ladytelephagy

Purple is the new black. Un blog qui parle de séries, c'est devenu assez habituel. La question, c'est : de quelles séries ? Séries méconnues, séries anciennes, séries japonaises... mais aussi séries récentes ! Venez, la téléphagie, c'est contagieux !

21-01-12

Gypsy queens

Smash-promo

Comme, peut-être, vous avez pu le déceler de façon incroyablement subtile via quelques uns de mes posts cette semaine ou sur Twitter, il est une série qui fait battre mon coeur en ce moment, un pilote qui m'a charmée, un coup de coeur qui m'est tombé dessus. Smash est LE pilote de la mid-season (qui pourtant, on l'a vu, n'est pas mauvaise) à mes yeux. Et pourtant, je l'ai tenté un soir où j'étais de particulièrement mauvais poil et où, considérant mes attentes, rien n'était gagné d'avance.

Cinq minutes s'étaient écoulées quand j'ai su que j'adorerais Smash. Le déclic s'est produit à cet exact instant :

Thatswhathesaid

Eh oui c'est tout simple mais l'atout premier de Smash à mes yeux a été d'assister au processus créatif à l'origine de ce qui allait devenir un projet pour Broadway tout en laissant de la place à quelque chose d'humain et sympathique, d'attachant, en somme.
C'est d'ailleurs assez incroyable de voir comment Debra Messing, qui n'est pas toujours ultra-convaincante dans les rôles purement comiques (on a pu le voir avec Ned & Stacey ou bien-sûr Will & Grace) peut se montrer incroyablement parfaite dans des rôles dramédiques comme celui-ci ou bien The Starter Wife, dont j'ai maintenant très envie de me faire une intégrale comme si je n'avais que ça à faire. Son alchimie avec Christian Borle est impeccable et donne immédiatement de l'âme au lancement de l'épisode. Borle, de son côté, n'est pas en reste, et nous montre immédiatement un personnage de Tom très humain. Et surtout, on prend très vite la mesure de son attachement à Ivy. Les liens entre ces trois-là sont tout de suite très tangibles, et rendent le lancement de l'épisode facile à apprécier. La dynamique avec Ellis, l'assistant, se montre très vite tangible également.
Il me faut encore ajouter que le cast est intégralement excellent. Pas un maillon faible dans cette équipe talentueuse. C'est un vrai plaisir d'y trouver, notamment, Anjelica Huston, qui aurait pu interpréter un personnage bien plus froid et rigide et qui se montre elle aussi parfaitement humaine.

C'étaient donc là les points-clés lorsque j'ai commencé l'épisode. Très vite, évidemment, le personnage de Karen prend de l'ampleur. Il est évident qu'en approfondissant son histoire Cendrillonnesque, l'épisode fait tout de suite le choix de la mettre plus en avant qu'Ivy, de sorte que le conflit ultérieur de la série est rapidement explicité, voire peut-être même tranché. J'aimerais qu'on entre autant dans la vie d'Ivy que dans celle de Karen, au moins pour le moment... Les sujets abordés via son personnage ne sont pas nécessairement de la plus grande originalité (coucher pour réussir ou pas, le regard des parents, etc...), et elle peut sembler "trop" innocente, mais elle n'en devient pas antipathique, au contraire, et surtout, elle apparait comme indubitablement talentueuse.

Smash fonctionne aussi très bien comme hommage à Marilyn Monroe. Il ne s'agit pas que d'un prétexte ou d'une facilité, comme cela aurait pu être le cas ; on ressent un vrai enthousiasme envers le sujet (encore une fois, notamment grâce au personnage de Julia, définitivement une force motrice de la série).

Le plus gros défi de Smash, à une époque où Glee nous fourgue des chansons toutes les 3 minutes faute d'avoir autre chose à montrer, était sans doute du côté des numéros musicaux. Leur présence est ici entièrement intégrée dans le cadre professionnel ; il ne s'agit pas d'avoir un personnage qui va subitement entonner une chanson pour exprimer ses sentiments ou simplement prouver qu'il a du coffre. La démarche, notamment en fin d'épisode, est certes de dresser un parallèle entre la carrière de Marilyn et les espoirs des deux interprètes potentielles, mais il n'est pas question de faire pousser la chansonnette gratuitement.
Même si on peut être légèrement surpris de la rapidité avec laquelle les numéros sont composés et parfaitement aboutis (le processus est évidemment accéléré à des fins dramatiques), à aucun moment on a l'impression que Smash est une série musicale, c'est une série qui, étant donné son objet, est vouée à contenir des numéros de chant et de danse, mais qui ne les surexploite pas et ne se repose pas dessus. Ce n'est pas sa nature, en fait, pas vraiment.
Au vu du trailer, d'excellentes chansons nous attendent d'ailleurs à l'avenir, de la même façon que le final de l'épisode est magnifique.

Au stade du seul pilote, Smash s'annonce comme une réussite à la fois sur le plan qualitatif et sur le plan de l'attrait pour le grand public. Le juste milieu est parfaitement trouvé entre une fiction attachée à délivrer d'une part quelque chose de sérieux et cohérent, de bien écrit et bien interprété, et d'autre part, capable de devenir, sinon culte, au moins particulièrement enthousiasmant pour une audience large. A ce titre, Smash n'est pas une série telle que, au hasard, HBO aurait pu en commander pour parler de Broadway ; elle n'a sans doute pas les qualités requises pour que la critique, unanime, la traite comme un bijou, en tous cas pas dés le premier épisode. Mais elle a de grandes forces derrière son appeal général, et avec un peu de persistance, elle peut contenter aussi bien un public exigeant que des gens qui viennent juste se remplir les oreilles de chansons le lundi soir.
Puisque je suis correspond à la cible dans les deux cas, vous imaginez bien que j'ai pris un pied phénoménal devant ce pilote (que j'ai déjà regardé 4 fois, comme ça a tendance à arriver de plus en plus quand un pilote me ravit), et que mon enthousiasme sans borne n'est pas prêt de se tarir. On en reparlera donc, à n'en pas douter.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Smash de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 19:52 - Review vers le futur - Permalien [#]

19-01-12

The guessing game

Il suffit parfois d'une image, d'une expression faciale, d'un mot, pour déclencher votre imagination.
Je ne connais encore pas grand'chose d'une série, parfois rien du tout, mais soudainement, grâce à cet indice en apparence anodin, je me lance dans des rêveries sans fin pour deviner si elle abordera tel thème, proposera telle scène, emploiera tel ton... C'est comme ça que je peux être émue rien qu'en lisant le pitch de The Circuit avant même d'en avoir vu la moindre image, ou que je peux chérir pendant des années un générique parce que c'est la seule chose que j'arrive à avoir d'une série qui me fait fantasmer, genre Inconceivable.
Dans ces cas-là, la magie opère ensuite avec la série quand l'un des scénarios que j'avais imaginés est emprunté de près ou de loin par la série en question. Ce ne sont pas tant les grandes intrigues qui happent alors mon attention, que des détails qui définiront le statut de la série à mes yeux, émotionnellement parlant. C'est aussi comme ça que naissent les grandes histoires de téléphagie, en réalité...

Alors forcément, quand je découvre un pilote, et qu'il me plait, j'aime commencer à me demander les pistes que la série empruntera par la suite. Les petites, pas les grandes. Le pilote est toujours très clair sur les grandes (ok, sauf celui de Naznaczony). C'est son boulot.

Vu que j'en suis encore à avoir des étoiles plein les yeux, essayant de me sortir de la tête que la série s'appelle Smash OMG thank you God (ce qui, j'en suis consciente, serait difficile à sérieusement promouvoir), et qu'il ne m'est donc pas encore très aisé de composer un post avec des vrais mots pour vous retranscrire mes impressions sur le pilote de Smash (contrairement aux apparences, j'ai beaucoup de choses à en dire, je ne suis simplement pas encore capable de les formuler), je vais m'en tenir à quelques images du trailer de fin d'épisode (du coup, c'est par définition spoiler...), qui, et c'est le but après tout, m'ont donné matière à imaginer ce qui nous attend.

Derrière les axes évidents, explicités par le pilote et de véritables lignes de dialogue dans la bande-annonce, qui ont pour mission de nous donner envie de voir la suite, il y a aussi, il y a SURTOUT les minuscules détails qui piquent ma curiosité, donc. Qui auront pour mission d'ajouter à l'intérêt de Smash. Qui feront la différence entre une bonne série et une série dont je vous infligerai encore des tags 5 ans après (genre Pushing Daisies ; tiens, vous voyez, je viens de le refaire).

Parmi les brèves images du trailer qui me rendent folle de joie, d'impatience et de curiosité, il y a par exemple celle-ci, qui semble me promettre qu'en perdant The Miraculous Year, je n'aurai pas tout perdu de certains thèmes relatifs à la vie à Broadway que je voulais voir exploités dans une série.

SmashMeHard-1

Ou celle-ci, qui me fait espérer que ce qui sera, au minimum, un rebondissement (ou au pire, un élément déterminant de l'avenir de la production) ne sera pas une bête grossesse. Pitié pitié, pitié, pas une grossesse ! J'aimerais tellement que ce soit en rapport avec la séropositivité ou le SIDA, quelque chose dont on ne parle pas assez quand on parle du show business alors que, bordayl, c'est l'un des milieux où il est évident que les choses posent question.

SmashMeHard-2

Ou bien, puisque ce même trailer nous montre brièvement Karen répétant aussi pour le chorus quand Ivy occupe le devant de la scène, les coulisses de la vie des danseurs anonymes (soyons réalistes, je ne pouvais que vouloir l'exploitation de cet angle). Tout espoir n'est d'ailleurs pas perdu puisqu'on a un aperçu de cette confrontation avec une danseuse en début de carrière...

SmashMeHard-3

D'ailleurs j'espère qu'on ne s'en tiendra pas qu'à la compétition pour le rôle principal et qu'on abordera un peu d'autres aspects de la production, comme les costumes ou les décors (de la même façon que j'étais étonnée d'apprendre qu'un chorégraphe puisse auditionner). Je ne suis pas du tout en train de dire que ces axes m'intéressent plus que les histoires principales et qu'ils devraient prendre plus d'importance qu'elles, mais simplement que j'espère que la série fera un tour à 360° de tout l'univers de Broadway et de la façon dont on pense un projet.
Oh, et, héhé, le coup du verre dans la figure, ça va devenir une blague récurrente, aussi ?

Enfin voilà, quelques pensées comme ça, vite fait, parce que, oui, j'ai le trailer en boucle depuis hier soir. On se refait pas, hein.
Bon, promis, je me rassemble et je fais mieux que ça pour mon prochain post sur Smash...

Posté par ladyteruki à 20:16 - 3615 My (So-Called) Life - Permalien [#]

18-01-12

A telephage's best friend

Merci merci merci !
Mes prières ont été entendues, et exaucées. Smash est LA série sur le show business dont j'ai rêvé.

Pour la review complète, il faudra attendre que je me recompose et que j'arrête de battre des mains en remerciant mentalement à peu près tout le monde. Faut m'excuser, hein, mais je suis trop extatique pour vous sortir plus de 10 lignes ce soir. C'est juste parfait ! Merci Theresa Rebeck. Merci Debra Messing. Merci Christian Borle. Merci Angelica Huston. Merci Megan Hilty. Merci Katharine McPhee. Merci au moindre danseur, au plus insignifiant assistant, merci, merci, merci !
C'est exactement le pilote que je voulais, comment vous avez su que c'était bientôt mon anniversaire ? C'est trop, fallait pas !

Smash-Marilyn
Après Homeland, Boss et quelques autres... maintenant Smash ! On a vraiment une saison du tonnerre de Dieu.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Smash de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 23:31 - 3615 My (So-Called) Life - Permalien [#]

12-12-11

41

Ces derniers jours, j'ai été saisie par l'envie de revoir A Chorus Line. C'est cyclique, depuis que j'ai découvert le film voilà deux ans, pour tout vous dire, et j'ai dû le voir... allez, sans exagérer, 40 fois depuis lors ? Je n'ai jamais vu The Red Shoes, qui est invoqué par plusieurs personnages pour leur avoir donné envie de danser, mais probablement que si j'avais été plus jeune au moment de le découvrir, A Chorus Line aurait eu un effet similaire sur moi (dommage pour les ambitions de mes parents qui m'ont payé leur lot de cours de danse en leur temps, ça n'a pas été le cas).
Rarement, pour ne pas dire jamais, j'ai été aussi authentiquement fascinée par de la danse, ou, à un degré moindre, du chant. Je ne saurais que trop vous conseiller ce film, qui, même s'il a évidemment vieilli visuellement, est toujours aussi impressionnant sur le plan technique et narratif, comme j'ai pu vous le dire lorsque je vous en ai parlé la première fois.

ChorusLine

L'effet qu'A Chorus Line a sur moi, je ne l'ai jamais ressenti ni/ou retrouvé dans des fictions télévisées équivalentes, en dépit du fait que les séries plus ou moins musicales, avec des jeunes qui veulent travailler dans le monde du spectacle, soient apparus de façon épidémique sur les écrans pendant la dernière décennie. Fame s'en approchait sans avoir des personnages d'une telle force ; le côté adolescent du contexte lycéen n'aidant probablement pas puisque c'est un contexte qui ne gagne jamais des points avec moi et a plutôt tendance à m'ennuyer très vite au contraire. Et Glee, certainement la série phénomène qui a le plus voulu jouer sur cette mode, a prouvé que l'univers adolescent prend même toujours le dessus, c'est une bataille depuis fort longtemps perdue. De toute  façon, en-dehors de Fame, le chant a, pour des raisons essentiellement mercantiles, toujours pris le pas sur la danse dans ce type de productions télévisées, le concept étant de vendre des CD ou des morceaux sur iTunes, et pas de proposer de véritables performances impressionnantes intégrées dans une histoire intéressante. La danse dans ces fictions se cantonne à remuer les fesses en rythme et se prendre pour une rockstar, et pas à DANSER.

Alors vous l'aurez compris, j'ai beau essayer de ne pas trop m'intéresser aux projets, à ce stade à la fois de fascination et de déception (la première venant du cinéma et la seconde de la télévision) je ne peux que commencer à sentir monter l'impatience de découvrir Smash. Pilote pour lequel il me faudra apparemment attendre encore plusieurs semaines, mais après tout je l'ai attendu jusque là, je peux bien encore patienter un petit peu.

Ce qui m'attire, ce n'est pas simplement Broadway (même si, il faut le dire, ce simple nom a tendance à lancer mon imaginaire, hello The Miraculous Year !), mais bien le concept d'effort, de travail, de répétition, de sacrifice et, je le répète, d'effort, qu'implique une carrière à Broadway. Ce n'est pas un style de vie pour les mauviettes, les petites divas capricieuses qui veulent les paillettes sans la sueur, et les starlettes qui pensent pouvoir se reposer sur la technologie pour briller. On ne triche pas, sur scène, ou si peu, on ne le peut pas, on n'en a pas le droit, on travaille dans un univers cruel où c'est l'excellence qui vous porte où vous êtes (même si ensuite le réseau de relations vous y conserve dans une certaine mesure), au rythme des auditions qui vous forgent le caractère. Il ne suffit pas d'avoir une bonne bouille et de faire des risettes pour ravir le public, il faut assurer techniquement. Les personnages de Glee (et une bonne partie de leurs interprètes) ne peuvent pas rêver d'en faire autant.
Le problème c'est que c'est vachement moins vendeur, d'où le fait que la distribution de Smash marche un peu sur des oeufs, notamment avec la présence dans le rôle principal d'une ancienne candidate à une émission de télé-crochet (oui je parle comme ma grand'mère), ce qui m'agace un peu (oh, il y a eu d'incroyables candidates à ces émissions, vous parler à quelqu'un dont 30% des playlists occidentales sont constiuées de chansons de Carrie Underwood) et me rend aussi un peu craintive.

Il est devenu difficile de faire une série "honnêtement" basée sur le monde du spectacle sans avoir derrière la tête de vendre des CD ou des morceaux sur iTunes... et Smash s'y essaye justement avec la promo autour de la chanson Beautiful. J'espère qu'en dépit de ses espoirs de rentabilité à la Glee, Smash conservera une certaine "intégrité". Mais après avoir vu cette video, j'avoue que je n'ai qu'une envie : m'envoyer à nouveau A Chorus Line.

Posté par ladyteruki à 23:41 - 3615 My (So-Called) Life - Permalien [#]

29-09-11

Le petit dinosaure et le wall-e des merveilles

TerraNova

Quand j'étais petite, Spielberg, c'était un nom qui en jetait. Ca évoquait de grandes productions intelligentes mais sans être rébarbatives, de grands films devenus des classiques (même si je n'en avais pas vu la plupart), et un goût certain pour les effets spéciaux qui ont l'air naturels (par opposition à ce que peut évoquer le nom de Michael Bay). Du bon divertissement.
Quand j'étais adolescente, Spielberg, c'était un nom qui inspirait le plus grand respect. C'était Band of Brothers. C'était la grâce et le chaos tout à la fois. C'était la marque de l'excellence. Et dans une moindre mesure, il n'y a pas si longtemps, cette excellence se retrouvait dans The Pacific.
En 2011, Spielberg est un nom creux.

Quand il est associé à une série, on dirait qu'il n'y a plus rien à en attendre. Bien-sûr, quand son nom est associé à un projet, ce n'est pas toujours au même titre, objectivement je le sais bien, mais normalement on s'attendrait à ce qu'il cherche à produire quelque chose d'aussi bon que s'il le réalisait lui-même, parce qu'il a une réputation à maintenir. Mais non. Après Falling Skies, voilà Terra Nova. Et les mots me manquent pour vous exprimer combien je suis déçue par quelqu'un en qui j'avais confiance.

Ce qui s'est passé, c'est que déjà, j'ai adoré l'univers du début du pilote. Je n'étais même pas certaine de voir de quel monde les humains de Terra Nova arriveraient, et j'ai découvert un endroit noyé dans le chaos, certes caricatural en ces temps où plus personne ne recule devant des scénarios catastrophe pour le futur de notre planète, mais définitivement porteur de sujets que j'aimerais un jour voir une série aborder (PS : il est question d'adapter à nouveau du Asimov pour le cinéma ; les enfants, c'est pour la télévision qu'il faut l'envisager !). Rien que la question de minimiser la population de toute la planète est intéressante (rappelez-vous, j'ai déjà évoqué des sujets similaires), ce serait captivant plutôt que d'en faire un vulgaire prétexte qui sera balayé au bout de quelques minutes de pilote. Mais bon, pendant ce temps je me dis qu'il n'y a toujours pas de série qui fasse ce que j'écris avant que qui que ce soit ne le lise, alors c'est tout bon pour moi dans le fond.
Enfin voilà, grosse déception finalement parce que l'univers de Terra Nova qui m'a plu, c'est celui que les personnages quittent. Mais d'ici à ce qu'une chaîne ait le courage de ne pas forcément tomber dans le message d'espoir sur l'avenir, et de nous montrer une série d'anticipation où on soit dans la merde et où, plutôt que de fuir les problèmes, il faille les gérer, c'est pas demain la veille.

L'autre gros problème de ce pilote, c'est que chaque fois qu'il y est question de dinosaures, on a l'impression que le script de la scène a été pompé dans le premier Jurassic Park (j'ai même pas vu les suivants), accouchement du triceratops en moins, mais patience, c'est une série après tout. Les gentils herbivores à qui on donne à manger, le vilain carnassier qui s'attaque aux gens dans la voiture, c'est INSUPPORTABLE. Et la promo qui disait qu'on n'avait jamais rien vu de pareil, eh bah, manquent pas de toupet les marketeux de la FOX.
C'est tellement vu et revu que moi, la scène de la bagnole (la scène inteeeeeeerminable de la bagnole, devrais-je dire), je l'ai regardée en mangeant et vous pouvez-me croire, pas un instant je n'ai eu la fourchette en suspens. Terra Nova, la première série d'action et de suspense avec laquelle les cardiaques ne risquent rien ! C'est pas avec des scènes qu'on a l'impression de connaître par coeur qu'on va se mettre en émois...

Les gens qui avaient regardé les promos de Terra Nova et suivi le projet semblaient surtout craindre un côté trop gentillet, trop familial. C'est vrai qu'il y a deux personnages franchement chiants (les deux filles : l'une parce qu'elle n'est là qu'à titre de prétexte, on l'a dit, et l'autre parce que son super-cerveau n'aura de l'intérêt que plus tard dans la série, je le sens bien comme ça, et qu'en attendant il va falloir se la taper quand même), mais tout à fait entre nous, s'il y avait une meilleure alchimie dans le cast, à commencer par les parents, ça ne serait pas tellement un problème. Mais comme de toute façon leur dynamique est vite balayée d'un revers de la main derrière des histoires clichés (voir aussi : adolescent récalcitrant), on n'aura pas le temps d'apprécier le fait que cette famille est unique et qu'il y a une bonne raison de la suivre.
On va vite découvrir que les personnages ne cherchent pas à sortir de la caricature, aucun. C'est vrai pour notre petite famille et pour les autres. C'est assez assomant, dans l'ensemble. Et du coup la série n'est pas vraiment gentillette, pas autant que les personnes dont j'avais lu les réactions semblaient le craindre, mais ça reste très unidimensionnel. Evidemment, ce n'est qu'un pilote (il faudrait mettre ce disclaimer chaque fois qu'on parle d'un pilote même si ça devrait tomber sous le sens), cela dit on a vite le sentiment que la série ne se cherche pas du tout de ce côté-là, de la même façon que le ton de Falling Skies était très similaire et n'a jamais eu l'envie ensuite d'aller vers quelque chose de plus complexe et développé. Il faudra vraisemblablement en faire notre deuil : il n'y a guère de place pour la nuance dans les personnages qui peuplent ces séries.

Parce qu'il faut bien vivre, Terra Nova introduit rapidement une petite mythologie avec les Sixers, ce groupe dissident qui ne va pas manquer de venir foutre le bordel du côté de Terra Nova, et ce dés le pilote. Le problème ce n'est pas que cette mythologie soit introduite dés le pilote (surtout vu qu'il a une durée double), c'est qu'elle soit aussi développée pendant la seconde partie alors qu'on méritait un meilleur traitement. Les spectateurs étaient en droit d'avoir leur content d'installation, de visites, et pourquoi pas, d'initiation avec les filles quand elle vont à la journée d'orientation (mais les scénaristes eux-mêmes reconnaissent que ce sont des boulets vu qu'à chaque fois qu'il se passe quelque chose, elles ne sont pas dans le coup), pour comprendre comment fonctionne Terra Nova, comment les gens y vivent, comment la colonie fait pour s'agrandir, etc... D'ailleurs un truc tout bête mais, est-ce réellement une colonie ? Je n'ai pas bien compris leurs objectifs : les gens qui sont envoyés dans le passé, ils sont supposés faire quoi ? Se multiplier ou pas ? Comment ils espèrent faire venir les milliards d'autres êtres humains à ce rythme ? EN 7 ans, il n'y a eu que 10 missions ? Mais euh, je sais pas, ça les panique pas un peu ?

Bon et tant qu'on en est à poser des questions... J'ai compris l'histoire des timestreams (même si la réponse à cette question a tardé à être explicitée), mais ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi avoir choisi de revenir 65 millions d'années en arrière. Je veux dire, oh, les mecs, vous le saviez qu'il y avait des dinosaures à l'époque, non ? Vous pouviez pas préférer les origines de l'Homme, tout simplement, une fois que les grands lézards avaient débarrassé le plancher ? C'était quand même plus tranquilou.
Réflexion faite, ça a peut-être été dit à un moment où je finissais mes pâtes, absorbée dans la contemplation de ma sauce à la tomate faite maison. C'était tellement captivant, ce pilote...

Enfin bon, pour le moment, je ne suis pas convaincue par cette fable écologique avec des morceaux de gros monstres dentu dedans (un peu comme si Jurassic Park s'était invité chez Wall-e), mais un peu à la façon de Falling Skies, j'ai envie de voir ce que ça va donner parce qu'il peut y avoir un ou deux thèmes intéressants s'ils sont biens développés (ils ne le seront pas, et ce sera tant pis pour moi, mais je DOIS le vérifier par moi-même). Ce ne sont pas forcément les aspects que je redoutais le plus qui se sont avérés plombants, mais plutôt l'impression que derrière les moyens colossaux, il n'y a pas beaucoup d'âme. Encore et toujours le même problème des mecs qui, parce qu'ils ont plein de fric pour s'en donner à coeur joie sur la forme (et je le leur concède, pour l'instant ça a plutôt de la gueule), pensent qu'ils sont dispensés de construire quelque chose de vraiment puissant sur le fond.
Je conçois qu'on donne dans le "grand public", mais il fut un temps où il n'était pas impossible de proposer plusieurs niveaux de lecture pour que tout le monde ait son content. C'est aujourd'hui devenu rare, et les deux séries accolées au nom de Spielberg cette année l'ont prouvé.
En 2012 viendra l'heure de Smash. Avec un peu de bol, il va se resaisir. Mais si, vous allez voir. Il faut y croire.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Terra Nova de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 13:00 - Review vers le futur - Permalien [#]