ladytelephagy

Purple is the new black. Un blog qui parle de séries, c'est devenu assez habituel. La question, c'est : de quelles séries ? Séries méconnues, séries anciennes, séries japonaises... mais aussi séries récentes ! Venez, la téléphagie, c'est contagieux !

11-09-08

La Meglodie du bonheur

En cette rentrée télévisuelle, tout le monde vous parle de True Blood, Fringe ou 90210. Il parait que ce sont les séries les plus attendues (et comme tout bon commercial le sait : la demande, ça se crée) de la saison, en-dehors de Dollhouse qui arrivera plus tard. Bah, moi, comme série de la rentrée, j'attendais notamment Privileged. C'est comme ça.
Et je ne l'attendais pas simplement parce qu'en ce moment, je m'envoie trois épisodes de Reba par jour et que l'actrice Joanna Garcia avait obtenu le rôle principal de Privileged. C'est sûr que ça ne gâche rien mais ça ne se limitait pas à ça. Non, c'est juste que je me suis dit qu'on aurait peut-être droit à, enfin, un peu de maltraitance sur tous ces gamins riches qui pullulent à la télé en ce moment. Qu'on allait mater tous ces petits péteux et les remettre à leur place d'ados pas finis.

Je ressors de ce pilote avec une vision beaucoup moins tranchée du sujet. Pas vraiment refroidie, mais pas complètement extatique non plus. Et, comme j'ai pitié de vos bourriques virtuelles qui doivent avoir les paniers pleins de True Blood, Fringe ou 90210, justement, bah je vous en parle en rubrique La preuve par trois, comme ça vous n'aurez pas d'excuse pour ne pas avoir jeté un œil à cette série dont assez peu de monde a parlé. Si vous n'avez pas encore compris l'astuce de cette rubrique, j'ai un email, ok ? Allez, on y va.

Privileged_1
Première impression : bonne. L'intro était gentille et picotait un peu, ce n'était pas extraordinaire mais ça faisait une entrée en matière honnête. Seconde impression : excellente !!! Debi Mazar et Joanna Garcia dans la même scène ?! Faites entrer Fran Drescher et je suis une téléphage comblée ! Troisième impression : mais au fait, Debi et Joanna ont-elles vraiment tourné cette scène ensemble ? Regardez la façon dont c'est filmé : à aucun moment il n'y a de vraie scène avec ces deux-là. Comme si Debi avait été obtenue au dernier moment (en fait ce n'est probablement pas le cas, toutes les scènes de ce type sont, dans le pilote, filmées de cette façon scolaire, c'est même un peu irritant à la longue). Et puis quel est ce personnage horriblement larmoyant qu'est devenue Megan subitement, elle qui semblait si intelligente et sympa dans la première scène ? J'attendais un personnage sûr de lui, pas misérable et maladroit !
C'est en voyant cette scène affligeante que j'ai compris que Privileged n'allait pas juste être la bonne partie de rigolade que je m'étais imaginée. Mais notez que ça ne m'a pas découragée pour autant, ce n'est donc pas tragique.

Privileged_2
Et c'est là, un peu avant la 9e minute, qu'est arrivé mon premier fou-rire. Déjà la chambre des filles est au-delà du descriptible, kitschissime comme dans mes cauchemars les plus fous, mais en plus, que Sage tire au taser, avec son bandeau sur les yeux, pour se rendormir pendant que Meg agonise sur le tapis angora, c'était divin. On sent d'ailleurs très bien, dés ce pilote, qu'on tient avec les frangines un duo bien pensé : j'ai trouvé Rose délicieuse, et Sage formidablement vénéneuse, et pour autant, ça ne les empêche pas d'être très dépendantes l'une de l'autre et d'avoir une relation intéressante. A ce titre, deux scènes-clés : quand Megan et Rose discutent de la fac, et quand Sage vient épingler Megan avec son sourire de pire garce de l'année (dans une scène qui a vraisemblablement été refaite si on en croit le trailer). Chacune des deux le fait pour une bonne raison, et la raison, c'est la relation entre les deux sœurs. Ce pourrait être intéressant de voir comment les deux vont évoluer, à la fois ensemble et séparément.

Privileged_3
Le rôle d'Anne Archer semblait de prime abord purement anecdotique, un peu comme celui de Debi Mazar, à ceci près que c'est quand même Anne Archer et qu'on ne va pas la sous-employer, ce ne serait pas rentable vu qu'on a réussi à la booker, probablement à prix d'or, à la dernière minute (cf. trailer). Et puis, comme la majorité des personnages de la série, on s'aperçoit assez rapidement qu'elle est plus intelligente qu'il n'y parait. Et j'ai beaucoup aimé cette scène pendant laquelle Laurel et Megan semblent commencer à tisser un lien grâce à ce qui les unit : leur souhait de faire ce qu'il y a de mieux pour les deux sœurs, autant que possible. D'une façon générale et à l'exception notable de deux des personnages masculins (avec en tête, Marco le quota coloré, cuisinier de son état qui, comble du cliché, est forcément gay, sinon c'est pas drôle), tout le monde s'avère bien moins simpliste qu'on ne l'aurait pensé au départ. A commencer par Megan, qui se montre sous un jour moins optimiste lors d'une discussion sur la plage, puis ferme avec Sage Baker alors qu'on aurait juré qu'elle se laisserait impressionner. Il y a aussi les deux frangines, qui en dépit d'une superficialité affichée, et même revendiquée, sont toutes les deux très futées, Rose étant plus sensible mais aussi d'un tempérament curieux et ouvert, et Sage ayant ce type d'intelligence qui fait qu'on n'a pas envie de se la mettre à dos. Laurel, elle aussi, bien qu'elle clame n'accorder d'importance qu'aux apparences (et Megan en a pris bonne note : serait-elle également un peu vicieuse, notre petite prof ?), parvient à se montrer sous un jour complexe. Bref, c'est pas pour rien que Privileged n'est pas une comédie de 20mn : la série, sous ses dehors badins, a vraiment la possibilité d'offrir de bons personnages et peut-être même de bonnes intrigues.

Disons que je suis contente à 80% de ce que j'ai vu, ce qui n'est déjà pas si mal. Vous me direz où vous vous situez ; mais vu que vous attendiez probablement moins que moi de ce pilote, votre appréciation sera probablement plus clémente, non ?

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Privileged de SeriesLive.
favicon

Posté par ladyteruki à 00:54 - La preuve par trois - Permalien [#]

08-09-08

[DL] True Blood

Ah, le sud ! Ses rednecks érudits, sa faune et sa flore accueillantes, son histoire sociale reluisante, sa modération religieuse, son sens inné du bon goût et de la retenue... et on s'étonne que la Louisiane soit la destination favorite des touristes !!!
Hm ? Pardon ? Ah, on me dit que non. Je me demande bien comment ça se fait, ça donne envie pourtant...

TrueBlood_580
Note : lien valable 30 jours minimum. Je reuploaderai si le lien est mort, mais seulement si vous postez un commentaire pour me prévenir !

Mention spéciale aux vues pourries du bayou, et surtout au renard.
Dites, c'est moi, ou le genre "Amérique profonde" est tendance, cette saison ? Mon conseil mode : accessoirisez ça avec un accent patate chaude et des vêtements aux couleurs passées, pour être dans le ton.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture (nan mais avouez, vous vivez dans une grotte, en fait ?) : la fiche True Blood de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 19:04 - Médicament générique - Permalien [#]

True et définitif

Cette fois ça y est. Je regarde ce soir le pilote de True Blood ; je vais persister, en dépit d'un preair tellement pitoyable que même moi je ne trouvais pas l'énergie de le vilipender frontalement et dans le détail.

Mais comme vous le voyez, je ne me laisse pas mettre K.O. si facilement ! Il me faudra bien plus que le jeu déplorable des acteurs, l'histoire sans queue ni tête ou encore la superficialité du propos pour me décourager ! Comme pas mal de monde l'a dit depuis la publication de ce preair, ça se trouve, on va être complètement bluffés, et tout aura été revu de fond en comble.
Seul bémol, Anna Paquin est toujours là. Prévoir des serviettes éponge, donc.

Je trouve, de surcroît, l'exercice de comparaison plutôt intéressant...
Je regrette par exemple de ne pas avoir la possibilité de comparer d'autres pilotes avec leur premier jet, celui considéré comme n'étant pas présentable. Imaginez : le brouillon de East Bound and Down ! Le brouillon du brouillon ! La version perfectible ! On doit atteindre les abysses de la consternation !!!
Ce serait une sacrée curiosité que d'essayer de voir avec quel angle la prod a pris le projet, et ce qu'elle entend par amélioration. Quelque part, voir la première version du pilote d'une bonne série, ce n'est pas vraiment stimulant, ce qui vaut vraiment la peine d'être étudié, c'est d'où on part pour qu'une série de prime abord médiocre, voire carrément désolante, soit considérée comme montrable et commercialement exploitable par ceux qui en choisissent l'orientation.

Ainsi donc, la marge de progression de True Blood est immmmmmense. Normalement, il devrait y avoir du mieux. Enfin, je présume...? C'est en tous cas ce que je vais m'attacher à vérifier.
Vous pensez si je vais me régaler ce soir !

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche True Blood de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 19:02 - 3615 My (So-Called) Life - Permalien [#]

07-09-08

[DL] Green Acres

Devinette : quel générique ai-je en tête depuis le samedi matin fatal qui m'a fait revoir le pilote de cette série ? Ah, Serie Club a eu du bon, en son temps. J'ai plus vu cette chaîne depuis trois ans, dites-moi : on y découvre encore d'aussi délicieuses vieilleries que Les Arpents Verts ?

GreenAcres
Note : lien valable 30 jours minimum. Je reuploaderai si le lien est mort, mais seulement si vous postez un commentaire pour me prévenir !

Et de surcroît, je m'identifie totalement à Lisa, l'air pollué, les gratte-ciel et tout le tremblement, il n'y a rien de meilleur ! Ah, Paris me manque, personne n'aurait une location au cœur de la capitale à me proposer, genre 20 m² minimum, 5e arrondissement, loyer de moins d'un rein ? Après tout, ça ne coûte rien de tenter, hein...

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Green Acres de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 19:04 - Médicament générique - Permalien [#]

Encore, oh oui, encore !

J'ai fait un test, vendredi soir. Ou plutôt le test a commencé le vendredi précédent : M6 diffusant l'avant-dernier épisode de Sex & the City, et moi n'ayant aucune sorte de patience, j'ai embrayé directement sur l'épisode final grâce à mon précieux DVD (c'est curieux, il était déjà à côté du lecteur DVD, comme s'il faisait partie des 40 dernières videos que j'ai regardées ces dernier temps... on dirait presque que j'aime cette saison 6, pour un peu).
J'ai évidemment tressailli pendant tout le temps qu'a duré cet épisode final qui, je l'ai déjà dit mais c'est pas une raison, est d'une perfection sans nom.
Le but de l'expérience était donc, ce vendredi, donc une semaine à peine plus tard, de regarder tout de même la diffusion de ce même final sur M6.

Résultat de ce test scientifique : même à une semaine d'écart, les émotions sont les mêmes.

On est quand même foutrement irrécupérables, nous autres les téléphages, non ? Non seulement on regarde volontiers ce qu'on a déjà vu, nous préparant nos propres rediffusions comme s'il n'y en avait pas assez dans les grilles des chaînes, mais en plus sommes-nous incurablement capables de ressentir, revisionnage après revisionnage, les mêmes émotions, ou quasiment.

Comment expliquer que ne nous désensibilisions pas ? Comment déchiffrer cette propension à rester attachés, dans la plupart des cas, à ce que nous avons déjà vu ?
J'ai en fait des dizaines d'anecdotes sur ce modèle ! Et sans doute que vous aussi ! Certes, il y a les quelques contre-exemples qui confirment la règle, mais globalement, non seulement nous regardons encore et encore les même épisodes qui nous ont plu, mais encore continuent-ils de nous plaire.

C'est à n'y rien comprendre.

Et le pire c'est que ça m'aurait presque donné envie de m'enfiler la saison 6 à nouveau, si seulement je n'étais pas en train... de me rediffuser du Reba. Consternant...

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture (eh bah ! vous êtes de sacrés cas quand même !) : la fiche Sex & the City de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 18:53 - Zappeur, Zappeur n'aies pas peur ! - Permalien [#]

[DL] Sons of Anarchy

Je n'ai pas eu le temps ce weekend de regarder le pilote de la série, vu que je me le réserve pour la semaine à venir ; je sais, c'est un peu le comble de s'organiser sagement pour regarder une série de ce genre...
Mais j'ai déjà vu le générique, c'est l'essentiel, et c'est un régal dont je me détesterais de vous priver.

SonsofAnarchy_580
Note : lien valable 30 jours minimum. Je reuploaderai si le lien est mort, mais seulement si vous postez un commentaire pour me prévenir !

A l'heure où les génériques sont soit inexistants, soit décevants, soit parviennent à faire les deux (si-si !), c'est un générique parfaitement réussi : bonne musique, habillage bien pensé mais sobre, immersion immédiate... Que des bons points.
Franchement, ça donne envie, non ?!

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Sons of Anarchy de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 18:40 - Médicament générique - Permalien [#]

L'éducation sentimentale

Faisons ensemble un petit tour d'horizon des séries que ma sœur regarde et apprécie spontanément, si vous le voulez bien...

Il y a eu Los Angeles Heat qu'on regardait le soir, je crois, en semaine. Ou peut-être le samedi. Ou certainement les deux.

Il y a eu, oh mon Dieu oui il y a eu, les épisodes d'Agence Acapulco, elle en était parfaitement dingue. Pour vous en assurer, il y a un test infaillible : vous la lancez sur sa réplique culte ! Prononcez la première phrase de ce dialogue et imparablement elle enchaînera sur la suivante :
Ashley - Mike, mais tu ne penses qu'à "ça" !
Mike - Mais à quoi peut-on penser d'autre ?
Comme ça, là, ça n'a l'air de rien, mais ma main au feu qu'elle battra des deux mains, extatique, et vous parlera ensuite de Cat avec une lueur étrange dans les yeux.

Il y a eu Sunset Beach. Je crois même qu'elle en a enregistré. Ce qui est au moins aussi absurde que quand un soap sort en DVD.

Vers la fin des années 90, on a eu une lueur d'espoir avec Buffy. A vrai dire, c'est ma frangine qui m'a vraiment mis le pied à l'étrier en la matière, elle m'a montré de bons moments qu'elle enregistrait, alors que le premier épisode que j'en avais vu ne m'avait pas du tout convaincue. On peut dire qu'on tenait le bon bout, à cette époque.

Las, j'ai quitté la maison en cours de route et l'éducation téléphagique de ma soeur s'est arrêtée là. Tout au plus avait-elle fait l'acquisition de quelques coffrets VHS (oui, ça date) de saisons d'Urgences qu'elle avait trouvées çà et là, ou bien regardait-elle avec moi, à l'occasion, quelques Friends, Rude Awakening ou The War Next Door lorsque je rentrais le week end et que je regardais ce que ma mère avait enregistré en mon absence. Mais sans grande conviction.

Il faut dire que ma soeur est un public sacrément difficile. L'émotion, déjà, ce n'est pas son truc. Sitôt qu'une série s'emploie à essayer de jouer sur la corde sensible, elle se referme immédiatement, et dans ces cas-là au lieu de regarder l'écran, c'est moi qu'elle surveille pour me voir réagir, et se délecte de mes émotions. Pour le rire, elle est meilleur public mais reste toujours maîtresse d'elle-même et ne rit jamais complètement.
Elle manifeste toutefois beaucoup d'intérêt pour les séries, aussi nous retrouvons-nous régulièrement devant un écran pour que j'essaye de lui élargir ses horizons.

Fort heureusement, j'ai atteint quelques objectifs par le passé : Sex & the City, Desperate Housewives, Lost, KYLE XY, Eureka...
Plus récemment, elle a bien réagi à Samantha Who?, et m'a même emprunté la première saison de Battlestar Galactica qu'elle avale à une cadence plus que louable quand on connaît son emploi du temps.

Du coup, quand cet après-midi, nous avons fixé un rendez-vous à samedi prochain, qu'elle m'a confirmé qu'elle n'avait pas fini la 1e saison de Battlestar Galactica, et que donc il nous fallait trouver un programme téléphagique pour cette occasion.
Ce qui d'une part me réjouit, puisque j'aime contaminer mon prochain et disséminer le virus de la téléphagie, mais aussi m'effraye car devant ce public particulier, je ne sais pas trop que proposer. J'essaye autant que possible d'éviter de simplement transférer mes propres préférences (par exemple en ce moment, bien que ce soit mon obsession, je ne lui soumettrai pas Reba) et de m'adapter à ses goûts, mais quand on voit ce qu'elle regarde, il est assez difficile de dessiner une tendance : il n'y a pas de genre, pas de forme, pas de sujet qui semble l'attirer plus particulièrement qu'un autre. Les séries "grand public" semblent a priori fonctionner mais il y en a aussi de nombreuses autres qui glissent sur elle.
Ouais, c'est pas facile de transmettre la téléphagie.

D'où ma question : je lui montre quoi ?

Posté par ladyteruki à 18:21 - Contagion - Permalien [#]

05-09-08

[DL] 90210

J'ai déjà dit tout ce que j'avais à en dire : personnages insignifiants, repompage éhonté d'un nom connu sans aucun rapport avec la série d'origine...

M'enfin, le générique, lui, il est à peu près réussi. A peu près. Disons que musicalement, on s'y retrouve, et sur quelques images aussi.

90210
Note : lien valable 30 jours minimum. Je reuploaderai si le lien est mort, mais seulement si vous postez un commentaire pour me prévenir !

Alors bon, mon conseil, c'est de ne regarder que le générique si vraiment vous voulez regarder 90210.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture (ne prenez pas ça pour un encouragement) : la fiche 90210 de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 19:20 - Médicament générique - Permalien [#]

Go now, go !

Avaler 1L d'eau de javel.
Sauter du haut d'un pont.
Me pendre.
Me jeter devant un train, ou un bus. Mais surtout un train, parce que j'habite près de la gare et j'ai des nouvelles chaussures.
Me tirer une balle dans la tête.
Me fendre le crâne avec une hache.
Me perforer les veines du bras une à une.
Ce ne sont que quelques unes des mille façons de mourir qui m'ont faites fantasmer pendant l'épreuve 90210.

Et j'ai persisté jusqu'au milieu du second épisode, alors imaginez ma détresse.
En même temps, je me désintéressais déjà de Beverly Hills quand j'avais l'âge-cible, alors maintenant...

Je pourrais vous dire pourquoi je fais de l'urticaire chaque fois que je regarde ce genre de trucs (et ce, toujours en espérant, ô surprise, ne pas avoir envie de vomir, cette fois, juste cette fois), mais franchement, mon commentaire serait indubitablement le même que la dernière fois que j'ai parlé d'un teen show... les acteurs suffisamment vieux pour être de MA génération, les histoires de coucheries, de sorties... tous les trucs qui n'ont en fait pas de sens mais qu'on fourgue aux ados, et chaque saison, on fait leur jeu et on leur sort de nouvelles cochonneries dont ils peuvent se gaver comme une oie du Périgord, et ça me fatiiiiiiigue.
Alors disons simplement que je vous ai prévenus, que j'ai craché ma bile, et qu'on est quittes sur ce coup, ok ?
. . .
Vous avez une minute ? Je vais quand même développer, qu'on n'y revienne plus.

Sans déconner... même moi qui n'ai pas été fan de la série "originale", j'ai trouvé qu'on ne ressentait aucune nostalgie. Quoi, vous pensez vraiment que le simple fait de nous faire revenir Kelly a suffit ? Alors ok, c'est peut-être une actrice charmante, cette Jennie, bien plus que ne l'a jamais été Shanen qui OMG n'est pas gâtée par les années, mais franchement, en-dehors de ça et quelques mineurs petits clins d'oeil, ce n'est qu'un teen show comme les autres. Comprenez : aussi inintéressant que peut l'être son public en général.
C'est d'un triste de s'attarder sur la vie amoureuse de ces ados comme si rien d'autre n'existait. Il n'y a jamais d'autre enjeu. C'est juste moi, mon ex et mon futur copain, dans ces séries-là. Le reste n'est jamais que prétexte et ça ne fait frissonner personne.

Pourtant l'adolescence, ce pourrait être tellement plus que ça, à la télévision ! Pour beaucoup d'entre nous ça n'a pas ressemblé à ça, pas vrai ? C'était plus dense, plus compliqué ! Je ne me regardais pas le nombril en attendant qu'un garçon le découvre aussi (en plus j'aurais pas forcément su quoi faire ensuite), je me posais des questions sur mon avenir, la personne que j'allais devenir quand tout ça aurait arrêter de changer perpétuellement, chaque matin, j'essayais de comprendre les adultes autour de moi, je me construisais des passions, découvrais que le monde ne m'était pas offert et faisais des expériences intellectuelles, artistiques, émotionnelles, allant bien au-delà de la simple quête de petit copain ou de popularité. Et j'étais entourée d'ados qui vivaient la même chose et on ne me fera pas croire que c'est ça, être un adolescent !

Depuis Angela, 15 ans, quelqu'un peut-il me citer une série qui ait vraiment su retranscrire tout cela ? Parce que si elle existe, donnez-moi vite le titre, je veux la voir, tout de suite, ici, maintenant !!!

Donnez-moi de véritables crises avec les parents, des moments où l'on est encore le bébé de la famille, des moments où on est adulte dans les yeux des autres mais pas dans les nôtres, des instants de grâce et d'innocence, des moments perfides qui façonnent les prémices de notre carapace, des révélations sur le monde extérieur, des révélations sur notre monde intérieur, faites-moi vibrer de ce qu'a vraiment été l'adolescence !

Et ne nous laissez pas garder comme souvenir uniquement nos petites historiettes de coeur ! Oui, elles comptaient sur le moment, mais non, elles n'ont pas autant fait pour nous que tout le reste de ce que nous affrontions !

Alors voilà, oui, voilà précisément pourquoi je ne peux plus regarder les teen shows sans un goût acre dans la bouche, ce n'est pas vrai, nous n'étions pas ces êtres affadis et dénués d'intérêt qu'on nous montre, ces petits personnages vides entrant dans leur case gentillette de l'ado cherchant son premier amour (ou ce qui se passe dans les voitures devant la grille), nous étions tellement plus !
Et vous, ados d'aujourd'hui, de dix ans mes cadets, VOUS êtes plus. Alors exigez plus de vos séries ! Vous ne pensez pas que vous méritez d'être un peu mieux montrés à la télé ? Chais pas, moi, vous êtes censés être en période de rébellion, ça ne vous révulse pas qu'on vous réduise à ça ?

L'appel est lancé. Maintenant promis, je n'y reviens plus.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche 90210 de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 19:19 - Review vers le futur - Permalien [#]

01-09-08

[GAME] Adieu Pitchenette

Avec un seul participant à la dernière Pitchenette, je crois pouvoir dire que nous sommes tous prêts à lui dire adieu, sans larmes ni regret. Adieu, donc, sur ce dernier cookie, certes gagné en partie par forfait, mais non moins mérité :

cookie_freescully

J'aurais pensé que pourtant, les teenageries auraient permis de clôturer la saison en beauté, avec de nombreuses idées de votre part ; il faut croire que les lecteurs de ce blog n'en sont pas coutumiers... Je vous ai dit que vous étiez mes lecteurs préférés ? Je sais plus trop ?

Voici donc mes dernières Pitchenettes, et oui, vous pouvez écraser une larme :
- Lorsque le petit orphelinat du comté d'Auburn, en Alabama, a ouvert ses portes 10 ans plus tôt, seuls 5 enfants y ont été placés. Ils ont gradi ensemble et aujourd'hui, tous sont adolescents, et vivent auprès de May Sue, gouvernante et intendante, qui se fait quelque peu âgée. Alors que ces 5 jeunes gens tentent de se construire, chacun avec ses blessures, un nouveau pensionnaire est accueilli par l'orphelinat, en attendant d'atteindre ses 16 ans et pouvoir être placé en camp de redressement. Les 5 amis d'enfance s'efforcent d'accueillir comme ils peuvent ce petit animal sauvage.
- Philip est un jeune garçon de 14 ans bien élevé, cultivé et intelligent, ayant capitalisé suffisamment d'avance pour entrer dans sa dernière année de lycée. En revanche il n'est pas du tout doué pour les relations sociales, d'autant que ses camarades de classe le persécutent en permanence depuis des années ; c'est ce qui l'a poussé à passer la plus grande partie de sa scolarité en solitaire. Son seul ami durant cette dernière année de cauchemar est un jeune homme un peu étrange que tout le monde traite comme un benêt.
- Sophia commence l'année scolaire dans un nouveau lycée. Tout y serait parfaitement normal si ce n'était pas un lycée spécialisé dans l'accueil de filles-mères à différents stades de leur grossesse. On pourrait s'attendre à ce que ce type d'endroit fournisse un environnement peu réprobateur sur la situation de ses élèves, mais Sophia cache un lourd secret quant à l'identité du père de son enfant : il s'agit de son propre beau-père.
Je déconne pas, ça, ce seraient des teen shows que je pourrais regarder sans avoir envie de m'ouvrir le crâne avec un marteau !

La Pitchenette reviendra, ou ne reviendra pas, lors de prochaines vacances ; elle aura vécu ce qui vivent les roses ; c'est vrai aussi que j'ai jamais eu la main verte.

Bonne rentrée à tous !
On repasse donc au rythme d'un post par semaine ! Minimum.

Posté par ladyteruki à 22:52 - Games On - Permalien [#]