ladytelephagy

Purple is the new black. Un blog qui parle de séries, c'est devenu assez habituel. La question, c'est : de quelles séries ? Séries méconnues, séries anciennes, séries japonaises... mais aussi séries récentes ! Venez, la téléphagie, c'est contagieux !

27-09-11

Post oublié

Croyez-le ou non mais j'ai bien failli oublier de rédiger mon post sur le pilote d'Unforgettable, puisque Scarlatiine et moi avons un deal : elle regarde tous les pilotes de la rentrée à la condition que j'écrive sur chacun d'entre eux.
J'aurais fait exprès d'oublier que j'aurais pas pu (et pour cause), ça ne s'invente tout simplement pas. Et ça tombe bien parce qu'Unforgettable n'invente rien non plus. Ooooh que non.

Bon alors, que vais-je en dire ?

UnforgettableOuPresque
J'hésite.
Est-ce que je me mets en colère ? La, maintenant, tout de suite, de voir un de ces procedurals à la con comme on a eu Past Life, ou chais plus quels autres, je les oublie aussi vite qu'ils sont annulés de toute façon ? Est-ce que je me révolte contre cette impression de bouffer toujours les mêmes histoires, toujours les mêmes personnages, toujours les mêmes effets à la con ? Est-ce que je me lève d'un air obstiné pour dire que si c'est comme ça, eh bah je préfère encore regarder Whitney ? Vous savez, un long paragraphe furieux où j'exagère juste un peu ?
Ou bien est-ce que j'opte pour le mépris ? Vous savez, quand j'utilise tout un tas de métaphores et de comparaisons cinglantes pour vous faire comprendre que je n'ai que du dégoût à offrir à une pareille production froide et sans saveur ?
Ce que je peux aussi faire, c'est simplement en rire. Mais est-ce que j'arriverais à en rire ? Est-ce que je ne suis pas trop fatiguée pour en rire ? J'étais encore capable d'en rire il y a quelques années. Mon humour n'aura pas survécu à ce genre assomant.

En tous cas ce post ne pourra pas être positif, tenez-vous le pour dit. Je n'ai pas encore le plan dans ma tête mais le ton sera négatif, ça c'est sûr.
Peut-être un peu moqueur, aussi, parce qu'à force de mincir ET de se faire gonfler les lèvres, certaines actrices ne ressemblent plus à rien.

Ah, il faut absolument que je case cette pensée qui m'est venue pendant le pilote : la série est composée au bon tiers de scènes pendant lesquelles l'héroïne... se souvient. Alors autant dans la ruelle, bon, ça faisait son petit effet, la reconstitution, tout ça ; autant la tête d'ahurie constipée au diner, bof. Et alors ? Moi aussi j'arrive à me souvenir d'avoir passé une nuit avec un de mes ex. Manquerait plus que ça encore. Et je fais pas de l'hypermnésie pour autant.
Faudra aussi mentionner que je tire mon chapeau à la bonne femme qui a une telle mémoire qu'ELLE SE VOIT DANS SES SOUVENIRS avec un regard extérieur. Trop. Fort. Ca par contre je sais pas le faire.

Faudrait que je pense aussi, à un moment de mon post, à parler des scènes débiles dans la forêt. Au stade du pilote on est déjà complètement sûrs que c'est l'héroine qui a tué sa frangine, déjà, et franchement personne ne frémit. Si au moins yavait une bonne ambiance... ouais, penser à mentionner qu'avec une forêt et de la neige, le minimum serait d'avoir un peu les jetons.

Et sinon, quoi d'autre ? Ah, penser à mentionner d'autres séries, pour orienter les lecteurs vers des trucs qui valent le coup d'être vus ou simplement pour parler de quelque chose de moins désagréable.
Pis je crois que j'aurai fait le tour.

Non, vraiment, c'est tout. Et maintenant j'ai envie de revoir le final de Will & Grace.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Unforgettable de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 11:56 - Review vers le futur - Permalien [#]

13-08-11

NTSF:SD:SUV::OK

NTSFSDSUV

Grâce à Maxx, j'ai découvert aujourd'hui une série dont j'ignorais tout, ce qui est probablement mon activité téléphagique préférée de tout l'univers. Merci à lui, donc.
Car quand une série se pique de tirer à boulets rouges sur des séries genre Les Experts, après qu'on ait bouffé des séries policières pendant plus d'une décennie et qu'on continue de nous en fourguer par pelletées à chaque season, mid-season, summer season et tout le toutim, ça fait du bien.

Donc, je me suis envoyé les 4 premiers épisodes de NTSF:SD:SUV::, ce qui n'est d'ailleurs pas lourd de conséquences parce que les épisodes font moins d'un quart d'heure. Une véritable affaire, cette découverte.

NTSF:SD:SUV:: se moque de tout ce qui fait le charme des séries policières (ou pas), comme les acronymes, les blagues à la con, les scènes de fin où tout le monde se réunit pour dire que c'est fini et que tout va bien, les scènes avec un portable, les gros SUV, les scientifiques, les scènes d'action à la con, les méchants à la con, les morts à la con, bref, les séries à la con, parce que franchement, les procedurals, c'est pas souvent intelligent (et chaque fois qu'on en sort un nouveau, il faut avouer qu'il est encore plus crétin que les précédents, et malgré ça on continue de nous flanquer à chaque saison des Past Life et des The Protector, preuve que tout le monde n'apprend pas forcément des erreurs).
Donc pour moi qui ai développé ces dernières années une allergie profonde aux séries de ce genre (à un tel point que je n'ai même plus la force de regarder New York Unité Spéciale que pourtant j'aimais à une époque), c'est parfait.

Les blagues sont pour le moins potache. Le budget est... modeste, dirons-nous. Les acteurs ? On ne leur demande pas de nous faire du Hamlet. Mais on s'en fout. On s'en fout parce que déjà, si on voulait une série qui se prend au sérieux, on regarderait tout justement Les Experts. Et puis, vu que ça dure un peu plus de 10mn, disons qu'on a un bon rapport qualité/temps.

La parodie n'occupe pas tout le temps d'antenne : en général, les histoires sont surtout matière à déconner, et seules certaines références ou répliques relèvent de la parodie. Ce n'est pas très grave. Mais il faut quand même admettre que je préfèrerais voir le côté parodique plus accentué, comme pour me venger des heures de souffrance devant les séries visées.
Et puis comme le soulignait Maxx en me vendant la série, il y a pas mal de guests donc ça fait quand même bien plaisir.
NTSF:SD:SUV:: est donc un bon petit divertissement sans prétention mais sympathique, qui gagne à être connu. Je recommande, et j'irais même jusqu'à dire que c'est nécessaire par les temps qui courent, et ce, jusqu'à ce qu'on soit débarrassés des procedurals qui envahissent nos petits écrans.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche NTSF:DS:SUV:: de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 22:22 - Review vers le futur - Permalien [#]

27-09-10

Attrape-moi si tu peux (et tu peux pas)

Bon, ça y est. Après le premier coup de cœur de la saison, avec Raising Hope, est venu le tout aussi incontournable coup de fatigue de la saison. Celui où vraiment, c'est trop me demander. Un pilote comme celui-là, on a de la chance quand il n'y en a qu'un par saison. Un pilote chiant, limite pourri, franchement ras des pâquerettes, pire qu'Outlaw parce qu'on se sent même pas la force d'aller au bout... que voulez-vous, il en faut un dans la grille. Un pilote que je n'ai pas fini, en dépit de toute ma bonne volonté. Bon, j'ai promis que je testerais tous les pilotes de la rentrée, j'ai pas promis de me les infliger jusqu'au bout lorsqu'ils sont d'une nullité abyssale, non plus. Pas déconner.
Et donc, voilà le criminel (ironiquement) :

TirelaChase
Après Past Life, il y en a qui persistent à ne signer que pour des merdes insondables...

Chase, ça pourrait être une série tolérable s'il n'y en avait pas déjà 30 dans son genre et qu'elle était mieux réalisée et mieux interprétée et que le cast ne donnait pas l'impression d'avoir passé plus de temps dans une salle de sport que dans un cours d'art dramatique.
C'est dire si on est loin de mon seuil de tolérance.

Le problème est donc multiple : d'une part, on a une enquête policière (oh, pardon, ce sont des Marshals), genre épuisé et surtout épuisant au possible. L'angle d'approche aurait pu être original mais il s'y refuse obstinément : lorsqu'on entend des petites phrases du genre la musique qu'écoute un criminel est déterminante pour son profil, on se dit, ah, tiens, essayer de définir par un criminel en cavale par sa culture, c'est intéressant. Mais ce n'était qu'une phrase en l'air, en fait, et une excuse pour aller faire chanter Kelli Giddish devant une mignonnette petite fille. Zut, tant pis, mais heureusement, il reste la réalisation... qui elle-même est chiante au possible. Course-poursuites, séquences au bureau, confrontations avec les témoins voire même le criminel, tout reste le plus basique possible parce que, si on prend des risques, vous comprenez, NBC aura l'impression de n'avoir pas assez copié les recettes de CBS (ah bah, c'est du Bruckheimer, cherchez pas). Allez, fort heureusement il reste un cast solide, avec une Kelli Giddish qui fronce les sourcils d'un air pas commode mieux que jamais, un Cole Hauser au format armoire à glace mais totalement transparent, ou encore un Jesse Metcalfe qui tente de faire se liquéfier les jeunes filles qui ont assez peu de chances d'avoir regardé ce pilote de toute façon, n'étant pas du tout dans la cible.
Merde, attendez... ça veut dire qu'il reste quoi ?

Hm.

Incidemment, beaucoup de ces reproches ont déjà été adressés par mes soins au pilote de Past Life. La dernière fois, j'avais été jusqu'au bout du pilote. Cette fois, après 26 minutes pendant lesquelles j'ai littéralement levé les yeux au ciel dix fois et soupiré douze autres, j'ai arrêté les frais.
Tenez-moi au courant si Chase devient un épatant phénomène planétaire fédérant des audiences de folie autour du globe, hein, mais excusez-moi si je ne retiens pas mon souffle.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Chase de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 13:24 - Review vers le futur - Permalien [#]

19-02-10

New high or new low ?

Les opinions restent partagées au sujet de Life Unexpected. Tantôt c'est l'ennui blasé qui domine ("ça n'a pas déjà été dit à l'épisode précédent, ça ?"), tantôt c'est l'attendrissement bon enfant ("oh, Baze est vraiment trop puéril..."). Quand je lis des reviews, la série ne réunit que sur un point : c'est pas révolutionnaire.
Mais sur le reste, c'est plus flou.

Un reproche que je lis souvent est qu'on nous sort systématiquement les violons avec l'enfance pas jouasse de Lux. Et il faut reconnaître qu'il ne se passe pas un épisode sans qu'on nous rappelle que sa vie était trop dure avant, un coup de "tu t'rends pas compte c'est la première fois que j'ai des parents", une louche de "je veux juste essayer d'être normale pour changer", etc... Je conçois totalement que ce soit un peu usant alors que ça ne fait que 5 épisodes que la série sévit. Et pourtant, je m'inscris en faux.

En suivant les tags, vous verrez que j'étais relativement tiède au moment du pilote. Mais, de la même façon qu'on se contente d'un The Deep End par les temps qui courent, j'ai continué à regarder Life Unexpected. Et vous savez pourquoi ? Justement pour ça. Parce que Lux en a bavé et qu'à chaque épisode, il y est fait mention.

Pour moi c'est justement une force : ne pas avoir fait des 16 premières années un prétexte cantonné au pilote, mais d'en parler encore et encore, parce qu'il y a un réel traumatisme chez l'adolescente, et que c'est ce qui préside à toutes ses actions. Si dans le prochain épisode, il n'y est pas fait mention, là je commence à m'inquiéter. Parce qu'on est dans une série de la CW et que je me dirais qu'on a basculé dans quelque chose de trop gentillet, d'irréparablement niais. Tant qu'on parle, même brièvement, de l'enfance en foyers de Lux, je considère que la série fait son travail de garder les pieds sur terre. C'est ce qu'on attend d'elle, que Life Unexpected propose quelque chose de plus en prise avec le réel que la plupart des autres séries de la chaîne. Du jour où elle arrête, elle perd sa seule spécificité.

En fait, ça pose la question de ce qu'on attend d'un drama comme celui-là.
Dans une série peu feuilletonnante comme le sont la plupart des dramas policiers et pseudo-policiers du moment (au fait, prenons quelques secondes pour nous réjouir de l'annulation de Past Life !), évidemment, le problème ne se pose pas. Dans des séries avec des orientations définies, comme en ce moment Lost ou Dexter, avec des résolutions d'intrigues à l'horizon, il n'y a pas cette préoccupation non plus, les objectifs sont ciblés, on y arrive un épisode à la fois.
Mais un drama comme celui-ci ? Concrètement, qu'espère-t-on ? Depuis le début, il ne s'agit pas de poser les bases d'une intrigue qui va se démêler progressivement, mais juste de donner les éléments d'une situation dans laquelle on va voir évoluer les personnages. On attend donc des personnages qu'ils soient explorés en long, en large et en travers, et on teste leurs réactions à diverses situations, au fil des épisodes, essentiellement dans ce but. En cela, Life Unexpected se rapproche plutôt de la dynamique d'un dorama, où on se contrefiche pas mal de l'histoire et où il s'agit surtout de dresser des portraits humains auxquels le public s'identifie et/ou s'attache.

Mais voilà, les spectateurs n'adhèrent pas forcément à ce genre de séries. On a probablement un peu oublié ce que c'était que ces séries-chroniques, il faut le dire franchement. Les séries dont Life Unexpected est considérée comme l'héritière proposaient déjà pas mal ce genre de choses, mais on l'a dit, elles avaient quasiment disparu des écrans, on pensait leur race totalement éteinte et Life Unexpected, avouons-le, n'est pas toujours aussi convaincante, mais elle se place dans la même logique.

Or, il y a les spectateurs qui adhèrent au concept du "lâchons les personnages dans une situation donnée et faisons un bout de chemin avec eux" (concept qui implique nécessairement qu'on passe et repasse sur les actes fondateurs de leur personnalité, comme ici les expériences en foyer malheureuses de Lux)... et ceux qui préfèrent savoir où on va, et pas la peine d'approfondir trois ans le personnage pourvu que l'intrigue avance. Mais je ne suis pas du tout convaincue qu'il faille attendre de Life Unexpected ait une intrigue. Et je trouve que dans son genre, elle s'en passe plutôt bien.

BazeUnexpected

Il suffit de voir à quel point le personnage le plus réussi de la série à ce jour, celui de Baze, en fonctionnant sur le même principe que celui de Lux, en remet une couche à chaque épisode sur son vécu, et s'est ainsi enrichi incroyablement avec les épisodes. On passe, on repasse, et on rerepasse sur son côté immature, et on réalise que le personnage est un peu plus dense à chaque fois. Comparativement, c'est justement ce qui manque à Cate (enfermée dans un rôle prédéfini et qu'on se garde bien de regarder de trop près), et c'est ce qui en fait le personnage le plus chiant du trio principal.

Donc voilà, concrètement, le nœud du problème de Life Unexpected. Problème qui donc à mes yeux n'en est pas un : tout le principe de la série, c'est de détailler ses personnages épisode après épisode. Et la découverte de détails passe par l'exploration des éléments de départ de ces personnages.
Mais ça ne plaira pas à tout le monde, de la même façon que Life Unexpected, avec sa manie de clôturer ses épisodes de façon un peu sirupeuse (au point de préférer nous laisser sans nouvelle de Bug à la fin de l'épisode 5, plutôt que de ne pas finir sur un happy end), n'est pas destinée aux cœurs les plus endurcis et aux obsédés de l'intrigue à rebondissements.
Il faut juste savoir dans quoi on s'embarque !

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Life Unexpected de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 15:47 - Review vers le futur - Permalien [#]

12-02-10

Métempsycose

Oh dites donc, vous tombez à pic. J'étais justement sur le point de parler de la nouvelle série de CBS, Past Life.

PastLife

Comment ça, "ça ne passe pas sur CBS" ? Mais si. Ah mais j'insiste. Vous voulez des preuves ? OK, passons donc en revue les critères pour qu'une série de 45mn soit diffusée sur CBS :

Intrigues policières  
Check
Postulat étayé de façon plus ou moins scientifique  
Check
Équipe d'enquêteurs avec le quota de jeune, vieux, belle blonde...
Check
Absence de scénario au profit d'un pitch déclinable à l'envi  
Check

Après ça, ceux qui insisteront pour dire que Past Life est une série de la FOX seront de mauvaise foi.
Quoique, je vous le concède, avec ses Bones, ses Fringe et ses Lie to Me, on a bien compris que la FOX, à l'exception de Glee, n'est capable que de diffuser des ersatz de CBS.

Il faut le reconnaître, Past Life est d'une banalité navrante dans le contexte actuel. Inutile d'espérer. La série se conforme à tous les codes du genre policier en vogue en ce moment : les deux personnages antagonistes comme partenaires, le truc qui fait qu'ils ne résolvent pas les enquêtes comme tout le monde (pour certains c'est un don d'observation, pour d'autres la capacité à déceler le mensonge... bah eux, c'est la réincarnation), les flashbacks (très important les flashbacks, surtout à l'ère de Lost, c'est devenu un passage obligé), etc.
Il y a 10 ans, Past Life aurait peut-être eu une chance de plaire, mais aujourd'hui on n'en a plus rien à carrer d'une telle série ; on vomit le pitch, on régurgite les personnages, on gerbe la dynamique générale.

Alors parlons-en, de réincarnation, parce que c'est vraiment de ça dont il est question ici.
C'est comme si aujourd'hui, les séries n'étaient achetées par les chaînes que lorsqu'elles parviennent à mélanger le plus possible d'éléments familiers au spectateur : alors, on revisiterait des évènements du passé, comme dans Cold Case, il y aurait deux enquêteurs principaux qui n'ont pas du tout le même avis sur la réincarnation, comme dans X-Files, et ils enquêteraient, comme dans toutes les autres séries qu'on sort depuis 10 ans, merci encore Les Experts, merci beaucoup.
C'est plus un pitch, c'est une recette de cuisine.
Et comme toute recette de cuisine, même en suivant à la lettre, le résultat n'est pas garanti. Ni sur le plan qualitatif, où le manque d'âme se ressent cruellement (ironique dans le cas d'une série sur la réincarnation...), ni sur le plan quantitatif, puisque les audiences, d'après ce que je vois, ont été désastreuses. Eh bah c'est bien fait. Continuez à nous sortir de séries de ce genre, et je continuerai de militer pour la déculottée. C'est du foutage de gueule et rien d'autre.

J'ai failli m'étrangler quand le personnage sceptique (bah oui, qui d'autre ?) commence à envisager que la réincarnation ne soit pas pure foutaise (mais que reste-t-il pour les autres épisodes ?), et sort cette phrase : "It's like you spend your whole life playing this game and suddenly someone changes the rules" (merci à LiveDash qui fournit d'ailleurs des transcripts, ça m'a évité de devoir regarder à nouveau l'épisode pour écrire cette phrase moi-même). Prise dans le contexte de la télévision, cette sortie fait rire jaune.
Il serait temps que quelqu'un change les règles du jeu, au contraire.

On en a marre. Moi en tous cas j'en ai marre, pas vous ? C'est juste honteux de continuer à ressuciter les scripts et nous fourguer ça quand des perles ne voient jamais le jour, ou se font annuler. Hein, Faceless, hein ? Où est passée la commande de Faceless pendant ce temps, par exemple ?

Alors une fois, juste une fois, est-ce qu'on peut arrêter d'invoquer les esprits des pitches complètement morts, et essayer de faire quelque chose d'un peu nouveau ? Pas étonnant que finalement, je me contente en ce moment de séries comme The Deep End. Toute étincelle de vie scénaristique, la plus petite soit-elle, est bonne à prendre en comparaison de ces pâles zombies de séries policières.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Past Life de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 15:36 - Review vers le futur - Permalien [#]


  1