ladytelephagy

Purple is the new black. Un blog qui parle de séries, c'est devenu assez habituel. La question, c'est : de quelles séries ? Séries méconnues, séries anciennes, séries japonaises... mais aussi séries récentes ! Venez, la téléphagie, c'est contagieux !

15-06-13

[#Ozmarathon] 6x07, the end of the world as we know it

J'ai l'impression que toute cette 6e saison, je n'ai eu de cesse de penser, devant presque chaque intrigue, chaque élément de la série, qu'il fallait faire nos adieux. C'est une quasi-obsession, je le confesse. Tout est vu à la lumière de ce fait : c'est la fin. La dernière fois que. On dirait que je suis Ryan et qu'Oz est mon Cyril.

Ozmarathon-6x07

Et alors que tout va finir, dans le fond, que penser ? Quand tout est fini, que reste-t-il ?
C'est la grande énigme que va poser cet avant-dernier épisode, grâce à un sublime échange entre Omar White et le bizarre Lemuel Idzik. Qui aurait cru, quelques minutes avant leurs scènes dans cet épisode, que ces personnages avaient le potentiel pour être au centre de quelques uns des plus incroyables dialogues de cette saison, voire, de cette série ?
A travers cette incroyable discussion métaphysique sur le soleil qui s'éteint, et nos actions qui paraissent insignifiantes à côté du destin de notre étoile et donc de notre système, c'est toutes les conséquences de l'ensemble des actions de chacun, au cours de ces 6 saisons, qui nous interrogent. Quelle a été la finalité de tout cela ? Que retirerons-nous de ce que nous avons vu, des horreurs auxquelles nous avons assisté, des injustices qui ont été infligées, des malheurs qui ont persisté ?

Par exemple, à quelques minutes de la fin de la série, Oz ménage toujours des zones d'ambiguité, notamment à cause de son célèbre triangle de l'insanité entre Beecher, Keller et Schillinger.
Sans se mentir, c'est là que portent une grande partie de nos attentes pour la fin de la série, sachant à plus forte raison que le sort de Miguel Alvarez semble fixé, autant que faire se peut en tous cas, et que les choses sont également en bonne voie pour Busmalis, Rebadow et quelques autres. Quant à Leo Glynn ? Justice a été rendue.

L'un de mes rares regrets sera que les scénaristes aient introduit le fascinant personnage d'Alonso Torquemada à ce stade. Pourquoi avoir tant attendu ? Non seulement Bobby Cannavàle est génial (ça m'écorche la bouche de le dire, mais il faut être honnête), mais son personnage promettait aussi de mettre un sacré bazar à EmCity...

Le reste ? Le reste se décide ce soir, dans le dernier épisode que nous lançons à présent...

Posté par ladyteruki à 20:30 - Plus on est de fous - Permalien [#]

[#Ozmarathon] 6x06, vaincre la misère et l'ombre

L'un des gros chocs de cette 6e saison, qui jusque là n'en a pas manqué, était la sortie de Beecher. En tant qu'Ozmarathoniens, nous avions alors la sensation que cela n'avait pas de sens : nous étions entrés avec lui entre les murs de la prison, nous ne pouvions pas nous passer de lui avant d'en sortir. Mais le voir revenir à la fin de l'épisode suivant ? C'est encore plus déroutant.
La raison est pourtant simple : sur le pas de la porte, Oz s'est rendu compte qu'elle avait encore quelque chose à dire. La moindre des choses serait d'écouter.

Ozmarathon-6x06

C'est un sujet qu'on a abordé plusieurs fois par le passé, et pourtant, avons-nous vraiment eu cette conversation ?
A la fin de l'épisode précédent, Beecher, rongé par la honte à bien des égards, murmurait : "Just like last time, I got fucked up in the ass". L'un des temps forts de cet épisode va donc consister en un groupe de parole qui va échanger autour d'expérience à propos du viol en prison. Là où jusque là, le viol était un pur instrument de domination, de pouvoir ; il s'inscrivait dans les enjeux narratifs d'une saison, il mettait en scène les rapports d'un personnage avec tel autre de façon à leur donner une motivation. Pas cette fois. Cette fois, ce que ces témoignages disent, c'est tout simplement la souffrance et l'horreur. Parler du viol comme d'un traumatisme en soi, et non pas d'un mythe fondateur d'un personnage, comme ça a été le cas pour Beecher, est une idée poignante mais réussie.
Car en pointant du doigt à quel point la douleur est quotidienne, à quel point elle est banalisée par le système (chose que souligne aussi le fait que le viol d'un personnage ne nous émeuve plus qu'à moitié), Oz nous met quelque part face à la responsabilité de la société tout entière, qui ferme les yeux parce que, oui enfin, bon, ce sont des criminels, alors... c'est moins grave. C'est peut-être même normal, car ce sont des bêtes violentes !
Cet échange simple et pourtant violent sur la réalité du viol carcéral était nécessaire pour une série qui s'est souvent sentie investie de la mission de révéler des vérités désagréables. Celle-ci n'avait que trop attendu d'être dite haut et fort.

Dans sa lancée, Oz va aussi s'arrêter sur la question du commerce. L'intrigue autour du centre de télémarketing et de l'entreprise des musulmans en pose les jalons depuis plusieurs épisodes déjà. D'un côté, le centre de télémarketing, depuis que les homeboys sont partis en signe de révolte envers l'influence de Burr, est quasiment dépourvu de personnel ; à Burr qui s'inquiète justement que les salaires ne soient pas compétitifs pour attirer de nouveaux employés, la gérante, pas inquiète, affirme avec le plus grand des aplombs, et peut-être une pointe de cynisme, qu'elle ne se fait aucun soucis : il y a des centaines de prisonniers qui, même pour une somme dérisoire, finiront par changer d'avis et accepter un poste (elle est prête à travailler pour Veridian Dynamics !). Cette crise n'est que passagère, elle ne craint pas le turn-over. C'est l'avantage, en quelque sorte, quand on n'a rien à cirer des employés qui vont et viennent. A côté de ça, les revenus sont loin d'être ceux qu'espéraient les musulmans en matière d'édition ; les calculs de Kareem Saïd, qui voulait payer les prisonniers au salaire minimum, étaient très optimistes. La réalité des choses, c'est qu'Arif n'a pas l'argent nécessaire pour payer quelque salaire que ce soit. Par un diable de retournement de situation, l'entreprise qui voulait faire des affaires tout en traitant convenablement ses salariés est sur le point de fermer boutique, quand celle qui ne se soucie du confort de personne va finir par retomber sur ses pieds.
Que la conclusion de cette intrigue ne nous abuse pas : si Burr finit par donner un coup de mail aux lois économiques en faisant détruire l'atelier des musulmans, l'épisode nous dit en filigrane quelques vérités peu agréables sur le monde du travail (même pas spécialement en prison).

La troisième des grandes intrigues de cet épisode, et certainement pas la moindre, est évidemment celle de Cyril O'Reily. Je sais que j'ai tendance à mentionner Ryan, d'ordinaire, comme étant le héros des aventures irlandaises d'Oz, mais il faut bien reconnaître que ce sont les problématiques soulevées par Cyril qui sont à l'ordre du jour ici.
Ce n'est pas qu'Oz n'ait pas abordé le sujet auparavant. Bien au contraire : l'état psychiatrique de Cyril a régulièrement été au centre des débats, comme, encore récemment, avec l'affaire des électrochocs. Mais à l'heure où le petit garçon dans le corps d'un criminel boxeur vit ses derniers moments, il est temps d'attirer notre attention sur les conséquences de l'aveuglement répété, voire même obstiné, de tout un système.
Ryan n'est là que pour être le témoin affligé de ce spectacle : choisir comment Cyril va mourir, le lui annoncer et expliquer, l'accompagner alors qu'il doit faire couper ses belles mèches blondes, rester à ses côtés pendant son dernier repas...
En fin de compte, Cyril ne va pas mourir pendant l'épisode. Mais de justesse. L'espoir est relancé, et ça devient insupportable pour ceux (et ils sont nombreux, voire unanimes) qui aiment ce personnage. C'était cependant nécessaire pour parler du vrai problème ; ce que souligne d'ailleurs le speech d'Augustus Hill sur les différentes peines d'un état à l'autre.

Oz signe ici l'un de ses épisodes les plus engagés socialement. Une véritable réussite qui rappelle aussi la raison pour laquelle cette série est bonne. Du coup ça fait encore plus chier de devoir s'en séparer bientôt...

Posté par ladyteruki à 20:00 - Plus on est de fous - Permalien [#]

[#Ozmarathon] 6x05, interlude

Il est grand temps d'adresser un véritable problème récurrent dans Oz. Bien pire que tout ce dont j'ai pu me plaindre depuis un an et demi que nous suivons notre Ozmarathon. Et pourtant Dieu sait que j'ai eu l'occasion de me plaindre.
Mais je voulais aborder avec vous un problème qui, en fait, est à la source de bien d'autres. Mesdames et Messieurs : Leo Glynn. N'applaudissez pas.

Ozmarathon-6x05bis

Une ode à Leo Glynn.

Leo Glynn est le type qui, même quand il se fait remonter les bretelles par le gouverneur à propos des morts brutales, successives, et qui auraient dû être empêchées (comme le meurtre de Kareem Saïd, figure hautement médiatique ET religieuse, par un visiteur armé, hein, quand même), conserve son job.

Leo Glynn est le type qui, alors que les tensions n'ont pas vraiment été résolues dans sa prison, organise une grande soirée où le personnel devra rêvetir costard et robe de bal entre les murs de cette même institution.

Leo Glynn est le type qui, quand un avocat lui dit de virer deux surveillants, s'en laisse convaincre en 30 secondes chrono.

Leo Glynn est le type qui va interroger un surveillant qu'il soupçonne de tremper dans des affaires louches, dont une affaire de meurtre, qui vient faire comprendre au CO qu'il a vu clair dans son jeu, mais qui ne le met pas à pied.

Leo Glynn est le type qui, quand un gardien lui avoue qu'avec deux de ses collègues, il a mutilé un prisonnier (Morales, dont les tendons ont été coupés à la demande de Dave Brass pour se venger de son tendon mutilé), réplique "ouais, je m'étais un peu douté de ça" et finit par féliciter l'officier qui vient de se confesser au lieu de le punir.

Leo Glynn est le type qui, quand un prisonnier qui est également un chef de gang lui dit qu'il a peur d'une infirmière, rit et ne le prend pas au sérieux. Quelques heures plus tard, cette même infirmière va tuer un prisonnier tout en confessant en avoir tué un autre.

Leo Glynn est le type qui conduit une enquête avec la police sur le meurtre du maire Loewen, alors qu'il est surveillant de formation, pas enquêteur. Et qui conduit cette enquête des semaines après la mort du maire.

Et tout ça en un seul épisode ! Comment on a tenu 6 saisons avec ce type ?!

Posté par ladyteruki à 18:34 - Plus on est de fous - Permalien [#]

[#Ozmarathon] 6x04, pour ne rien dire

Il est quelques épisodes décevants dans chaque saison. Le problème, c'est quand une BONNE saison d'une BONNE série sort l'un de ces épisodes. Le téléphage s'en trouve tout décontenancé. Etant donné qu'aucun épisode d'Oz n'est jamais un stand-alone, le mal est d'autant plus profond que cela affecte les émotions liées à toutes les intrigues en cours...
A l'heure où notre EmCrew se prépare à faire ses adieux à la série, est-ce bien raisonnable de se permettre un coup de mou comme celui-là ?

Ozmarathon-6x04

Il n'y a pas beaucoup de storylines dans cet épisode qui méritent d'être vues. Pour être franche, aucune n'a semblé ne serait-ce qu'être correcte. A quelques épisodes de la fin, les révélations sur les origines de Jaz Hoyt, par exemple, apparaissent comme profondément risibles, de la même façon que le sort d'Omar White nous est totalement indifférent, quitte à ce qu'il meure en isolement à cause de la peinture toxique. Vraiment, qui ça intéresse ? Hoyt n'a jamais été qu'un personnage secondaire auquel aucune mythologie n'a jamais été nécessaire pour nous offrir de bons moments, et White casse les pieds de tout le monde, y compris de McManus qui a jadis été son protecteur.

Ecoutez, je n'ai aucune sympathie particulière pour Robson. Il s'est comporté comme un tel poison à une époque que, franchement, il est impossible de tout-à-fait lui offrir une rédemption aux yeux des spectateurs. Les Aryens font, d'ailleurs, partie des rares personnages que la série n'a jamais réussi à réhabiliter. Ce ne sont pourtant pas les efforts qui ont manqué dans le cas de Robson, qui joue les victimes depuis ses mésaventures dentaires en saison 5 ; sa mise au ban, ses humiliations répétées, tout a été fait pour en faire une nouvelle tête de turc des scénaristes. Mais rien à faire, impossible de le plaindre tout-à-fait. La seule fois, je dis bien la seule, où il m'a arraché une larme, c'est quand il a expliqué à Sister Peter Marie quel genre d'enfance atroce il avait eue ; là, vraiment, on tenait quelque chose de fort, et d'autant plus surprenant que comme je l'ai dit, personne au monde ne tient Robson dans son coeur. Mais alors que les scénaristes s'ingénient à essayer d'aller plus loin dans le traumatisme (comme si l'histoire de la petite cuiller n'était pas assez), rien à faire, le portrait perd de sa force. Pire, en faisant en sorte que Robson se sorte de sa très mauvaise situation par duperie, mensonge et manipulation de Sister P, l'épisode réussit le tour de force de faire à nouveau basculer le personnage dans un territoire pervers. Ce n'est même pas que l'épisode attire vraiment notre attention sur le fait qu'une victime n'est pas forcément innocente dans tous les domaines de sa vie par le simple fait qu'elle soit agressée ; c'est que le scénario est clairement fragile, portant sur un personnage avec lequel l'empathie ne fonctionne fondamentalement pas.
Comment soutenir un personnage qui, bien qu'il soit clairement une victime, redouble de vice pour se libérer de ses chaînes ? Eh bien, on l'a vu par le passé avec quelques moments forts de Beecher, c'est possible, mais Robson passe à côté de l'objectif affiché pour son intrigue. Rien à faire, cet épisode loupe complètement ce qu'il tentait de faire.

Et puis il y a Miguel Alvarez. On aimerait énormément en dire du bien, surtout moi, vous me connaissez, mais rien à faire. Sa quête pour reconquérir Maritza s'arrête, heureusement, avant qu'on n'ait envie de le renvoyer en isolement ou à l'infirmerie, histoire qu'il se passe un peu quelque chose. Il n'est pas ressorti grand'chose de cette intrigue, au final, si ce n'est qu'on a trouvé un Miguel apaisé. Le seul truc... c'est que ça, on le savait déjà.

Pour finir, l'intrigue sur la peinture au plomb (or whatever that was) traîne en longueur. On aimerait sincèrement qu'elle mène quelque part ; à vrai dire, j'ai vu le series finale d'Oz il y a plusieurs années, je sais très exactement ce qu'il en advient, et je finis QUAND MEME par me poser la question en regardant cet épisode ! C'est dire si on touche le fond. Gloria Nathan a beau nous faire part d'un joli cas de conscience (dont on a un peu l'impression qu'il est la répétition d'anciens dilemmes passés, notamment suite à son viol et la mort de son mari), on reste complètement insensible.

Pour la deuxième fois consécutive, mais pour des raisons bien différentes, voilà un épisode d'Oz qui aurait mieux fait de se taire.

Posté par ladyteruki à 18:33 - Plus on est de fous - Permalien [#]

[#Ozmarathon] 6x03, dernières mesures

C'était une jolie idée que d'avoir Dobbins comme "narrateur" de cet épisode, d'inviter l'un des personnages les plus muets de la série à commenter pour nous les choses. Malheureusement, cette idée n'est pas exactement aussi bien amenée qu'il le faudrait ; Augustus Hill est toujours là pour apporter son petit monologue, rendant assez inefficaces les interludes musicaux du violoncelliste. Peut-être qu'Oz aurait dû jouer le jeu tout-à-fait, et proposer un épisode silencieux, comme Buffy l'avait tenté (et réussi) quelques années plus tôt. Mais dans les coulisses d'Oz, on aime bien trop l'approche théâtrale pour mener cette expérience jusqu'au bout... résultat ? Eh bien résultat, un épisode qui manque un peu d'énergie.

Ozmarathon-6x03

C'est un charmant homme que ce maire Loewen. On n'avait pas encore eu vraiment l'occasion de faire sa connaissance, mais le début de cet épisode nous en donne la plus sympathique des occasions, alors que le vieux con rive d'abord son clou à Schillinger, avant de remonter les bretelles sur exactement le même ton au gouverneur Devlin. Il rappelle à celui-ci le sens des priorités : Devlin lui avait promis qu'il ne passerait pas UN jour en prison, et même si les quartiers devaient flamber, la moindre des choses était d'envoyer la garde, jeter des fumigènes, et tenir sa putain de promesse !
Mais, à peine le temps d'apprendre à le connaître, et déjà le voilà hors-jeu : alors qu'il a sa propre chambre dans l'aile médicale, quelqu'un vient lui ajouter un sourire dans le cou. Il va nous manquer, ce con. NOT. En tous cas, sa mort met tout le monde d'accord. Fait suffisamment rare pour être noté.

Ce n'est un secret pour personne que j'adore Patti LuPone ; j'adore aussi son personnage de Stella, ce qui n'arrange rien, et cet épisode n'est pas fait pour m'inciter au contraire. Après avoir badiné de la plus littéraire façon avec Rebadow ("pour moi, les hommes sont comme les livres... je les lis, je les ferme et je passe au suivant"), elle décide de prendre en charge un prisonnier de 18 ans qui a tenté de tuer quelqu'un avec un bouquin emprunté à la bibliothèque. La détermination de cette femme, le fait qu'absolument rien ne semble la désarçonner, ont de quoi forcer l'admiration. Je pourrais regarder un spin-off entièrement centré sur Stella et... sa Bibliothèque de l'Ephémère Rédemption.

Tout aussi éphémère est le sentiment d'espoir qui plannait sur Ryan dans l'épisode précédent, alors que les choses semblent de plus en plus mal engagées pour notre petit Cyril. D'abord, c'est la personnalité perverse de Jericho qui cause du soucis : Cyril refuse de s'en séparer, et lorsque Sister Peter Marie tente de lui retirer la chaussette, il s'énerve et finit par lui faire mal ; cette fois, on a atteint le point de non-retour avec cette nouvelle "aggression". Le problème, encore et toujours, vient du fait que Cyril est légèrement attardé, ce qui complique son exécution ; du point de vue de l'administration, Devlin en tête, la seule solution est de faire en sorte que Cyril aille mieux, soit soigné, ce qui le rendra tout-à-fait apte à être exécuté ; l'ironie du sort étant que, s'il avait été soigné plus tôt, il n'en serait sûrement pas arrivé là. Pire encore, la seule option de soin envisagée est une thérapie par électro-chocs. S'il a légèrement du mal à se laisser convaincre, Glynn finit par donner son autorisation (avec les histoires de quartier d'isolement toxique, il a bien assez de choses à gérer après tout, puisqu'il vient de faire une déclaration à la presse pour admettre les torts d'Oswald en la matière), d'autant que Seamus O'Reily a donné son accord en tant que "père" (j'ai du mal à ne pas mettre de guillements) et que le dossier a, en gros, été bouclé avant même qu'on ne lui en parle. En fait, même Sister Pete semble découragée, et ne lutte pas contre cette décision. Personne ne se dresse entre Cyril et les électrodes, si ce n'est Ryan, vite ramené au bon sens ou, plutôt, à son impuissance. Sister P finira par aller annoncer la nouvelle à Ryan, ainsi qu'une autre : le dossier de Cyril a avancé, il sera exécuté dans un peu plus de trois semaines.
Si Ryan a toujours été un pragmatique, sa réponse surprend devant ces évènements. "I have faith", répondra-t-il à la nonne qui en manque grandement dans cet épisode. Il est convaincu qu'il y a une issue positive possible, il veut en tous cas en être convaincu, craignant d'être anéanti par toute pensée contraire. Et, Ryan, j'ai beau avoir foi en toi d'habitude, penser que tu peux toujours trouver la combine qui te sauvera, que ton intellect dépasse tous les obstacles qui se sont jusque là dressés sur ta route, je crains un peu de te voir t'enfoncer dans un déni éloigné de toute réalité. En voyant Cyril baver et écarquiller les yeux, après sa première séance d'électrochocs, je ne crois plus vraiment en rien pour lui...

Comme pour mieux nous déchirer l'âme, parce que ce n'était pas encore assez, l'épisode se finit de façon traumatique. Alors que Kareem Saïd, enthousiaste et plein de fougue, monte son projet (il a décidé de se lancer dans le business de l'édition afin de faciliter la sortie du livre d'Augustus Hill), alors qu'il vient de galvaniser ses troupes, prêtes à se donner corps et âme dans ce projet, alors qu'il a convaincu Glynn et McManus de monter son entreprise entre les murs d'Oswald... il est assassiné sous nos yeux.

Ces dernières notes jouées par Oz sont terriblement cruelles. Comme pour nous préparer aux adieux, la série fait table rase de tout, de tout ce qui pouvait rester de positif.
"This is not goodbye", assure Beecher sur le pallier de la porte d'Oswald. Mais presque.

Posté par ladyteruki à 18:32 - Plus on est de fous - Permalien [#]

[#Ozmarathon] 6x02, this time it's different

Retour du Ozmarathon pour une salve toute exceptionnelle de reviews ! Aujourd'hui, je vous propose de rattraper le retard pris lors des derniers visionnage de notre EmCrew afin de préparer les adieux qui se tiendront ce soir à 20h sur Twitter. Et pour le premier de ces retours dans l'univers carcéral d'Oswald, c'est la glaçante Shirley Bellinger qui sera notre sherpa, puisqu'elle commente aujourd'hui depuis la crypte d'Emerald City les mutations des vivants...

Ozmarathon-6x02

Chose assez rare pour Oz, l'épisode s'ouvre sur deux intrigues mêlées ; fait encore plus rare, l'une de ces intrigues est relative à Beecher. Différents problèmes sont ainsi résumés en moins de 5 minutes : Oswald est en lockdown, les tensions sont à leur comble, et en raison de l'alerte de sécurité, Beecher n'est pas autorisé à se rendre aux funérailles de son père, exécuté par on ne sait qui pour le moment ; Beecher ne tardera pas à incriminer Schillinger, évidemment : éternelle danse de la mort oblige.
Pire encore, lorsque Tobias explique à Glynn que de toute façon son audition pour une liberté surveillée a lieu le lendemain, pour laquelle il a toutes ses chances, et que s'absenter pour les obsèques ne devrait pas poser problème, il apprend que l'audition a été reportée ; à croire que les scénaristes cherchent encore et toujours un moyen d'enfoncer plus encore leur victime préférée. "This is Oz, Beecher ; nothing makes sense", dira son compagnon de cellule d'un ton blasé. Pourtant, cette saison semble avoir au contraire beaucoup de sens.

L'énervement au sein de la prison n'est pas prêt de retomber, et rappelle d'autres escalades auxquelles nous avons assisté par le passé. Tout y est : la façon dont le gouverneur Devlin s'affiche à nouveau à la presse, dont il affiche devant Glynn une attitude sournoise, dont il utilise son influence pour ignorer les tensions raciales en dépit du bon sens... La différence, c'est peut-être que cette fois, il n'y a pas d'emballement entre prisonniers. La violence ne semble pas en pleine escalade. Les groupes ne sont pas à couteaux tirés. Pas plus que d'habitude, quoi, en-dehors de la mort de Schibetta Jr, tué et énucléé, de Timmy Kirk, mort de façon lumineuse, ou de Robson qui se fait violer. Tout cela est tristement habituel.
Contre toute attente, Schillinger et Beecher vont jusqu'à signer une trève : Schillinger promet même de ne pas se mettre en travers de la libération sur parole de Beecher ! On se croirait au pays des Bisounours, pour un peu !

...Et c'est là qu'intervient certainement la scène la plus choquante de tout Oz : Tobias Beecher est effectivement libéré. Je vais le redire lentement. TOBIAS. BEECHER. LIBRE.
De toutes les choses incroyables, inconcevables, impossibles que nous avons vues dans la série, celle-ci est sûrement la plus étrange à expérimenter. A plus forte raison parce que nous étions entrés avec lui dans les quartiers de la prison, et que se pose maintenant la question de savoir à quoi va ressembler l'expérience carcérale d'Oswald sans celui qui a été le visage de toute la série, de toutes ses évolutions, de tous ses messages.
C'est au moins aussi dur à avaler pour nous que ça l'est, vous l'aurez deviné, pour Chris Keller, qui apprend la nouvelle depuis le couloir de la mort (avec un petit bonus, l'annonce de la mort du père de Beecher, qui était l'avocat de Keller).

En isolement, les nouvelles sont différentes, mais pas vraiment meilleures : la reconstruction d'Oswald a été permise grâce à l'utilisation de nombreuses substances toxiques, et tous les prisonniers parqués en isolement sont malades. Lorsque le Dr Nathan proteste, Leo Glynn insiste pour garder l'affaire secrète, histoire de ne pas jeter de l'huile sur le feu qui consumme Oswald.
Quelques minutes plus tard, à un autre sujet, les mots "but it's unethical !" sortiront de sa bouche. Difficile de ne pas laisser échapper un sourire narquois.

Si certaines choses ne changent pas, pourtant tout est différent, de toute évidence. Peut-être parce que plusieurs des personnages majeurs de la série semblent faire leur possible pour devenir meilleurs, que ce soit conscient ou non, au lieu de s'enfoncer encore dans la spirale habituelle.
Ainsi, Alvarez, après des années à être la victime de la violence aussi bien du système que des autres prisonniers (violence qu'il a plusieurs fois retournée contre lui-même de surcroît), semble avoir totalement acquis la maîtrise de son être, à défaut d'être maître de son destin. Lorsqu'il a l'opportunité de jouer les espions pour Morales et ainsi réintégrer El Norte, il refuse avec calme, mais fermeté : "I got my parole in three years. Until that point, I'm Mahatma Fucking Gandhi", déclare-t-il sans craindre une seule fois la réaction de son interlocuteur (lequel lui a pourtant fait la misère de nombreuses fois par le passé). Au contraire, l'esprit tranquille, il retrouve sa mère pendant les visites, se réconcilie avec elle, et discute de Maritza ; pour enfin appeler cette dernière et lui laisser une longue déclaration d'amour au téléphone.
De son côté, Ryan n'est que famille, famille et famille. Il veut protéger sa mère, il s'enquiert du dossier de Cyril... l'intrigue autour de Ryan n'est pas forcément très longue dans cet épisode, mais elle rappelle clairement qu'il a perdu toute son ambition. Aujourd'hui, son talent pour la manipulation n'est plus utilisé que pour se débarrasser de quelqu'un qui voudrait nuire à ses proches, comme on le verra lorsqu'il paiera une petite visite à Pancamo. Bien-sûr, Ryan O'Reily a TOUJOURS mis la survie de son sang avant le reste, mais c'est devenu sa seule activité à présent. Il s'oublie et s'efface au profit de deux êtres qui comptent pour lui. La survie ne se double plus d'opportunisme.
Et puis, pour finir, il y a notre imam préféré. Kareem Saïd rêve de justice sociale, mais cette fois, elle n'a rien d'abstrait : il se sent investi d'une mission de quasi-syndicaliste lorsqu'il apprend qu'un programme de télémarketing va être installé au sein d'Oswald, ne payant même pas les prisonniers un revenu minimum, mais plutôt une somme dérisoire. Bien que positivement furieux (comme le soulignera Arif, habitué à le scruter pour prendre la températeur), il ne se révoltera pas : l'époque de la colère impossible à contenir est derrière Saïd. Il ira trouver ses réponses dans le (décidément très populaire) labyrinthe de McManus. Quelque chose dit qu'il les y a trouvées, on en saura plus une prochaine fois.

Presque indifférents à ce qui semble effrayer l'administration d'Oswald, les prisonniers semblent donc aller de l'avant. On ne peut que les y encourager alors que le compte à rebours a commencé.

Posté par ladyteruki à 18:31 - Plus on est de fous - Permalien [#]