ladytelephagy

Purple is the new black. Un blog qui parle de séries, c'est devenu assez habituel. La question, c'est : de quelles séries ? Séries méconnues, séries anciennes, séries japonaises... mais aussi séries récentes ! Venez, la téléphagie, c'est contagieux !

25-07-11

[DL] The Yard

Pour une petite série canadienne méconnue, c'est quand même pas mal ! The Yard se positionne à la 8e place cette semaine dans le classement hebdo de SeriesLive. En entrant directement se placer devant Castle, notre petit chouchou (hein les gars que j'ai raison ?) fait quand même une joli prouesse, là où tant de séries ont bien des fans actifs.
L'occasion de vous encourager, si ce n'était fait, à donner une chance à la série, qui a visiblement plu à tous ceux qui l'ont vue.

TheYard
Note : lien valable 30 jours minimum. Je reuploaderai si le lien est mort, mais seulement si vous postez un commentaire pour me prévenir !

En plus, c'est vraiment un bon générique. Musicalement, il est très percutant, pour ainsi dire inoubliable. Et visuellement il reprend la charte graphique de la série en jouant un petit peu sur les balances de couleurs, et un petit peu sur la saturation, sans pour autant en faire des tonnes, parvenant à un univers à la fois gris et coloré qui fait merveille et souligne parfaitement l'ambivalence de la série.

Pour moi ce générique va directement se placer avec celui de Oz, ils ont le même attrait envoûtant et rude à la fois, le sens du rythme, le tempo qui se tatoue dans votre cortex. Et pourtant tout en ayant ce rythme, j'ai l'impression qu'il y a un côté, comment vous dire ? "Nanananère". J'entends vraiment ça, je ne sais pas comment vous expliquer. Ca me manque d'ailleurs, parce qu'à l'heure où ce post sera mis en ligne, je serai convalescente d'une intervention à l'oreille et que je ne pourrai rien écouter. Faites-moi plaisir, faites tourner ce générique au moins une fois en mon nom ce soir.

Maintenant, ce que je vous propose, cette semaine, c'est de voter à nouveau massivement pour la série cette semaine, en espérant que d'autres viendront découvrir cette petite merveille de HBO Canada. Soyez pas timides. C'est pour la bonne cause.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche The Yard de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 20:45 - Médicament générique - Permalien [#]

10-04-09

[DL] Castle

Nan, si, oui. Nan, mais je sais. 'Fectivement. J'avais dit que je reparlerais plus de cette série. Oui mais voilà, j'ai oublié de dire un truc quand j'ai parlé du pilote, et le jeu des génériques me permet de revenir dessus une dernière fois : Castle, ya un générique.

Castle
Note : lien valable 30 jours minimum. Je reuploaderai si le lien est mort, mais seulement si vous postez un commentaire pour me prévenir !

Alors, d'accord, il n'est pas long. Et d'accord, la musique n'est pas percutante. Mais ce logo, putain, je le trouve super bien pensé. C'est tout con, mais ça marche, je sais pas quoi vous dire. Alors voilà, il fallait quand même que ce soit dit : en-dehors de la présence de Stephen J. Cannell dans le pilote (et peut-être ensuite, je me donnerai pas la peine de vérifier), Castle, c'est aussi un logo que j'ai aimé.
C'est-à-dire aussi que j'ai tellement pas pu blairer le reste que...

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Castle de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 21:40 - Médicament générique - Permalien [#]

[GAME] Devinez qui est de retour ?

Attention Mesdames et Messieurs, dans un instant, ça va recommencer !
Sous vos yeux ébahis, voici le grand retour du jeu des génériques, qui vous manquait, j'en suis sûre, je le sais, ne niez pas. Le weekend sera long pour ceux d'entre nous qui, ayant trop dépensé en DVD, ne peuvent pas partir chasser l'oeuf de Pâques à la campagne, alors pour vous occuper, voici 10 nouveaux génériques dont il vous faudra deviner l'identité.

Le thème du jour est : je suis déjà bien gentille d'appeler ça un générique.
En effet, vous n'aurez pas été sans remarquer que les génériques relèvent de plus en plus souvent de l'arnaque. Donc aujourd'hui, on va parler de séries qui ont opté, et ça n'a rien à voir avec leur qualité d'ailleurs, pour le moindre effort, proposant ainsi un générique de quelques secondes à peine, parfois à peine un petit panonceau !
Les exemples ne manquent pas (hélas), et certains ont plus de charme que d'autres mais, comme toujours, vous aurez droit à un petit indice, et si vous demandez gentillement, vous en aurez peut-être plus. Faites déjà ce que vous pouvez, on verra ensuite.
Je vous rappelle juste que par exemple Traveler ou Pretty Handsome ne sont pas recevables, parce que déjà postés sur ce blog. Alors n'hésitez pas à vérifier le flacon !

Donc les génériques que nous cherchons aujourd'hui ne durent pas plus, montre en main, que 10 secondes grand, grand maximum, et à ma connaissance (hop, je suis perchée) il n'en existe pas de version longue. Et voilà quelques indices pour deviner à quelles séries ils correspondent...

1 - Une série avec un nœud papillon > Party Down
2 - Une série où on pourrait croire qu'on voit Ken Reeves, mais non, c'est pas lui > The Mentalist
3 - Une série qui se passe dans un monde riche > Privileged
4 - Une série qui n'a rien d'aussi aérien que Laputa > Castle
5 - Une série qui devrait vous sembler évidente vu le blog où vous vous trouvez > Pushing Daisies
6 - Une série qu'on a oubliée > Samantha Who?
7 - Une série à propos de laquelle je vous ai bourré le mou il y a quelques mois > Brothers & Sisters
8 - Une série avec de la pelouse partout, et il n'y a que ça à voir > Surviving Suburbia
9 - Une série de banlieue > Rita Rocks
10 - Une série dont je reparle plus en détails en juin > Life

Allez, je suis gentille : comme vous avez les bras chargés de chocolat, on va dire que vous avez jusqu'à lundi soir... ça fait un bon gros weekend pour trouver les 10 séries en question ! Et puis c'est vrai qu'il y en a qui sont piège... Un indice sur le n°10 viendra au cours du weekend mais si vous devinez avant que je ne poste cet indice, je vous offrirai une surprise en bonus.

Bon jeu à tous et que le meilleur gagne !

Au fait, j'vous devais pas un cookie, par hasard ?
Cookie_NakaFreeViewer

Posté par ladyteruki à 19:13 - Games On - Permalien [#]

06-04-09

Morceaux choisis

Cher Journal,

Ça fait neuf minutes que je regarde Castle. Je ne sais pas encore ce que j'en pense, c'est un peu tôt pour avoir une opinion arrêtée sur le sujet, mais je dois quand même avouer ça n'a pas l'air extrêmement positif pour le moment.
Les personnages ne m'énervent pas trop, mais ils auraient du mal parce que pour cela, il leur faudrait me surprendre dans un sens ou dans l'autre, or ils sont si peu originaux que ça me fatigue puissamment. Les premières minutes sont censées nous présenter l'intrigue et les personnages, et c'est bien ce qui s'est passé, comme prévu, mais justement tout me semble prévisible au plus haut point, et ça me décourage un peu. Rien qu'un peu. Je tiens bon, même si les minutes s'écoulent, et si rien ne vient provoquer chez moi le moindre soubresaut de sourcil.
Evidemment le personnage principal est un arrogant bon à baffer mais au charme ravageur, avec un don qui peut servir à résoudre des enquêtes (le pitch nous avait prévenus mais on avait droit à encore un peu d'espoir, non ?), évidemment l'enquêtrice qui va devoir collaborer avec lui est revêche mais seulement en apparence, évidemment le personnage principal est entouré dans sa vie privée de caractères bien trempés pour réussir à lui donner la réplique mais sans jamais l'éclipser, comme sa mère (qui rappelle Mona de Madame est Servie), sa fille (la sempiternelle ado trop intelligente pour son âge), son ex-femme (à laquelle comme par hasard il est toujours contraint d'être mis en contact et donc avec laquelle il y a échange de piques), etc...

Cher Journal,

Nous en sommes à la vingtième minute de Castle, et rien à faire, je n'ai toujours pas été surprise une seule fois. Je commence à atteindre un stade de désespoir assez affligeant qui, me dit mon entourage, se lit sur mon visage, et ce n'est pas bon signe.
Evidemment, arrivés à la moitié de ce pilote, on a un suspect pour les meurtres, mais de toute évidence, ça ne convient pas au personnage principal, et comme les scénaristes sont dans son camps, et que bien-sûr il reste encore une moitié d'épisode devant nous, on sait qu'il a raison et que les doutes qu'il a émis vont comme par hasard être justifiés. Ce qui poussera probablement la fliquette à devoir faire amende honorable à un moment ou un autre avant le générique de fin. On a tous hâte de la voir faire ses excuses à ce prétentieux plein de muscles, parce que, tant qu'à être prévisible, autant faire le grand Schelem.

Cher Journal,

C'est la vingt-deuxième minute et je constate que j'ai pas eu la berlue, j'ai bien vu le nom de Stephen J. Cannell dans les crédits, en effet il est là, juste devant moi, en train de taper la discut' avec Nathan "take that f*cking shirt off" Fillon. Je crois bien que c'est la première bonne nouvelle de ce pilote.
Sur le fond, on se contente d'expliciter ce que les spectateurs les moins habitués au genre (et pourtant on a tous été bien entrainés ces dernières années, vu le nombre de séries policières qui ont précédé et dans les pas des quelles Castle marche avec une prudence de Sioux) n'auront pas encore compris : non, l'enquête ne s'arrêtera pas là. Nathan n'a toujours pas tombé la chemise (il rajoute même une veste dans la scène suivante), on ne voit plus Cannell, et les choses continuent d'être prévisibles. Dommage, l'espace d'un instant j'ai presque failli être intéressée par ce que je voyais...

Cher Journal,

La trente-troisième minute de Castle est révolue et, comme par hasard, on a un nouveau suspect, avec un nouveau mobile, etc... ainsi que le personnage principal l'avait prédit, mais d'un autre côté que pouvions-nous espérer d'autre vu que la série porte son nom ?
Ce qui semble logique puisqu'on est entrés dans les dix dernières minutes de l'épisode, pendant lesquelles le personnage principal et sa partenaire improvisée continuent de se fritter gentillement alors qu'il est évident à ce stade qu'ils sont compatibles professionnellement... et sur d'autres plans qu'on va prendre le temps d'explorer, à n'en pas douter, dans les épisodes à venir, on a déjà tout ce qu'il faut comme prémisses à ce sujet et c'est pas le tout, maintenant on a une enquête à boucler. Quand elle devra admettre qu'il n'a pas été complètement mauvais sur cette enquête, de toutes façons, on aura les violons, alors bof...

Cher Journal,

C'est exactement au moment où on a passé la trente-huitième minute que j'ai su que c'était mon premier et mon dernier épisode de Castle. Un personnage prévisible, des enquêtes prévisibles, des actions prévisibles, des dialogues prévisibles, rien à faire c'est irrécupérable.
Par un incroyable concours de circonstances qu'on n'avait pas vu venir, parce qu'on vit dans une grotte et qu'on n'a jamais vu une série de CBS (et quand ABC se met à copier CBS, on sait qu'on est vraiment dans le pétrin jusqu'au bout), le personnage principal a retrouvé l'inspiration dont on avait explicité qu'elle lui manquait récemment, et que cette inspiration ne va pas sans un partenariat entre la fliquette et l'écrivain. Permets que je n'exulte pas de joie, hein.

Cher Journal,

L'épisode est fini, Nathan Fillon n'a pas eu une seule fois la bonne idée de retirer sa chemise, ou même simplement se mettre en valeur dans un tissu moulant, on n'a plus jamais revu Stephen J. Cannell et je n'ai pas été surprise une seule fois.
Tu comprendras donc qu'il n'y aura pas d'autre message à propos de Castle dans ces pages.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Castle de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 12:14 - Review vers le futur - Permalien [#]

27-03-09

Dans les épisodes précédents...

Si vous avez loupé les épisodes de 3615 My (So-Called) Life (et tous les autres) ces deux dernières semaines, pas de panique, voilà un petit récapitulatif histoire de se remettre dans le bain. Ne vous inquiétez pas, on va y aller un orteil à la fois, tout va bien se passer, sans hydrocution ni rien.

Il y a les mauvaises nouvelles, accrochez-vous ça va être pénible...
D'abord, j'ai recommencé à regarder Grey's Anatomy. Ah nan, je me sens mal, vous n'imaginez pas, alors n'en rajoutez pas. Cette semaine, avec la noyade de Meredith, on est même arrivés au stade critique où la dernière fois, j'avais lâché prise et que j'avais compris qu'on pataugeait dans le grand n'importe quoi ; paradoxalement c'est justement cette semaine que, mon emploi du temps me le permettant, je me suis mise à surveiller la fin de l'odieuse série de TFHein en sourdine pour ne pas louper le début des aventures du Seattle Grace. Cet après-midi, c'était la fin des deux épisodes de tribulations d'Addison Montgomery à Los Angeles, la dernière chose qui valait le coup dans cette saison, donc c'est officiel, à partir de lundi, si je regarde encore, c'est que mon cas est grave. C'est vrai qu'il y a encore le mariage de Christina et Burke devant nous (et que j'ai très envie de revoir Christina faire une crise de panique et ordonner à Meredith de lui retirer sa robe, juste parce que la première fois je sais que j'en avais pensé un truc mais je ne sais plus quoi) mais ça reste très pathétique. Priez pour moi, et pour que mon état s'améliore.
J'ai aussi vu du Bones, comme vous le savez, mais face à cette torture intellectuelle insidieuse, j'ai fait de mon mieux pour ne pas regarder (là est la nuance) et lancer mon cerveau sur d'autres sujets, si bien que je pense avoir réchappé à peu près indemne de cette rude expérience. C'était aussi très salvateur de me confier à vous la dernière fois à ce sujet.
Ah mais il y a pire. Je n'ai toujours pas regardé la fin de la première saison de Dexter (parce que j'ai pas la saison 2 à la maison), et j'ai même arrêté Big Love (juste parce que la VF de mon DVD ne me plaît pas, vous parlez d'un motif stupide).
Non attendez, c'est pas encore fini, si ce n'était que ça... moi, moi la téléphage, j'ai été trois fois au cinéma (et trois fois pour le même film... qu'auparavant j'avais cagoulé et regardé, ce qui prouve que HADOPI n'a rien compris). Moi, la téléphage. C'est la honte et le deshonneur.

Maintenant, il y a les bonnes nouvelles, bon, quand même, mon cas n'est pas complètement désespéré.
Si j'ai arrêté le visionnage de certains autres de mes DVD, c'est aussi parce qu'on m'a offert celui de Pushing Daisies (allelluia !!!) et que c'est vraiment bizarre, mais ça m'a retardée pour plein d'autres choses. Difficilement explicable, n'est-il pas ? D'ailleurs, si vous me le demandez, j'aurai une adorable anecdote à ce sujet... mais aurez-vous les tripes pour supporter un autre post dédié à Pushing Daisies ? A vous de voir.
C'est avec le délice que vous pouvez imaginer que j'ai redécouvert les premiers épisodes de Life, dont je suis amoureuse comme au premier jour (qui date d'il y a à peine quelques semaines, c'est vrai), et que, quand je ne m'endors pas pendant le générique (et vous avez vu la durée du générique ?! faut que j'arrête les journées chargées), franchement, c'est un plaisir de tous les instants. Comment vous dire ? Cette série, c'est juste... l'inspiration ultime. Je mets sciemment de côté les intrigues policières et me contente de me laisser charmer par le personnage de Charlie Crews et la force vitale qui se dégage de lui. Je n'arrive simplement pas à m'arrêter de jeter des fleurs à ce personnage. Je passe donc au sujet suivant, mais sachez que je continue mentalement les louanges.
Ce qui m'a aussi beaucoup occupée, c'est la 712e rediffusion de l'ultime saison d'Une Nounou d'Enfer ! C'est le genre d'expérience que tout téléphage malsain de corps et d'esprit sait qu'il faut reproduire à l'envi, dés que l'opportunité s'en présente, et grâce à M6, c'est le cas très régulièrement, je sais qu'il y en a qui s'en plaignent, mais moi, je ne peux pas, voilà tout... Revoir, encore et encore, cette dernière saison (en plus pourquoi se priver puisque c'est ma préférée, avec la première, la seconde, la troisième, la quatrième, et la cinquième), réciter les dialogues et tout de même rire et pleurer comme au premier jour... c'est simplement impossible à refuser. Je resignerais pour une nouvelle diffusion dés demain, à vrai dire, même si Malcolm c'est pas mal aussi, mais il n'y a évidemment pas le même attachement. Vous savez, ce qui est beau, et pathétique aussi quelque part évidemment, c'est que ma série s'est finie en 1999... et qu'en 2009, j'étais une fois de plus devant, à prier pour entendre et ne pas entendre The way we were... parce que ça signifie la fin. C'est, je sais pas ce que c'est. Mais ça l'est ! Vous savez, n'est-ce pas ? Ce que c'est quand on est là, avec LA série, celle qui sera toujours là. Ah oui au fait, la semaine prochaine, j'ai prévu de m'acheter la saison 3, alors l'histoire n'est pas prête de finir.

Et puis, il y avait les nouvelles nouvelles. De bons pilotes à déguster ! Ah, que j'aime cette saison, presqu'autant que l'automne! Pour l'instant je n'ai pas bien fait mes devoirs, puisque je n'ai pas encore regardé Castle par exemple, mais par contre j'ai tenté Better Off Ted, Roommates, Party Down... Les posts relatifs à ces séries viendront en leur temps, mais l'idée essentielle à retenir c'est que pour Better Off Ted, je suis conquise, donc vous allez de toute évidence en entendre reparler.

Bon, et puis j'ai aussi eu un peu de temps pour quelques vieilleries, comme beaucoup de Titus (il ne me reste plus qu'une saison, je ralentis donc, fidèle à mon habitude de ne pas aimer les séparations...), quelques rediffs de Sex & the City mais il faut de toute évidence se résigner, quelqu'un parmi vous va me pousser dans mes retranchements sans le savoir, et je vais devoir en faire un post...

J'ai aussi découvert un truc qui de prime abord n'a rien à voir, mais ça s'appelle Cash Converters et ces magasins auront ma mort. Le jeu video Desperate Housewives pour une bouchée de pain, c'est rien que du vice mais qu'est-ce que c'est bon ! En plus, en dépit de son apparente simplicité, le jeu offre pas moins de 4 fins différentes, des quêtes facultatives marrantes, tous les personnages et un peu plus encore (c'est juste dommage qu'ils n'aient pas eu les doubleurs de la série mais, pour leur défense, les remplaçants ont vraiment tout donné pour bien respecter les tics verbaux et intonnations des doubleurs habituels), bref je me suis éclatée, largement plus que sur le casual game de Party Down dont je vous parlais plus tôt. J'ai aussi eu le film First Contact en DVD pour 90 centimes (bah oui, mais j'ai que la VHS et c'est mon film préféré de Star Trek...), le pilote de Clair de Lune pour 1€, bref de la grande folie, c'est largement mieux que le magasin de videos d'occas' que je fréquentais à une époque dans le Ve (et qui a d'ailleurs fermé depuis) où, cela dit, j'avais trouvé un coffret de T&T, deux VHS pour, quelques francs, là aussi du gros délire, mais c'était le bon vieux temps, je ne pensais pas retrouver pareille occasion. Là yavait la première saison de How I met your mother pour 7€, coffret en état plus que potable, et toute la saison ! A ce prix-là, quand même... Bon, j'aime pas la série, alors je l'ai reposé. Mais j'ai hésité, c'est clair.
La semaine prochaine, ma sœur m'emmène à un autre Cash Converters. Ça va saigner.
Enfin, même pas, en fait.
Si mon banquier et ma téléphagie arrivent à cohabiter, ça bouleverse l'ordre cosmique, j'ai l'impression, donc il y aura aussi un passage en FNUC ensuite, pour me sentir mieux envers l'univers. Ce qui tombe bien parce que j'ai très envie du coffret Angela 15 ans en VF.

Bref vous voyez, vous avez loupé plein de trucs, mais ne vous inquiétez pas, je reprends doucement mais sûrement les commandes, et je vous fait état de tout ça en détail, et plus encore, dans les temps à venir.
Vous m'avez manqué, quand même.

Posté par ladyteruki à 21:02 - 3615 My (So-Called) Life - Permalien [#]

06-03-09

Get the party started

Le mois de mars va vraiment être un plaisir sitôt que je retrouverai mon chez moi informatique chéri, ça va même ressembler à un joli marathon de pilotes ; prenez une grande inspiration, je vous résume ce qui nous attend.

On commence dés lundi 9 avec Castle, où on pourra mater Nathan Fillon à qui mieux-mieux (probablement en coupant le son mais ne partons pas avec des idées préconçues), suivi le 15 de Kings qui semble ambitieux et donc que j'attends au tournant, normal qu'on soit sceptique devant une truc pareil, trois jours plus tard soit le 18, c'est au tour de Better Off Ted, et là ABC a intérêt à faire très fort pour me charmer parce que je suis comme qui dirait en phase de boycott, et puis le 20, ce sera Party Down, peut-être la série que j'attends le plus ce mois-ci parce que l'idée me fait ricaner bêtement devant mon écran, c'est le genre de concept qui ne fait pas appel aux facettes les plus nobles de ma personnalité mais qui résolument pique ma curiosité.
Je passe sous silence un autre pilote prévu pour ce mois-ci, c'est sciemment, j'ai encore quelques vendredis d'ici-là.

Party Down, on en a parlé jusque là parce Rob Thomas, parce que Kristen Bell, et que rien que ces deux noms suffisent à allumer les fantasmes les plus fous (pas forcément à raison), et que par-dessus le marché tout le monde s'attend à du Entourage vu par ceux qui recherchent désespérément la célébrité, on attend du vitriol, de la délation, du croustillant, c'est normal, les héros de Party Down, ce sont des mecs qui veulent réussir à Hollywood et qui n'y arrivent pas, vous savez, le fameux "beaucoup d'appelés et peu d'élus", et nous, on est dans la masse des pas élus et on espère bien obtenir notre revanche. Je schématise, mais en gros, on regardera (ou pas) Party Down pour ça.

Sauf qu'on parle d'une chaîne comme Starz, pas vraiment un cador de la télévision, côté promo on n'a pas de quoi se payer pour trois milliards d'affiches géantes sur Rodeo Drive, alors on a opté pour la promo light. Tout le monde a remarqué le site officiel, c'est un classique, tout le monde a aussi vu le trailer sur le Mal, je ne vous fais pas une réédition, Rob Thomas a donné des interviews aussi, où on apprend deux-trois trucs, mais par contre, avez-vous joué au jeu video Party Down ? Hm ?

PartyDown

Le jeu propose évidemment de se glisser dans la peau d'un personnage de la série (le choix est limité entre deux d'entre eux : un féminin, et un masculin... attention aux explosions de budget si on en avait proposé plus), et d'officier comme serveur ou plutôt larbin à tout faire dans des soirées de Hollywood. Je dis plutôt larbin parce qu'autant s'y faire, les stars sont vraiment infoutues de faire quoi que ce soit toutes seules : à vous de leur poser les fesses sur le canapé (avec les coussins de la bonne couleur, s'il-vous-plait), de leur montrer où est la piste de danse (c'est juste le truc qui clignote dans le coin de l'écran, c'est vrai, pas facile à repérer), ou même les faire discuter avec d'autres stars, car les vedettes, c'est bien connu, sont de grandes timides. Tout ça sans oublier les cocktails et les petits fours, ça a de soi.

A mesure que le jeu progresse, à vous de vous débrouiller pour jongler avec les caprices de tout ce beau linge, et de vous en faire remarquer pour autre chose que votre promptitude à rajouter des olives dans la vodka : vous aurez l'opprtunité de discuter avec certaines célébrités (je ne sais pas si elles sont censées être ressemblantes mais en tous cas certaines ont, avec un peu d'imagination, une parenté avec des gens célèbres) pour faire "progresser" votre carrière. Bon ne vous bercez pas d'illusion, en gros vous gagnez des points, on ne vous fait pas tourner un film au niveau suivant, hein... c'est un casual game, hein, pas les Sims.

Mais on peut quand même remarquer qu'en faisant cet essai, Starz joue au moins l'originalité. D'ordinaire, les partenariats avec les développeurs de casual games, c'est plutôt un truc de la real tv : Hell's Kitchen, The Apprentice, Dancing with the Stars, Top Chef... Ces concepts télévisés s'y prêtent d'autant mieux qu'entre un jeu télé et un jeu video, il n'y a pas loin (et que les jeux culinaires ça fonctionne toujours super bien). A ma connaissance, seul le Women's Murder Club a eu droit à un équivalent, mais soulignons qu'avant d'être une série, c'était une franchise littéraire, c'est donc quand même différent.

Et puis ce qui est bien avec le casual gaming, c'est que comme son nom l'indique, il est destiné aux casual gamers, c'est-à-dire des gens qui à la base n'auraient pas forcément joué aux jeux videos, mais qui (notamment grâce à la démarche de Nintendo ces dernières années de s'adresser à eux dans la conception de ses dernières consoles) est devenu un public très réceptif aux nouveautés, tout d'un coup (le site Playfirst pour lequel je vous donne tous ces liens se vante d'ailleurs de sortir un nouveau jeu par jour, ça tombe bien c'est à peu près leur durée de vie), et que Starz est bien content de pouvoir atteindre un public qui, soit ignore royalement son existence (quand on dit "chaîne du câble", je ne pense pas que ce nom vous vienne en premier), soit n'avait juste pas remarqué que la chaîne avait une nouveauté ce mois-ci.
Pour être d'ailleurs sûrs que ce soit bien clair, les mecs de Starz ont ajouté une petite présentation de la série accessible depuis la page d'accueil du jeu, comme ça vraiment, si vous n'êtes pas devant votre poste le 20 mars, c'est que vous avez fait exprès :

PartyDown_recap

Bon, bah je sais pas pour vous, mais même si le jeu est légèrement miteux (je vais parler hébreu pendant 2 minutes mais le jeu ne vaut clairement pas un Hot Dish au niveau de l'originalité du gameplay, n'a pas la grâce esthétique d'un Delicious, et n'est, au final, qu'un repompage assez honteux des caractéristiques de The Apprentice: LA), je trouve l'initiative originale et sympathique ; c'est pas ça qui va changer la donne mais ça fait partie des petites idées qui, surtout en ce moment, donnent bon espoir sur la créativité des chaînes télé pour essayer des choses nouvelles afin de promouvoir leurs séries auprès des internautes, sans se fâcher avec eux. A un moment, yen a bien une qui va trouver la combine pour concilier internet et télévision, non ?

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Party Down de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 13:58 - 3615 My (So-Called) Life - Permalien [#]

03-12-08

lady, ne vois-tu rien venir ?

Vous trouvez pas que c'est la déprime en ce moment ? Moi, si. Plus de pilote, plus rien. Ah, non, là j'ai vraiment du mal. Comment voulez-vous être pilotovore en une telle période de l'année ?! C'est comme être un bonhomme de neige en juillet...

La bonne nouvelle, c'est que dans quelques semaines, la midseason commence, et alors, côté pilotes, les affaires vont reprendre. Je m'en régale d'avance. D'ailleurs, tellement en avance, que j'ai bien envie de commencer à me demander ce que je vais surveiller du plus ou moins près. Vous êtes avec moi ? Allez, on y va.

The Unusuals - ABC : il y a quelques semaines de ça, Amber Tamblyn, je m'en battais un peu l'oeil. Non que j'ai détesté Joan of Arcadia mais, enfin, avouons-le, je ne suis pas ultra-fan. C'est c'est au même niveau qu'Everwood, pour moi : il y a toujours eu un truc qui ne collait pas, même si je reconnais que c'était une série de qualité. Et puis j'ai vu The Sisterhood of the Travaling Pants 1 et 2 (on en a parlé dans le post sur America Ferrera, rappelez-vous) et maintenant j'ai bien envie de voir ce que ça va donner, car l'actrice, en fait, me botte bien. L'histoire largement moins. Ce ne sera pas ma priorité mais je vais garder un oeil dessus.

Castle - ABC : vu que j'ai pour Nathan Fillon une certaine affection (et qu'elle se passe très bien de l'entendre parler), et que oui, de toutes façons, je mange du pilote le matin au petit déjeuner (dans un grand bol de lait), évidemment je vais regarder la série quand elle débarquera. Mais Seigneur, qu'est-ce que c'est encore que ce concept de merde ? Je ne donne pas cher de ma réaction là-devant.

Dollhouse - FOX : franchement, j'ai l'impression que ça fait des mois qu'on nous bourre le mou avec cette série, et je suis déjà lassée. C'est quand même un peu tragique. En plus, je dois dire que le principe, bon... pourquoi pas mais ça fait quand même un peu réchauffé. Faut voir, quoi. Je suis pas acquise par avance, en tous cas.

Courtoom K - FOX : je viens de découvrir l'existence de ce projet sur la liste des nouveautés de la FOX, et je lis qu'il s'agit d'avocats, et que le producteur exécutif en est Paul Attanasio. Stop ! Say no more, je vais jeter un oeil. Mais Naka devait déjà être au courant, Michael Landes est au générique...

Outnumbered - FOX : tiens, un sitcom. Tiens, une adaptation de série britannique. Je réprime un bâillement et je mets ça tout au bas de ma liste.

Lie to Me - FOX : alors, bon, sentiments mêlés sur ce coup. Le côté pour, c'est que j'aime bien l'approche (se baser sur le language non-verbal pour réfléchir, c'est bien, c'est pas trop cerveau gauche). Le gros côté contre c'est évidemment que c'est encore pour des enquêtes (ce serait marrant que tous ces gens-là mettent leurs capacités au profit d'autre chose, pour changer... je sais pas, un assureur ou un employé du service social, enfin, qu'on trouve autre chose que les éternelles enquêtes criminelles, zut à la fin). Je n'en verrai sans doute que le pilote, et il faudra qu'il soit au-delà du brillant pour que je continue ensuite.

The Listener - NBC : première réaction, l'ennui. Le personnage principal peut lire dans les pensées des gens. On redoute les enjeux de type enquête criminelle, encore. L'espoir n'est que faible quand on apprend que pour une fois, le monsieur n'est pas flic, ou détective, ou enquêteur... non, il est ambulancier. Si New York 911 ou Preuve à l'appui nous ont appris quelque chose, c'est que ça n'empêche absolument pas d'être partie prenante dans des enquêtes. Je crains donc le pire.

The Philantropist - NBC : en voilà une idée originale, quand même ! Non seulement un monsieur riche va jouer les Robin des Bois, mais en plus apparemment, il va aller le faire dans le Tiers-Monde ! Il faut quand même les avoir bien accrochées pour proposer une idée pareille (qu'évidemment 1 spectateur sur 100 pourra suivre, pour les mêmes raisons testiculaires). Allez, franchement, ça fait plaisir, voyons ça !

The United States of Tara - Showtime : on va être honnêtes, c'est un projet que je suis du coin de l'oeil depuis un bout de temps (il en était déjà question à la saison précédente mais, vous savez bien comment les choses ont tourné l'an dernier). C'est en tous cas une idée originale, même si je ne sais pas trop à quoi m'attendre au final, le pitch laissant imaginer aussi bien de la comédie facile que du drame copieusement dérangeant. Quand le pilote va passer, vous allez y avoir droit, ça c'est sûr.

Harper's Island - CBS : sur le principe, j'aime l'idée de base : un Dix Petits Nègres moderne pour se donner des frissons faciles. Après, il faut voir ce que ça donne, que ça ne vire pas à la série B voire Z. La bonne nouvelle, c'est qu'on ne pourra pas rajouter de nouveaux personnages à tuer tout le temps, donc on devrait éviter de trop tourner en rond. C'est ma plus grosse crainte vis-à-vis de cette série : que ça tourne à la mords-moi-le-noeud, sur le modèle LOST.

Concrètement, ce sont les nouveautés qui ont le plus attiré mon attention. J'en oublie peut-être, et peut-être que tous ne verront pas forcément le jour. Mais, bon, voilà à quoi va ressembler la deuxième partie de la saison. C'est pas hyper brillant... mais ptet aussi qu'il faut que j'arrête de rechercher un remplaçant à Pushing Daisies ?

Posté par ladyteruki à 16:20 - 3615 My (So-Called) Life - Permalien [#]


  1