diffusion sur Hulu pour le moment). Aussi littéralement que possible, Cult pose la question du rapport entre la fiction et la réalité, et le moment où, en tant que spectateur, il devient dangereux de gommer la frontière, voire de ne plus la saisir. Et, ce faisant, plonge directement le spectateur dans un trouble qui est quand même largement recherché.
Evidemment, assister à un suicide en direct dans Cult, ça n'a pas le même impact que d'y assister dans Cult, par exemple. Mais ces nuances ont-elles vraiment de l'importance, sur le long terme, alors que la série joue précisément sur le concept de basculement entre la réalité et la fiction ?
C'est la raison pour laquelle il est à la fois fascinant et inquiétant de voir Cult lancer des piques à ses spectateurs pour remettre en question leur rapport à la réalité de la série : c'est d'un côté très bien joué, et futé, et bien des choses encore... mais d'un autre côté, le jeu de miroirs n'a-t'il pas de quoi déstabiliser un peu ? Parce que Cult a très bien compris les codes de l'appropriation d'une série à forte mythologie par ses fans (un grand nombre de ces enseignements a été tiré de Lost, dont le fantôme est palpable), la production sait aussi très bien quels codes seront repris par le public, tel que le très ingénieux logo de Cult par exemple (qui sert de tatouage de reconnaissance à certains personnages de Cult). Le problème c'est que ces codes vont être repris par les fans de Cult, et provoquer une mise en abyme supplémentaire...

Le gros coup de malchance de la CW serait que l'expérience narrative tourne mal, et qu'on se retrouve avec un cas de fan de la série qui pète les plombs (il suffit d'un spectateur moins équilibré que les autres, pas plus). On est d'accord que je m'inquiète peut-être pour rien, d'autant que comme je le disais, Cult aborde la question des sectes, que pour le moment Cult évite pour le moment avec soin, de sorte que les débordements entre la réalité et l'imaginaire ne s'aventurent pas dans le domaine de la spiritualité et de l'endoctrinement. Mais aucune chaîne "pour adultes" ne s'est risquée à un tel brouillage entre le réel et l'imaginaire, alors, sur des ados, je ne sais sincèrement pas l'effet que ça aura sur le long terme.
...Enfin, s'ils regardent Cult sur le long terme ! Parce que sur la CW, rien n'a préparé le public à une série ayant ce type d'exigences. Ce sera un bon test pour les autres projets que prépare le network, genre Oxygen, ou surtout The Selection et The Hundred. Si Cult remplit sa part du contrat, ce sera très incitatif et on pourra s'attendre à une poursuite intéressante de la mutation du network... sinon j'en reviendrai à mes bonnes vieilles critiques lapidaires. Et c'est vrai qu'elles vont nous manquer, si je commence à dire du bien de certaines séries de la CW !

En attendant d'avoir la réponse à ces interrogations et quelques autres, je regarderai Cult aussi longtemps que possible... tout en soignant l'inévitable mal de tête que provoque la rédaction d'un post sur le sujet. Parce que, je ne vous le cache pas, je suis contente d'avoir fini !

Challenge20122013

Posté par ladyteruki à 22:38 - Review vers le futur - Permalien [#]

22-05-12

Demain j'arrête

Comme le dirait ma nounou préférée au confessionnal : "pardonnez-moi, mon père, parce que j'ai tout dépensé".
Ce fut un bien joli mois de mai, ma foi, si l'on en juge par les progrès de ma telephage-o-thèque. Pas trop du côté de mes affaires financières, mais comme vous le savez, c'est souvent une question de vases communicants.

Dans les épisodes précédents : ça fait depuis le mois de décembre que je me bats avec ma banque pour obtenir une carte bancaire, alors que ça faisait 30 ans que je me débrouillais très bien sans. Bon, presque bien, des fois fallait que j'aille supplier pour qu'on me commande des trucs (par exemple Koselig Med Peis) sur des sites qui n'acceptaient que des modes de paiement très précis. M'enfin je me démerdais bien.
Mais mon entourage me poussait un peu à faire l'acquisition d'une carte, gnagnagna soi-disant c'est plus moderne, et puis, je m'étais dit qu'après tout, ça simplifierait les achats de DVD en import (grossière erreur : c'est effectivement le cas).
Sauf que depuis décembre, chaque fois que ma banque me faisait parvenir cette fichue carte, mon facteur oubliait consciencieusement de me prévenir. Donc au final la Banque Postale m'a fait parvenir 3 cartes différentes, et 4 fois le code qui allait avec (parce qu'à chaque fois c'est dans un courrier à part) que le facteur a également jugé superflu de me transmettre. Ca virait à l'hystérie.
En fin de compte, à la toute fin du mois d'avril, bieeen en retard sur mes prévisions, la carte est arrivée, et j'ai eu le code. Victoire.

Enfin pas vraiment parce que, vous vous en doutez, ça a été une véritable boucherie. J'ai écumé mes favoris, épluché tous les trucs que je me garde sous le coude depuis des mois, fait des listes, établi des priorités ou à peu près, et j'en ai tiré un planning de dépenses hallucinant sur 48 mois, auquel je me suis attaqué avec ferveur pendant tout le mois de mai.

Ce qui a conduit aux achats suivants, par ordre (je crois) chronologique de livraison :
- Cloudstreet
- SPACE 2063, enfin !
- The Slap
- Woodley
- Outsourced
- Filhos do Carnaval
- Réttur

Ajoutez à cela que, on ne sait trop pourquoi, j'ai aussi fait une descente surprise fin avril à la FNUC (j'étais la première surprise, en fait, mais bon j'étais dans le coin alors...) et ainsi fait main basse sur la 1e saison de La cité des Hommes (boh quoi, 4 épisodes, c'est rien du tout, ça me fera à peine un après-midi ça !) et celle d'Eli Stone (je, euh... là je sais pas ce qui m'a pris, j'admets, parce qu'on peut pas dire qu'elle était en haut de ma liste, celle-là). Et tout ça sachant que j'avais reçu mon DVD de Call the Midwife le 30 avril pile-poil, parce que la BBC a fait très attention à ne pas alourdir mon bilan du mois de mai.
Quelque part au-dessus de nos têtes, il y a, pour finir, un avion qui plane avec mon DVD de Buzz Aldrin dans sa soute, et un autre avec celui de The Cult. Et après normalement c'est fini.
Emphase sur : "normalement".

DemainjarreteAlors toi... toi !!! Je t'aime.

Je suis la première à cagouler, mais que voulez-vous, je ne résiste pas non plus à l'appel du DVD neuf...

Ou plutôt neuf chez moi, parce que parmi cette liste d'acquisitions toutes fraîches, il ne vous aura pas échappé que SPACE 2063 fait figure, si je puis dire, d'intrus, les autres séries étant récentes, parfois très récentes (Woodley est officiellement le premier DVD de ma vie que je précommande, j'ai dû tenir à peu près 72h à partir du moment où je vous ai fait le bilan).
Ce coffret-là, quand je l'ai reçu, j'en ai littéralement pleuré de joie. Mais vraiment.
Et je crois bien que c'est la première fois de ma vie que j'ai dévoré les bonus avec autant de ferveur. Déjà que je ne regarde pas tellement les bonus d'ordinaire, mais alors là, vous n'imaginez pas. Finalement ça valait presque la peine d'attendre, étant donné qu'on parle d'une édition collector avec des bonus en veux-tu en voilà. Une mine d'or. Vraiment. Je ne dis pas qu'à côté, les autres emplettes étaient sans intérêt, mais sentimentalement, il n'y a pas photo, c'est SPACE 2063 qui a dominé le mois. J'en reviens toujours pas, en fait, tant ça faisait longtemps que j'attendais ça.

D'une façon plus générale, bien obligée de reconnaître qu'avoir des DVD qui tombent à intervalles réguliers dans votre boîte aux lettres, bah ça fait bien plaisir.
Vu que les prochains mois, je vais y aller plus mollo, les commandes seront plus espacées, donc je doute de me retrouver encore dans cette situation où je rentre le soir, où j'ouvre ma boîte aux lettres, où j'y découvre un paquet, et où je passe mon trajet dans l'ascenseur à essayer de deviner quel coffret est dedans. Nan vraiment, c'est une sensation que je recommande.
Surtout quand vous avez commandé des séries australiennes sur plusieurs sites différents et que du coup, vous ne pouvez pas deviner le contenu simplement sur la base des autocollants sur le paquet (à ce sujet j'ai une nette préférence pour ABC Shop, pourquoi faire compliqué après tout). Très, très sympa. Si vous avez l'occasion, faites-vous ce plaisir supplémentaire, ça ajoute vraiment une dimension aux achats. Un petit côté ouverture des paquets à Noël, peut-être...

Alors forcément, la carte bancaire, même si j'ai vécu 30 ans en m'en passant parfaitement bien, et que théoriquement, bon, ça m'excitait pas plus que ça, eh bah, là, avec le passage à la pratique, je suis assez convaincue, quand même ! J'avoue, c'est très pratique... trop pratique.

Voilà, alors, pour finir, deux choses.
Déjà... vous allez entendre parler de plusieurs de ces séries très prochainement, surtout pour celles dont j'estime que vous n'avez pas eu assez de bourrage de crâne (genre Cloudstreet, va yavoir de l'intégrale, et cette fois je vais me le faire ce bilan, vous n'y couperez pas), et évidemment pour celles que je découvrirai en même temps que vous, d'ailleurs restez dans le coin, la journée n'est pas finie, oh que non.
Ensuite, promis : demain j'arrête.

Enfin faut voir, parce que ça fait quand même depuis décembre que je promets de m'offrir l'intégrale de The Clinic, et on sait pas combien de temps rté shop le maintiendra en promo comme ça. Sept saisons pour 15€ (frais de port non inclus), ça vaut le coup, quand même, c'est pas ça qui va me mettre sur la paille. Allez, un ptit peu d'Amy Huberman pour la route ?

Posté par ladyteruki à 14:37 - Opération COLLECTION - Permalien [#]

06-01-12

Band of Sisters

Quand il s'agit de s'évader hors des USA, mais de rester dans le cadre de la fiction anglophone, nombreux sont les téléphages qui optent en premier lieu pour la Grande-Bretagne. Bien qu'y était venue tard (principalement pour cause d'allergie à l'accent), je ne saurais le leur reprocher car on y trouve d'excellentes séries. Pour ma part je vous ai souvent entretenus de séries australiennes. Je suis notamment bien consciente de vous devoir deux posts de The Slap, et j'ai même eu envie de me refaire une "intégrale" de Cloudstreet. A l'occasion, on a pu évoquer des séries néo-zélandaises également (hélas, j'ai toutes les peines du monde à cagouler le deuxième épisode de The Cult).
Un pays qui, par contre, semble condamné à être sous-représenté ici (et malheureusement quasiment partout ailleurs) est le Canada. Il faut dire que beaucoup de séries canadiennes destinées au grand public semblent recycler des recettes toutes faites, de Lost Girl à Combat Hospital, en passant par les policières King ou Endgame, très peu des séries récentes que j'ai testées ces derniers mois m'ont convaincue. Des séries plutôt de niche, comme Todd and the Book of Pure Evil, ou évidemment The Yard, un peu plus, par exemple. Mais globalement, je suis statistiquement peu charmée par les séries canadiennes.

Alors quand je découvre Bomb Girls, je suis doublement ravie. D'abord parce que c'est une bonne série, et ça fait toujours plaisir de découvrir une bonne série. Et ensuite parce que c'est une bonne série canadienne, et ça fait encore plus plaisir de découvrir une bonne série canadienne.

BombGirls

Bomb Girls s'intéresse donc à ces femmes qui, pendant la Seconde Guerre Mondiale, ont pris le chemin des usines, notamment d'armement, tandis que les hommes partaient, vous l'avez deviné, sur le front. Des femmes qui n'avaient jamais connu que la vie au foyer commençaient alors à travailler, à gagner leur propre argent, à porter des pantalons, à gérer leur vie amoureuse comme bon leur semblait... Eh oui, Bomb Girls est une vraie série sur la libération de la femme, rien à voir avec les mijaurées américaines du début de saison qui ont fait mine d'aborder le sujet pour ensuite s'en écarter.

D'ailleurs, la réplique-phare du pilote de PanAm pourrait tout aussi bien s'appliquer aux personnages féminins de Bomb Girls :

"They don't know that they're a new breed of women".

A la différence que même les hommes autour d'elles n'en ont pas conscience. En fait, les hommes dans Bomb Girls font bien sentir à nos héroïnes que tout cela ne durera que ce que vivent les bombes, et qu'ensuite, ce sera un retour à la normale, qu'elles reprendront leur place.
Rétrospectivement, ça pourrait faire sourire, puisque ce que ces femmes vont changer, plus jamais on ne pourra le leur retirer, mais quand on vient de se coltiner Work It, croyez-moi, ça arrache plutôt une moue de dédain, voir un geste de recul devant la violence verbale décomplexée de certains personnages. Et pourquoi, après tout, ces personnages masculins se cacheraient-ils d'avoir une opinion arrêtée de la place de la femme dans la société ? Ils n'ont rien connu d'autre.

La panoplie de personnages de Bomb Girls reste relativement classique : on a l'oie blanche, Kate, qui échappe aux maltraitances de son père, un prêcheur tyrannique, et a besoin de ce travail à l'usine pour maintenir son indépendannce ; il y a à l'inverse Gladys, fille d'un fabricant d'armes riche qui l'a fiancé à un jeune Américain tout aussi riche, et qui intègre l'usine à l'un des rares posts administratifs ; il y a Betty, la forte tête indépendante et bosseuse qui forme les nouvelles arrivantes ; et enfin, il y a Lorna, la matriarche qui veille sur les ouvrières tout en gagnant la croûte de sa maisonnée et en attendant le retour de ses deux fils au pays. Collègues, amies, soeurs, ou peut-être autre chose encore, ces femmes travaillent à la fois pour leur pays, pour ceux qui sont au loin, et pour elles-mêmes.

Les profils n'ont rien de follement original, et les intrigues sont relativement attendues vu le contexte, mais les protagonistes sont variées juste ce qu'il faut pour que l'expérience de chacune offre un regard différent sur les étapes importantes franchies par ces femmes. D'autant que, pour atténuer le stéréotype, les actrices les campent avec beaucoup de conviction qui les rendent instantanément sympathiques.
Il me parait difficile de nier qu'il n'y a rien d'extraordinairement novateur dans Bomb Girls. Mais peu de séries ont su, jusqu'à présent, ce pencher sur l'arrière, cette facette de la Seconde Guerre Mondiale qui a pourtant eu tout autant d'impact que ce qui se passait au front. Bomb Girls offre de très jolis portraits, des intrigues bien menées, une bonne dose d'émotion et une photographie de l'époque qui nous transporte immédiatement.

La réalisation, bien que parfois légèrement trop propre, parachève l'excellent travail. Bomb Girls est une série qui a l'ambition de faire du bon boulot, en s'en donnant les moyens, mais sans en faire trop. Son bon goût la sauve du pathos ou de la simple reconstitution pour lui permettre de systématiquement parvenir à son objectif : raconter avec beaucoup de justesse et un peu d'émotion comment des femmes ont pris leurs vies en main. Juste avant d'aller arracher les cojones de ces Messieurs, donc.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Bomb Girls de SeriesLive. Pour le moment un peu sommaire, je vous l'accorde.

Posté par ladyteruki à 11:14 - Review vers le futur - Permalien [#]

25-08-11

Série culte

CultFavorite

Laissez-moi insister sur l'importance de savoir qui m'a recommandé The Cult : le pilot était bien trop bon pour que je ne laisse cette bonne action impunie.
Apparemment, The Cult, dont j'ignorais jusqu'à l'existence voilà quelques jours, a coûté plusieurs millions de dollars et est ce qui se rapproche le plus d'une superproduction. Des comparaisons avec Lost ont été lancées sur plusieurs des sites que j'ai consultés ; dans ce cas, c'est un compliment pour Lost.

Le premier épisode a en effet de nombreux points en commun avec la fameuse série d'ABC, la plus évidente étant cette forêt sombre et moite dans laquelle se déroule la majorité de l'intrigue. Et puis, bien-sûr, il y a cette atmosphère de mystère, savamment entretenue par un scénario qui trouve le moyen à la fois d'aller très vite, et d'en dire le moins possible. Ainsi, tous les lieux communs qu'on aurait rencontrés dans une production moins scrupuleuse sont écartés : le héros, père de deux fils adultes (ou jeunes adultes, j'ai eu du mal à déterminer leur âge), et en moins de 10 minutes, il a déjà compris où étaient ses fils et que l'organisation qui les abrite est plus que suspecte, en plus de s'être déjà trouvé des compagnons d'infortune qui partagent une expérience similaire.
L'épisode aurait pu prendre le temps. Ca s'est vu dans d'autres fictions du même genre : je réalise qu'il y a un soucis, je me mets en quête de réponses, je découvre qu'il y a d'autres personnes dans mon cas sur internet, on met en place une expédition. Sans que ça ne ralentisse l'intrigue trop fortement, on aurait très bien pu imaginer que ce soit plus détaillé dans le pilote. C'est un épisode d'exposition, on ne le lui aurait pas reproché.

Pour autant, ce n'est pas l'extrême inverse : ces passages de l'intrigue ne sont pas passés sous silence pour accentuer l'effet de suspense, ni remplacés par des scènes d'action, bref, ce qu'une série américaine aurait été un peu tentée de faire, avouons-le, dans la majeure partie des cas. De la même façon, on voit également ce qui se passe à l'intérieur des murs du camps de cette étrange secte, c'est même ce qui nous éclaire sur sa nature car de l'extérieur, personne ne semble savoir de quoi il s'agit au juste. L'endoctrinement est explicitement montré sans chercher à nous faire nous demander ce qui se passe ou ce que le gourou peut vouloir. C'est vite évident et on ne cherche pas à maintenir artificiellement le mystère.

Le choix de The Cult est visiblement de ne pas perdre de temps dans les poncifs, et d'aller directement à son intrigue, sans nous prendre pour des benêts. La preuve en est : on comprend très bien ce qui se passe sans ça, en fin de compte.

Et du coup les faits sont là : l'intrigue avance rapidement. Sans que ce soit précipité néanmoins. Et on le remarque au fait que la donne change rapidement : au départ on avait un homme seul qui courait après ses fils qui étaient dans le camps. A la fin de l'épisode, plus rien de tout cela n'est vrai. Et les revirements de situation attendus (il y a probablement une taupe dans le groupe, les frères ne sont pas en sécurité dans le camps, on cache des choses...) sont vite exploités, au lieu de durer. C'est vraiment appréciable, et je ne suis pas sûr que le mérite en revienne uniquement au fait que The Cult soit bâti comme une mini-série.

C'est le genre d'expérience qui donne foi en la fiction télévisée. Parce qu'on a l'impression que la série se donne du mal pour faire quelque chose de personnel, au lieu de suivre, ce qui serait pourtant si commande, les codes éculés de son genre. Un thriller sombre avec une organisation mal intentionnée ? Ca semblait super facile de nous trimbaler un peu. Mais The Cult est réellement intelligente, et considère que ça nous conviendra très bien comme ça, sans jamais devenir pompeuse, en gardant une saine dose de questionnements et d'action, mais sans abuser jamais ni de l'un, ni de l'autre.

Le seul problème de The Cult, en somme, c'est qu'un épisode mette plusieurs jours à cagouler, ce qui est vraiment frustrant. Mais je pense pouvoir vivre avec cette frustration pour les épisodes restants, si c'est le prix à payer pour une aussi bonne série.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche The Cult de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 23:54 - Telephage-o-thèque - Permalien [#]

24-08-11

Ici et ailleurs

Certes, le mois de septembre s'annonce comme un peu chaotique, mais, lentement mais sûrement, les posts plus longs vont reprendre. En attendant, mon cagoulage de The Cult vient de finir, et je ne me rappelle plus qui me l'a recommandé mais au vu des premières minutes, c'était vraisemblablement quelqu'un de très bien intentionné à mon égard, car The Cult est, dés les premières minutes, prenant et captivant, sans céder un pouce de terrain à la facilité. Tout ça sur un sujet très rare dans les séries...
Je sens que ça va être une grande histoire, du moins si j'arrive à cagouler les épisodes suivants, le pilote ayant déjà été difficile à récupérer. On en reparle dés que possible.

TheCult
Sinon, hier je me suis enfilé 5 épisodes de Yuusha Yoshihiko to Maou no Shiro, énième revisionnage du pilote inclus, et c'est rare que je me poile autant devant une comédie japonaise. C'est pas forcément fulgurant d'humour subtil, mais ça fait du bien partout dans ton corps.

Deux séries qui illuminent ma semaine. Alors que dans un tout autre registre, je peine un peu à finir la 5e saison de Friday Night Lights. Ce n'est pas tant une question de qualité de la saison elle-même que le regret de ne pas trouver quelque chose d'aussi impeccable que la 1e saison. Mais bon, ce sera fini dans quelques jours de toute façon, simplement je traine un peu la patte, c'est tout. J'aurai vraiment eu une relation compliquée à cette série jusqu'au bout...

Mais, alors que je prépare activement mon déménagement, qui aura lieu courant septembre (du coup je repasserai au format "un post chaque vendredi. minimum" le temps que ça se calme), je cherche surtout des idées de séries à regarder lorsque je serai coupée d'internet. J'ai l'embarras du choix, avec toutes mes acquisitions de ces derniers mois, mais il est devenu difficile de choisir !
Donc tout avis sur le sujet sera le bienvenu...

Posté par ladyteruki à 23:41 - 3615 My (So-Called) Life - Permalien [#]


  1