ladytelephagy

Purple is the new black. Un blog qui parle de séries, c'est devenu assez habituel. La question, c'est : de quelles séries ? Séries méconnues, séries anciennes, séries japonaises... mais aussi séries récentes ! Venez, la téléphagie, c'est contagieux !

25-09-12

The sitcom that time forgot

Bon, je sais que je dis ça toutes les semaines ou presque, mais là, ça y est, le coup d'envoi de la rentrée américaine est donné. On va crouler sous les pilotes, on va se vautrer dans les season premieres, ça va être une orgie téléphagique de toute beauté. Toujours dans l'esprit du défi que whisperintherain et moi-même nous sommes lancé, je continue donc à reviewer chaque pilote de la saison. 
Aujourd'hui, c'est au tour de Partners, dont les critiques assassines m'avaient fait redouter le pire...

Partners

Ne perdons pas de vue ce que signifie réellement le terme : "mauvais". Ce terme est synonyme de Brothers, ou de Work It. A contrario, le terme "mauvais" n'est pas synonyme de "peu original", ou de "déjà vu cent fois notamment dans une série précédemment créée par la même équipe".
Quand les gens (généralement les journalistes donnant leur avis à l'issue du TCA press tour) commencent à dire qu'une série est mauvaise, je forme toutes sortes d'images dans ma tête, histoire de me préparer au pire (voilà pourquoi, ladies and gentlemen, il faut éviter le buzz du printemps sur les séries de l'automne, entre parenthèses). Mais ce que je commence à imaginer n'a rien à voir avec ce qu'est au final le pilote de Partners. Rien du tout.

Alors oui, la situation de Partners, on l'a déjà vue quelque part, et pour cause : c'est celle esquissée dans Will & Grace chaque fois que les deux protagonistes éponymes étaient en couple au même moment. Une relation totalement platonique qui rivalise involontairement avec deux autres qui ne le sont pas. Et ce n'est pas surprenant d'avoir affaire à cette histoire ; ça fait des années, mais littéralement des années et des années, que Kohan et Mutchnick tentent de la vendre à une chaîne... parce que c'est la leur !
Vous attendez de ces mecs-là de l'originalité ? Vous allez être déçus : ils font partie de ceux qui appliquent à la lettre l'adage "write about what you know". C'est comme tenter une série de Fran Drescher et espérer qu'elle n'y déverse pas 80% de contenu autobiographique et 20% de gags visuels ! Pour autant, est-ce que c'est mauvais ? Non. C'est juste totalement prévisible. Il y a une nuance.

Mais qui a besoin d'imprévisibilité dans toutes les séries qu'il regarde ? Il y a des séries qui nous surprennent, des séries qui nous émeuvent, des séries qui nous réchauffent simplement le coeur... un bon menu téléphagique annuel est toujours varié ! On ne regarde pas toutes nos séries pour la même raison. Sans quoi personne ne serait capable de regarder à la fois Portlandia et The Good Wife. Non ? Que moi ? Ah.
En fait j'aurais même envie de dire qu'en matière de sitcoms, il n'est pire ennemi que l'originalité du pitch. Regardez ce qui se passe quand on essaye de changer des formules famille/groupe d'amis/boulot : c'est presque invariablement un aller simple pour l'Enfer. Les pitches les plus originaux en matière de sitcom donnent de véritable cauchemars : Cavemen, par exemple, ça c'est un pitch original, hein ? CQFD. Tiens, Work It, qu'on mentionnait plus haut, c'était plutôt original, aussi, comme idée. Et vous voulez qu'on parie sur The Neighbors ? Pour une comédie en single camera, peut-être que la prise de risque est moins grande, mais pour une multi-camera, il vaut mieux rester dans les clous, et enrichir non pas la situation mais les personnages et leurs réactions. C'est ça, l'intérêt d'un sitcom !

Mais le plus important, pour un sitcom, c'est d'être drôle, je crois qu'on sera tous d'accord là-dessus. Et si on enlève la question de la situation prévisible, qui n'est pas un critère d'humour, il faut admettre qu'il y a de bonnes répliques dans Partners. Elles sont efficacement écrites, même si elles sont parfois délivrées de façon exagérée (notamment par Urie). J'ai ri plusieurs fois, à voix haute, du genre à faire trembler les murs de l'immeuble. Dieu sait que ça m'arrive très sporadiquement avec un sitcom.
Alors oui, ayant englouti une intégrale de Will & Grace il y a deux ans à peine (en moins de deux mois), je suis forcément bon public pour la formule, et ça joue probablement. Je suis très contente de retrouver la recette d'un sitcom qui avait su me faire rire : c'est suffisamment rare pour que je sois prête à renouveler l'expérience quand l'occasion s'en présente.

Et puis, il s'avère que je les trouve aussi attendrissant que les héros de Will & Grace, ces deux gars. J'aime bien leur dynamique, quand bien même elle n'apporte rien de nouveau au paysage télévisuel... elle fonctionne ! L'énergie personnelle des créateurs de Partners transparait à travers les scènes, et quand un pilote renvoie une impression de sincérité et d'authenticité, on ne peut pas réellement lui en vouloir de ne pas sortir des chantiers battus. Moi, en tous cas, je ne le peux pas.

Alors le pilote de Partners, au moins en ce qui me concerne, il n'a rien à se reprocher. Un peu de surjeu ça et là, sans doute. Bon. It comes with the territory. Je ne suis pas encore très convaincue par l'un des personnages (Wyatt, dont je n'avais même pas retenu le nom tant il est sous-employé et sans intérêt dans ce premier épisode, et qui mériterait peut-être qu'on insiste sur son côté un peu simplet), mais pour le reste, allez hop ! On est repartis comme en 1998 !

Challenge20122013

Posté par ladyteruki à 19:54 - Review vers le futur - Permalien [#]

14-08-12

Anemic Practice

Vous le savez désormais, en cette rentrée, whisperintherain et moi-même avons convenu d'un petit défi à deux : nous regarderons absolument chaque pilote de cette saison, et nous rédigerons, chacun de notre côté, un post pour absolument chacun de ces pilotes. C'est donc la suite de cette grande aventure et, à la fin de ce post, vous trouverez bien évidemment un icône sur lequel il vous suffira de cliquer pour accéder à la critique du pilote de whisper (je l'ajouterai lorsqu'il l'aura rédigée ; nous ne les posterons pas nécessairement de façon absolument simultanée), et ainsi lire nos deux avis sur un même pilote... Aujourd'hui, c'est le pilote d'Animal Practice que je me propose de passer en revue.

AnimalPractice

Et je pense pouvoir dire avec la plus grande certitude que je n'avais plus autant pas-ri depuis Work It. Du coup, je salue la performance, parce que c'est pas donné à tout le monde de tomber à ce niveau.

Comme dans toute grande comédie, le coup de génie vient du cast. On parle quand même d'une série dans laquelle Tyler Labine est embauché et où il parvient à ne pas être l'acteur le plus nul de la distribution ; ça force le respect. Mais plus encore : on dira ce qu'on voudra de Justin Kirk (moi, ma maman m'a appris que si on n'a rien de gentil à dire, il vaut mieux se taire ; d'un autre côté à quoi ça servirait d'avoir un blog, c'est vrai), mais dans le cast, on compte UNE véritable réussite, le symbole de tout ce qui fait que les casting directors méritent leur salaire au centuple : Dr Rizzo le singe.

Avoir pensé au singe, c'est vraiment brillant. Sans lui, Animal Practice serait un fiasco total, et vaudrait un Brothers ou un Cavemen... mais avec, wow ! Là ça deviendrait presque drôle. Je vous dis, c'est littéralement du niveau de Work It, étant donné que le singe est interprété par une femelle capucin ! Imaginez le travail de composition qu'il y a derrière.
D'accord, les gags avec le singe ont été vus cent fois, et à la place du capucin, j'en toucherais deux mots à mon agent parce qu'il y a du typecasting là-dessous, mais enfin, admettons-le, ce sont les seules fois où on n'a pas envie de descendre dans les locaux de NBC avec du gaz sarin.

Donc, je récapitule : les gags sont convenus, en plus d'être atroces ; l'intrigue est famélique ; le contexte n'a rien de drôle a priori et confirme cette intuition pendant l'épisode ; et pour finir le cast est à la ramasse. Même les 10 tonnes de mascara et les battements de cils de Joanna Garcia n'y peuvent rien, c'est foutu.
Vous comprendrez que dans ces conditions, je ne vais pas y passer la nuit : Animal Practice, l'une des ignobles bouses de la saison, point barre.
Oh, ce ne sera sans doute pas la seule. Ne doutez pas qu'un sort à peine plus enviable leur sera réservé, en temps voulu, ici même.

...Pendant ce temps, j'imagine que, quelque part, Amy Huberman rit sous cape d'avoir réussi à échapper aux griffes d'Animal Practice. Well done.

Challenge20122013

Posté par ladyteruki à 19:47 - Review vers le futur - Permalien [#]

27-10-10

College girl

La meilleure comédie du moment. La comédie irrévérencieuse à voir. La série méconnue à voir absolument.
Ça va, j'ai compris, c'est bon. Au risque de me refaire un coup à la 30 Rock, je vais écouter tout le monde et envisager de donner une seconde chance à Community. Quoique... à la réflexion, c'est vous qui allez me dire si c'est une bonne idée.

Dois-je (re)regarder Community ?

Community

Les pour :
- c'est une comédie en single camera et je suis très réceptive à ces comédies-là (alors que je suis vite en overdose pour les sitcoms classiques)
- profitons que je regarde le numéro d'intro des derniers Emmy Awards en moyenne une fois par semaine pour enfourner aussi un épisode de Community (ce qui m'a aidé à me rappeler de l'existence-même de son acteur principal) dans la foulée. Tant que le visage m'est familier, disons.

Les contre :
- le plus gros obstacle, c'est surmonter l'impression négative que j'en ai gardée. Je ne suis même plus en mesure de pointer du doigt tel ou tel défaut, simplement rien que de penser à Community me met de mauvaise humeur. Comme si vraiment, ce jour-là, j'avais vu un navet du gabarit de Brothers ou Cavemen, vous voyez ?

Ai-je été trop expéditive lorsque j'ai décidé de me débarrasser du pilote de Community ? Aurais-je dû lui laisser plus de temps ? (même si, bon, hein) Ça, c'est à VOUS de me le dire.

EDIT : voir le post sur le pilote ici.

Posté par ladyteruki à 23:29 - La une est à VOUS - Permalien [#]

27-09-09

Charmée

Je n'irai pas aussi loin que freescully qui proclamait il y a quelques jours avoir trouvé avec Eastwick son guilty pleasure de la saison (même si je ne lis pas les posts avant d'avoir moi-même vu les épisodes, je me tiens quand même au courant, faut pas croire), mais il est vrai que je perçois une nette amélioration, depuis le visionnage de Brothers ce matin, dans mon dimanche pilotovore.

Eastwick, donc. Charmante petite bourgade qui a semblé hurler "Stars Hollow" dans mon oreille pendant tout l'épisode, mais qu'importe. Une petite série qui à l'instar de son décor, se montre suffisamment colorée pour qu'on ne bâille pas aux corneilles (c'est vrai qu'en plus, pour les sorcières, l'oiseau de référence serait plutôt le corbeau), et qui offre ce qu'il faut de divertissement, pas plus.

Les similitudes avec Charmed sont assez patentes : trois nanas, chacune avec une personnalité bien à elle (ça se voit parce qu'elles ont pas la même couleur de cheveux), la forte tête toujours sûre d'elle (interprétée par la toujours si virile Rebecca Romjin), la petite chose toute sage qui ne pipe pas jusqu'à ce qu'elle en ait ras-le-bol (Jaime Ray Newman, une rouquine que je ne connaissais pas encore), et le petit bout de femme un peu versatile, gaffeur, et alibi humoristique de la série (pétillante mais pas très discrète Lindsay Price, qui nous la fait à l'envers comme si on avait oublié Cashmere Mafia... à moins que ce n'ait été Lipstick Jungle ? Je les confondrai toujours). Toutes les trois font leurs vies chacune de leur côté, mais évidemment la magie s'en mêle et les voilà copines comme cochon, à s'organiser des dîners papotages à n'en plus finir (le syndrome Cashmere Mafia/Lipstick Jungle/Sex & the City a encore frappé, il faut arrêter avec les dîners de gonzesses, c'est ultra vu et revu même si les dîners à la maison, ça change des restos), et à s'appeler au téléphone pour un oui ou pour un non, comme de parfaites chicks des temps modernes.

L'aspect magie reste cependant un élément plus en retrait que dans Charmed, puisqu'il ne s'agit pas (encore) ici d'affronter un grand méchant, mais juste d'utiliser la magie pour améliorer égoïstement leurs petites existences de midinette de banlieue, ce qui a aussi son charme contrairement à ce que ma formulation pourrait laisser croire. L'atmosphère est bien rendue, on nage dans une série qui est parfaite pour une soirée chamallow avec les copines à Halloween !
Comédie romantique, jeunes femmes qui prennent le contrôle de leurs vies, un peu de mystère, quelques scènes sympas (quand le mari de Kat se prend la foudre), tous les éléments sont réunis pour qu'on se marre gentillement (le temps de se faire un masque de beauté par exemple, comme ça on reste dans le ton).

J'ai quand même des réclamations de détail envers ce pilote (Sara Rue, trop en retrait, Matt Dallas, trop habillé surtout qu'il risque de débarrasser le plancher bientôt alors autant en profiter...) mais concrètement, il remplit très bien son office. Le but du jeu, on le sent, n'a jamais été de marquer l'histoire de la télévision, mais le temps que dure cette gentillette comédie pour jeunes femmes, on passe tout de même un bon moment. Bien réalisé, bien interprété (Lindsay Price minaude à mort, c'est un délice), Eastwick a les atouts pour être une petite chose légère qu'on regardera le temps qu'elle durera, et qu'on oubliera ensuite. Ce n'est parfois pas plus compliqué que ça.
En fait, j'ai même envie de dire que freescully ne peut pas avoir trouvé son guilty pleasure en Eastwick, puisque la série n'est pas mauvaise en soi (or la définition du guilty pleasure, c'est regarder un truc nul en sachant qu'il est nul). Elle n'est juste vraiment pas pour tout le monde. Mais avoir un vagin aide, je suppose.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Eastwick de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 18:48 - Review vers le futur - Permalien [#]

Bon bah ça, c'est fait

On est dimanche matin, j'ai une journée pour regarder les pilotes de la semaine passée, et pourtant j'ai le cerveau un peu en panne (à votre place je m'attendrais à ce que le post d'hier disparaisse très vite de la page d'accueil, d'ailleurs, donc lisez-le maintenant avant d'oublier !). Alors je me dis quoi ? Bah je me dis que je vais commencer par quelque chose qui ne va surtout pas trop solliciter mon intellect dés le matin.

Tout naturellement, mon choix s'est porté sur Brothers, une des rares séries dont je m'étais autorisée à regarder le trailer.

Que dire ? Que le post va être très bref, ça c'est clair.

Je n'étais pas fan d'UPN et ses comédies "prépositions blacks" : qui s'adressent à des noirs, qui sont écrites par des noirs, qui sont filmées avec des noirs... et Brothers est, c'est évident, l'héritier de ces séries.
Ce genre de série me brille les nerfs parce que les personnages y ont toujours un accent intenable (c'est bizarre parce que dans les autres séries ils parlent tout-à-fait normalement, mais quand on regarde ces sitcoms ils forcent toujours le trait) et s'énervent de façon quasi-hystérique à intervalles réguliers, sans compter qu'étrangement les personnages blancs (ou si on a de la chance, hispanos) y sont en minorité numérique et souvent affublés des personnalités les plus miteuses. Je ne sais pas si ça fait plaisir au public noir, s'il peut s'identifier dans ces recettes, mais une chose est sûre, c'est tout le contraire de la série ouvrant ses bras à la totalité du public de la chaîne avec bienveillance. Des séries comme Friends ont été taxées d'être trop blanches, mais au moins ça ne donnait pas l'impression d'être fait exprès pour qu'une partie des spectateurs se sente exclue.

Mais à la limite, ce que je vous dis là, je le dis avec Brothers comme j'aurais pu le dire quelques années en arrière avec d'autres, c'est même sans doute l'un des drames de cette série : elle n'a vraiment rien apporté de neuf, pour un peu on croirait qu'elle a toujours été là, cachée dans une grille, peut-être depuis plusieurs saisons. Un coup d'oeil au nom de ma cagoule ? "Brothers - 1x01". Ah non c'est bien le pilote. Je suis rassurée.

Pour le reste, il n'y pas grand'chose d'excitant : une superbe maison dans laquelle vit une famille tout-à-fait normale et où plusieurs des protagonistes vont se jeter des vannes à la tête jusqu'à ce que le générique de fin nous délivre... C'est du déjà vu.

Le point fort de Brothers aurait pu résider dans le fait que l'un de ses personnages soit handicapé, mais c'était oublier un peu vite combien les scénaristes de la série manquaient d'imagination. Pour que ce pilote soit convaincant, il aurait fallu que le frère qui a perdu l'usage de ses jambes soit traité comme il se doit, soit comme si on ne faisait pas attention à son fauteuil roulant, comme s'il était lui, point barre. Et pitié, pitié, épargnez-nous le couplet de la culpabilité : comme par hasard, c'est son frère qui est la cause indirecte de la perte de ses jambes. Ça ne fait rire personne, et ça n'ajoute même pas de dimension dramatique à la série, c'est juste un gros cliché (mais ça devient cliché de dire qu'une série emploie autant de clichés ces derniers temps, alors on s'en sort plus).
Pour que ce soit vraiment original, il aurait fallu plutôt éviter le pathos et taire complètement les causes de l'accident, jusqu'à en faire une blague récurrente même, et que tout le monde ait l'air d'oublier complètement cet état de fait jusqu'à ce qu'évidemment ça crée des situations drôles. Je pense à un personnage genre Todd dans Committed, en fait. Mais là non, on veut nous faire pleurer dans les chaumières lorsque la mère voudrait que son fils marche encore, on veut nous donner envie de voir les frères se réconcilier malgré toutes les blessures du passé, mais ça ne fonctionne pas drôle du tout, parce qu'en mangeant à tous les râteliers Brothers finit par n'être ni drôle ni triste.

La seule qui tire son épingle du jeu, c'est CCH Pounder qui comme souvent est très charismatique, mais exactement comme lorsque les annonces sur la série ont commencé à sortir, puis que le trailer a suivi, je me suis demandé ce qu'elle était venue faire dans cette galère. Courage, en continuant sur sa lancée, d'ici quelques épisodes la série devrait bientôt être annulée, et CCH Pounder retrouver le chemin du tournage d'une série qui la mérite.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Brothers de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 11:19 - Review vers le futur - Permalien [#]


  1