ladytelephagy

Purple is the new black. Un blog qui parle de séries, c'est devenu assez habituel. La question, c'est : de quelles séries ? Séries méconnues, séries anciennes, séries japonaises... mais aussi séries récentes ! Venez, la téléphagie, c'est contagieux !

27-06-08

Project Dharma

Quel bonheur que de voir (enfin) le pilote de Dharma & Greg ! J'avais vu un grand nombre d'épisodes de la série lors de ses diffusions sur M6 mais jamais le pilote, et vous le savez, ça ne pouvait faire que mon désespoir, pilotovore que je suis.
Mais bon, cette lacune est désormais comblée et je suis sur le point de vous offrir un post La preuve par trois ; normalement, hein... vous savez comment ça se passe.
Mais si vous êtes plus blonds que Dharma, vous pouvez poser vos questions en commentaire, ok ?

DharmaGreg_1
Avons-nous déjà abordé le problème de la diction de Jenna Elfman ? Je crois bien que non. C'est normal, ce pilote était aussi mon premier épisode de Dharma & Greg en VO ! Et autant vous le dire, on n'est pas vraiment préparé à ça quand on a connu la voix de Marie-Christine Darrah. En fait on n'est pas DU TOUT préparé à ça. Et en fait elle m'énerve, cette Jenna...

DharmaGreg_2
Ineffable Kitty Montgomery ! J'ai toujours adoré ce personnage... évidemment le parallèle entre les deux couples de parents est savoureux... Ce qui est rassurant c'est que si Dharma et Greg sont tous les deux les fruits de leur éducation respective, ils sont quand même plus modérés. Hélas les différences sont quand même là et à la fin du pilote, déjà, elles vont poser des problèmes. Pourtant la réaction de Greg m'a surprise, tant elle est en antithèse totale avec son personnage dans le reste de l'épisode. Il prend la défense de Dharma devant ses parents, mais se montre plus insensible qu'eux à la fin de l'épisode.

DharmaGreg_3
Je pensais mourir avec mon secret, mais bon, parce que c'est vous, je peux bien le dire... j'ai toujours pensé que l'un de mes ex ressemblait de façon très impressionnante à Greg (ou l'inverse) ; je vous rassure, je n'ai rien en commun avec Dharma, ni éducation de hippie ni la passionnante carrière de dresseuse de chiens. Ah, et je ne suis pas obsédée par les pâtisseries à la myrtille non plus !
Dans Dharma & Greg, on retrouve la structure habituelle du couple de sitcom, où seul l'un des personnages est vraiment digne d'intérêt, l'autre lui servant de faire-valoir ou clown blanc. Et effectivement chaque réaction de Greg montre bien qu'il est complètement dépassé par la blondinette...

Dans l'ensemble, le pilote n'est pas extraordinaire, mais il comporte quelques bonnes scènes quand même, même si la retenue (et les règles de cette catégorie du blog) m'empêchent de toutes vous les montrer... donc non, il ne sera pas ici question de l'adorable scène dans le metro (les deux premières plutôt), ni de la première conversation téléphonique de Dharma avec sa belle-mère (magnifique façon de décrocher, il faut bien le dire), et bien-sûr, le fait que le chien de Dharma... ait un chien !
En fait le perso de Dharma est magnifique, c'est l'actrice qui m'énerve un peu.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Dharma & Greg de SeriesLive.
favicon

Posté par ladyteruki à 23:14 - La preuve par trois - Permalien [#]

07-06-08

Open bed

Allez, je suis de bonne humeur, je vous offre donc un nouveau post La preuve par trois, si vous êtes malin vous saurez en profiter ! Au menu : un peu de libération sous caution sexuelle. Voir aussi dans le post précédent !

Swingtown_1
Voilà le genre de personnage féminin que j'aime voir à la télé. Je ne suis pas spécialement fan de Lana Parilla en temps normal, jusque là elle me laissait même carrément froide, mais il faut reconnaître qu'elle a su m'impressionner, avec une présence féline mais aussi un regard très dense, et une façon de donner à son personnage (dont d'autres actrices n'auraient fait que de simple trainées) à la fois de la classe, du sex appeal et un certain désenchantement. Trina sait s'amuser, elle semble à l'aise sur pas mal de choses, mais cela signifie-t-il pour autant qu'elle est totalement satisfaite de sa vie ? Je n'en suis pas convaincue. Ajoutons aussi qu'elle a une très belle garde-robe (même si le bikini, faut oublier, Lana, sérieux). Des personnages féminins comme ça, ça me donne envie d'aller à des key parties...

Swingtown_2
L'autre atout majeur, c'est Molly Parker. Et pas simplement parce que je fais une fixation sur les cheveux roux ! Tant de grâce, de douceur et de subtilité en un seul personnage, c'est rare. Grâce à sa présence angélique et son sourire, elle irradie chacune de ses scènes, et on a vite fait de s'attacher à ce personnage dont il ressort aussi une grande frustration. De quoi vient-elle ? Je ne suis pas certaine de l'avoir saisi, mais le personnage de Susan est certainement le seul qui donnerait éventuellement envie de suivre la série. J'ai dit éventuellement, faut pas pousser.

Swingtown_3
Bienvenue dans la caverne aux merveilles ! Il aura fallu attendre une bonne partie du pilote pour qu'enfin l'initiation des Miller commence. Gros bémol, le personnage de Janet, au lieu de simplement apporter un angle de vue différent sur cette époque, une vision de femme conservatrice, mais femme quand même, s'apprête à démontrer qu'on va tomber dans la pire des caricatures, avec gloussements épouvantés et tout le toutim. Autant vous le dire, ce qui aurait dû être l'apogée de cet épisode, en faisant se rencontrer deux univers (l'un déjà ouvert, l'autre sur le pallier) tombe à l'eau. Mais je vous l'avais dit, il y avait trop de personnages pour que tous soient bien traités...

Comme chacun sait, je n'ai droit qu'à trois captures, c'est la règle, donc je ne parlerai pas du regard d'animal blessé de la blonde Samantha, ni de ce pauvre Josh Hopkins dont le rôle se résume à hausser les épaules et sourire gentillement, ni même du pauvre gag de la scène d'ouverture qui franchement, faisait pitié. Vous voyez, j'ai rien dit !

Et pour tous ceux qui manquent cruellement de culture (dites, vous suivez, ou bien ?) : la fiche Swingtown de SeriesLive.
favicon

Posté par ladyteruki à 14:44 - La preuve par trois - Permalien [#]

05-05-08

Adios Captain

Bon, ça faisait longtemps que je ne vous avais pas proposé de pilote dans la rubrique "La preuve par trois", laissez-moi donc réparer mon erreur avant que je ne me débarrasse de la série ici présente : Welcome to The Captain. Ma collectionnite aigüe ayant ses limites.

Voici donc les trois captures qui retiennent le plus l'attention dans ce pilote, et croyez-moi ç'a été difficile d'en trouver trois vu la qualité de la chose, mais ça fait aussi partie de l'exercice.

WelcometoTheCaptain_1
Le personnage est con, mais au moins le comédien a une bonne bouille. Et puis ça fonctionne toujours, ce genre de personnage qui est toujours victime des circonstances, des autres, etc... bref un bon dindon de la farce. Ce petit discours plein de bons sentiments finit évidemment en humiliation pour Josh, et s'il en avait été autrement, j'aurais été surprise.

WelcometoTheCaptain_2
Je vous présente ici en une seule capture la raison pour laquelle j'ai testé Welcome to The Captain, et la raison pour laquelle j'ai pas aimé. La radieuse Joanna Garcia, que j'avais appris à trouver délicieuse dans Reba, démontre ici que l'humour de la série va être pitoyable, si jamais ça vous avait échappé jusque là évidemment. En soi sa performance n'est pas très différente de ce qu'elle nous a offert précédemment dans la série sus-citée, mais en même temps pourquoi se donner du mal quand on a un gag aussi facile et miteux ? Rien ne me fait aussi peur rire qu'une blague éculée tournant autour d'une érection.

WelcometoTheCaptain_3
Rrrrrrraw, Raquel, toujours aussi sexy qu'il y a 10 20 30 40 ans !!! Raquel Welsh devrait probablement être la vétérante qui ramène du monde dans la série, mais quand on la voit on a plutôt envie de tourner les talons et aller se laver les yeux au savon (voire au détergent). Et je ne suis même pas sûre qu'il y ait du second degré dans son personnage...

Bon, vous l'avez compris, ce pilote n'est à tester que si vous avez 22 minutes de votre vie à perdre, et, chevillée au corps, l'envie de vous rappeler ce qu'est un très mauvais sitcom. Le pitch est miteux, et l'exploitation en est plus ras-des-pâquerettes encore, mais les amateurs de navet (et je sais qu'il y en a) trouveront là un bel énergumène dont dire du mal pendant une ou deux semaines... jusqu'à ce que tout naturellement vous ayez réussi à l'occulter de votre mémoire, bien entendu.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Welcome to The Captain de SeriesLive.
favicon

Posté par ladyteruki à 19:18 - La preuve par trois - Permalien [#]

17-07-07

Premier semestre concluant

Je me dois de le confesser, j'ai toujours regretté de ne pas être allée dans une fac américaine. Maintenant je suis vieille et c'est trop tard, et puis surtout j'ai pas pensé à économiser lorsque j'ai eu 4 ans (c'était de l'inconscience et je m'en rends compte à présent), mais ce regret est là, tenace, et j'aurai toujours un pincement au coeur en pensant que j'ai loupé cette expérience en apparence unique.
Pour enfoncer le clou, j'ai regardé l'autre jour le pilote de GREEK, histoire de vraiment me faire du mal. Voilà les trois choses que j'ai retenues de ce pilote, youpi chouette, c'est un article de la catégorie La preuve par trois !!!

Greek_pilot_1
Je m'attendais à un humour gras et sans nuance, et des intrigues hautement banales (après tout on parle d'ados, c'est rare que qui s'y frotte ne s'y pique pas). J'ai été surprise, dés les premières scènes, par l'étonnante subtilité de certains dialogues, et des gags comme je les aime, c'est-à-dire en demi-teinte. Cette scène en est un parfait exemple...

Greek_pilot_2
Rusty a l'air d'un pauvre geek, il est chétif et pas très avenant à première vue, mais ce qui est particulièrement bon dans ce pilote, c'est qu'il y a plus que ce qu'on peut voir de prime abord. Ainsi le personnage est bien plus nuancé que je ne m'y attendais (comme, dans une moindre mesure, sa frangine Casey), et ce sont là encore de petites subtilités qui nous amènent à le comprendre, comme la réaction de l'ex de Casey dans la scène de la beuverie (qui, je tiens à le préciser, est précédée d'une excellente scène de recrutement de newbie). Au mec qui agresse Rusty parce qu'il a craché sa tequila sur sa copine, Rusty lui rétorque vertement que ce n'était pas mieux de laisser des mecs lécher du sel sur son ventre... ce qui, tout de suite, donne une autre dimension au bonhomme - la première d'une longue liste. Car Rusty n'est pas un gamin coincé et incapable de socialiser, il est même à l'aise lorsqu'il s'agit de rentrer dans le lard de l'armoire à glace qui sort avec sa soeur un peu plus tard. Bref tout un tas de petites séquences qui font qu'on affectionne très vite ce drôle de gaillard !

Greek_pilot_3
Pendant que Casey tente de sortir discrètement de la chambre de son ex où elle a passé une nuit qu'elle n'aurait pas dû (on imagine comme son secret va être bien gardé avec ce public), Calvin, lui, a eu la possibilité de connaître une autre façon de sortir de la fraternité au petit matin et donc d'éviter l'humiliation publique (d'autant qu'il y a là le prélude d'une intrigue intéressante sur le statut de l'homosexualité dans la communauté estudiantine) ! C'est un peu salaud de la part de Cappie de ne rien avoir dit à Casey mais d'un autre côté, il faut bien admettre que ce gars dégage un tel potentiel sympathie qu'on a du mal à vraiment lui en vouloir (en plus, on a vite fait de développer des tendance au shipping entre ces deux-là). Bon, outre les coucheries (c'était inévitable, hélas) de Casey, il est intéressant de voir comment les relations et les hierarchies se nouent entre garçons et filles, entre fraternités ennemies, entre anciens et nouveaux... Toute cette mécanique est bien huilée : elle a ses règles, elle a ses coutumes. Comme le souligne Rusty, d'ailleurs, c'est une tradition vieille de deux siècles, ça force le respect !!!

Bref vous l'avez compris, je suis de bonne humeur même près de 48h après avoir vu le pilote de GREEK (certes mon hilarité s'est vue prolongée par la vision de Painkiller Jane ensuite, mais cela fera l'objet d'un post à part !), je ne dis pas que c'est la série de l'année mais elle mérite de l'attention, et la mienne sera soutenue !

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche GREEK de SeriesLive.
favicon

Posté par ladyteruki à 20:09 - La preuve par trois - Permalien [#]

22-06-07

Joyeuse Pagaille

Ca fait quoi, trois siècles que je devais en parler ? Voilà enfin le post sur The Brady Bunch !!!
Et en plus, dans La preuve par trois, ce dont les plus fins observateurs d'entre vous sauront se réjouir...

Bienvenue, donc, au royaume du kitsch ! The Brady Bunch est quand même une série qui nous emmène presque 40 ans en arrière... Rien que ça ! Pour vous resituer le contexte, on était à l'époque en plein dans la 6e saison de Ma Sorcière Bien-Aimée au moment du changement d'acteur pour Jean-Pierre/Darrin... D'ailleurs la bande-son est là pour nous remettre dans le bain ! L'humour est globalement le même que la série sus-mentionnée d'ailleurs, c'était de vraisemblablement de rigueur pour les sitcoms : c'est plutôt gentillet, parfois un peu gros, et même hystérique à un point du pilote, m'enfin, bon, il y a quarante ans, vous n'étiez sans doute même pas encore téléphage, alors ne la ramenez pas !

Voici donc les 3 captures à retenir pour le pilote dudit Brady Bunch...

TheBradyBunch_pilot_1
J'ai toujours adoré ce générique, que j'ai longtemps écouté avant de le voir ! C'est simple, mais efficace. En plus c'est un charmant résumé de la situation, qui, en lançant le pilote, permet de passer directement à l'action : les scènes d'exposition sont réduites au minimum, et le pilote gagne ainsi en rythme, s'autorisant quand même trois actes très différents en 25mn. Joli effort ! La bonne idée que voilà... Et dire que la plupart des pilotes se passent de générique, imaginez les possibilités !

TheBradyBunch_pilot_2
Evidemment il y avait plein de choses à capturer pendant la cérémonie de mariage, mais le révérend Alden, c'était quand même incontournable !!! Un cookie au premier qui est capable de me dire qui est le révérend Alden, pour voir si vous maîtrisez la culture pré-80 ? Toujours est-il que cette cérémonie est certainement le passage le plus irritant du pilote. Que pourtant j'ai aimé. Mais la course-poursuite à travers les convives, les cris des gamines... c'était ridicule, il faut le dire. La chute de l'acte est cependant plutôt mignonne.

TheBradyBunch_pilot_3
D'accord, de prime abord, The Brady Bunch a l'air d'une série familiale bon enfant, sans aucune prétention. Ca, c'est quand on regarde avec les yeux du présent. M'enfin, ce n'est finalement vrai qu'en partie, car voilà quand même une série qui ose (peut-être même la première, mais je n'ose le présumer sans recherches plus approfondies) présenter une famille recomposée. Et la chose semble compliquée, et même légèrement choquante, pour ce bon gérant de l'hôtel où les Brady vont passer leur lune de miel. Admirable, finalement, de voir que Mike Brady qualifie sa famille de moderne ! Bien que n'étant pas divorcés, mais simplement veufs, il semble balayer du revers de la main une sorte de tabou. On se rend compte que la chose ne tombe pas sous le sens pour leur interlocuteur, mais justement, Mike ne tente même pas l'explication ! En trois coups de cuiller à pot, il donne finalement le ton : notre famille est moderne ET ce serait anormal de s'en justifier auprès de qui que ce soit. On a un peu l'impression d'assister à l'avènement d'une nouvelle ère où chaque famille a son histoire au lieu d'être sur le moule habituel... et où ladite famille se met le télespectateur dans la poche. Obligé de trouver ça normal sous peine de passer pour un grincheux comme ici !

L'exercice était difficile, car ce pilote fourmille de petits moments attendrissants ou carrément ridicules (parfois les deux à la fois), qui méritent plus une capture qu'une véritable bafouille, alors, à regret, je ne mentionnerai pas les deux quenottes du benjamin Brady, les couettes blondes de la petite Cindy, et la pagaille dans les escaliers de l'hôtel. Voilà, c'est pas dit, découvrez tout ça par vous-mêmes.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture... hou nom d'un chien c'est ça que j'ai oublié de faire : la fiche pour SeriesLive ! Je reviendrai mettre le lien à jour lorsque ce sera fait, promis : la fiche The Brady Bunch de SeriesLive.
favicon

Posté par ladyteruki à 19:01 - La preuve par trois - Permalien [#]

23-03-07

The life next door

Bon allez, on est partis pour ce petit exercice qui désormais vous est bien connu : celui de résumer mes impressions sur une série en trois captures. Au programme ce soir : The Riches, eh oui encore, je suis tombée amoureuse, ça vous dérange ?

TheRiches_pilot_1
Je n'avais pas vu Minnie Driver depuis longtemps. Damned, elle a vieilli ! Mais elle est extrêmement émouvante. Plus précisément, cette scène où Wayne retrouve Dahlia est superbe. Les scènes qu'ils ont en tête à tête sont trop rares, mais sont merveilleuses de réalisme et de tendresse. Ce qui les unit est merveilleux et j'espère que cette relation ne se décomposera pas...

TheRiches_pilot_2
La scène où tout bascule. Loin de tout de suite le voir comme une opportunité, comme on aurait pu s'y attendre vu leur façon de voir les choses, la famille Malloy considère la tragédie avec horreur, effondrée. Nul doute que chaque membre de la famille a compris la portée de cet évènement, et qu'elle restera gravée en chacun. Wayne y est absolument formidable, c'est lui qui va voir l'accident au départ, et c'est lui assumera chaque décision prise à partir de là. L'accident n'est pas vraiment de leur faute, mais d'une certaine façon, tout le monde l'assume comme tel.

TheRiches_pilot_3
Voilà une voisine que je vais beaucoup aimer, je le sens. Je pressens qu'elle va permettre à Dahlia de guérir, qu'elle a des choses à lui apprendre sur la vie en banlieue chic, mais aussi qu'elle va lui montrer que sur le fond, Dahlia a plus en commun avec ses voisins qu'elle ne le pense. Va-t-on vers une jolie aventure humaine ? Assurément !

Comme vous le savez, je tiens à jouer le jeu et ne poster que trois captures, donc vous ne me verrez pas ici poster de capture pour mentionner "Dahling", non plus que du fils cadet de la famille et de son peché mignon ("mais ça pourrait être pire"), ni la très bonne baston avec le cousin de Dahlia. Voilà, c'est pas dit.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture (faut pas pousser, je viens d'en parler, m'enfin !!!) : la fiche The Riches de SeriesLive.
favicon

Posté par ladyteruki à 21:19 - La preuve par trois - Permalien [#]

11-03-07

Un peu de poivre dans votre JT ?

Patty ou devrais-je dire, Pepper, est définitivement mon pilote coup de coeur de la semaine. D'un autre côté, je l'ai regardé dimanche soir, me direz-vous. Et en plus, je suis en retard. Mais quand même. Et puisque le pilote de Pepper Dennis, puisque c'est de cette série qu'il s'agit, m'a tellement plu, allons-y pour une nouvelle trilogie de captures. Avec un peu de bol, je vous donnerai envie de découvrir cette série dont on n'a pas trop entendu parler le temps qu'elle a duré, et pourtant, elle le vaut bien.
Puisque cette fois je ne m'offre pas le luxe d'une review en préambule, voyons un peu si on arrive à en faire le tour en trois coups d'oeil !

PepperDennis_1x01_1
Une scène d'ouverture purement impeccable (limite trop au regard des 5 minutes qui suivent et qui sont moins épatantes), avec un double-discours ambigu tendant à nous mener par le bout du nez pendant quelques minutes. Mais non, le regard de killer de Pepper, c'est juste parce qu'elle a flairé le scoop ! A noter que Rebecca Romijn-Stamos, à qui je n'avais pas prêté grande attention jusqu'ici à vrai dire, est effectivement une beauté, et c'est pas parce que je m'en rends compte avec plusieurs mutants de retard que je ne dois pas le souligner. Ce regard-là, elle nous le fera plusieurs fois, mais il marche à tous les coups (on dit merci au mascara centuple-épaisseur, mais quand même).

PepperDennis_1x01_2
J'ai pensé à dire que Rebecca/Pepper avait la grande classe ? Et j'adore sa voix aussi. Mais bon, cette capture nous amène aussi à une scène savoureuse de surenchère télévisuelle, où Pepper couvre un évènement tragique avec un flegme blasé, où son charmant collègue joue les saints en aidant les secours par haut-parleur interposé, pour finalement voir notre Pepper péter une durite et prononcer un mot qu'aucun chaste télespectateur ne devrait jamais entendre. Si Pepper n'avait pas été suspendue, j'aurais été scandalisée, forcément, pensez-donc ! Mais plus que sa tête à la révélation à l'antenne de son véritable nom, c'est quand même encore cette capture-là qui me ravit le plus au moment de cette scène. Oh yeah.

PepperDennis_1x01_3
Et là arrive la petite scène (en fait il y en a eu deux dans ce pilote) qui rappelle furieusement Ally McBeal. Non seulement à cause de ce cher et adorable et charmant (et plus que consommable) Josh Hopkins, mais dans sa globalité la plus entière et insécable. Pepper courant au ralenti vers l'ascenseur pour s'apercevoir que son crush est sur le point de ramener une autre collègue chez lui, c'était déjà too much, mais là, cette grande gourdasse en train de faire des mouvements de mâchoire comme si cette dernière allait se décrocher de son ravissant visage, en faisant mine de garder une certaine contenance (que le principal intéressé a de toutes façons décodé), c'est ridicule au plus haut point. D'accord, j'ai quand même eu envie de m'écrier "mais dis-lui !!!", mais uniquement parce que j'ai regardé trop de scènes de ce type avec la sus-mentionnée Ally. La scène qui s'en suit (Pepper marchant lentement, dans la rue, en pleine nuit, puis mangeant chinois avec sa frangine sur le sol de l'appart) est un vilain repompage aussi, d'ailleurs. Bouh que c'est vilain. Bon, drôle, efficace, tout ce qu'on veut, mais quand même usé jusqu'à la corde.

Comme je jouerai le jeu des 3 captures, pas une de plus, je ne mentionnerai pas la blague de l'Emmy Award, ni la présence furtive de Larisa Oleynik, et toujours pas le coup des oeufs (même pas pourris, en plus). Mais que ça ne vous empêche pas d'y jeter un oeil, et d'en rire à ma santé.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Pepper Dennis de SeriesLive.
favicon

Posté par ladyteruki à 23:56 - La preuve par trois - Permalien [#]

26-02-07

Vahiné c'est gonflé !

J'ouvre cette rubrique (dont j'ignore pour le moment à quel point elle sera régulière) avec le pilote de Cleopatra 2525, puisqu'il s'agit du dernier épisode en date que j'aie pu capturer.
Voici donc les 3 captures que j'ai décidé de retenir sur ce pilote.

Cleopatra2525_pilot_1
Je suis désolée, mais le déhanché de Victoria Pratt est simplement risible. Au moins, dans Mutant X, il y avait un chorégraphe pour essayer de ne pas la laisser se rendre ridicule à ce point. Comment a-t-elle pu penser que le recul de son arme serait répercuté sur son bassin ? C'est idiot ! Ou alors peut-être croyait-elle donner ainsi l'impression d'un effort pour tirer ? On dirait plutôt que le bas et le haut de son corps sont indépendants. Et comment ce plan a-t-il passé le stade du montage ? Pour moi c'est le genre de scène qui veut tout de suite tout dire à propos de la qualité de la série.

Cleopatra2525_pilot_2
Entrée en scène de Jennifer Sky ! Qui dans le fond n'est pas une mauvaise actrice, surtout si on compte le nombre de mimiques et expressions faciales dont elle est capable. Bon allez, je l'avoue, elle a une bonne bouille. Son jeu est mois rigide que celui de ses deux copines, en plus : entre Gina Torres, qui joue avec un balai dans le fondement (sur l'air de "c'est un boulot purement alimentaire et je ne trompe personne à ce sujet"), et Victoria Pratt qui compte une palette de très exactement trois expressions ; les moues de Jennifer Sky font quand même du bien.

Cleopatra2525_pilot_3
Pauvre Gina Torres qui, de toute évidence, n'a pas les mêmes attributs que ses deux collègues, et qui se retrouve avec un bustier trompe-couillon qui en réalité ne trompe personne. C'est marrant, dans Firefly elle n'avait pas l'air d'avoir à se soucier de ça... Il faut dire qu'avec les deux porte-obus que sont Victoria et Jennifer, ya du monde au balcon ! J'aime bien aussi cette scène parce que c'est genre "merde, il ne reste qu'une minute pour boucler l'intrigue !", alors vite fait on va faire en sorte que Cleopatra ait des états d'âme, et que Sarge ait un coeur. La pauvre Hel, comme d'hab', est l'avatar des scénaristes pour essayer de diriger un peu le scenario. Bref c'est bien bidon. On a complètement oublié la fameuse voix qui dicte à Hel ce qu'elle doit faire, on ne sait pas trop ce à quoi va servir l'arme capturée en début d'épisode, rien. Comment le médecin touffu n'a-t-il pas encore été évoqué (techniquement Cleo est encore sa possession), on se le demande. Je sais, son maquillage était pourri, mais quand même. Cette scène finale est donc le summum du n'importe quoi !

J'avoue que pour cette première fois, j'ai dû mettre de côté deux autres captures qui valaient vraiment le coup que j'en parle, mais c'est justement le but du jeu d'être sélective, si possible partiale et de mauvaise foi, et de ne souligner que 3 scènes d'un épisode donné. Me d'mande ce qu'il y aura au menu la prochaine fois ?

Ah, et au fait pendant que j'y pense, pour ceux qui manquent cruellement de culture (même si dans cette série, ya pas trop de ture) : la fiche Cleopatra 2525 de SeriesLive.
favicon

Posté par ladyteruki à 00:57 - La preuve par trois - Permalien [#]