ladytelephagy

Purple is the new black. Un blog qui parle de séries, c'est devenu assez habituel. La question, c'est : de quelles séries ? Séries méconnues, séries anciennes, séries japonaises... mais aussi séries récentes ! Venez, la téléphagie, c'est contagieux !

04-10-12

You are now leaving The Bay

Quand j'ai découvert le pilote de Girl vs. Boy il y a quelques jours, je n'avais pas vraiment l'intention de regarder toute la saison qui avait été diffusée cet été en Nouvelle-Zélande. C'était l'un de ces pilotes que je regarde et apprécie, mais pour lesquels je n'envisage pas nécessairement de poursuivre l'expérience, parce que je ne me considère pas assez concernée.
Et pourtant, par curiosité, j'ai quand même été regarder le deuxième épisode. C'est là que j'aurais dû me douter, d'ailleurs, que, vu que la saison ne durait que 8 épisodes, j'allais probablement aller au bout, mais à ce stade je l'ignorais.
A raison d'un épisode chaque soir, j'ai, depuis, achevé la première (et pour l'instant unique) saison de Girl vs. Boy, et je dois dire que c'était vraiment frais, amusant, et charmant. Tout en n'étant pas prise de tête, la série parvient à trouver le ton juste qui lui permet de ne jamais prendre les spectateurs pour des simples d'esprit. Son enquête repose parfois sur peu de choses (ne vous inquiétez pas, je n'ai pas prévu de vous spoiler sur le "premier whodunit romantique de Nouvelle-Zélande" !), mais l'enthousiasme est tellement communicatif, les personnages si sympathiques, et les retournements de situation généralement si bien troussés, qu'on se laisse porter sans protester d'un bout à l'autre de ce mystère adolescent.

GirlvsBoy

Le mérite en revient d'une part aux scénaristes. Ils ont été capables de penser une intrigue simple, tout en garantissant qu'elle ne soit pas prévisible dés les premières minutes. La rupture du couple populaire de The Bay, Tim et Hailey, est évidemment un prétexte plus qu'un enjeu au suspense haletant, cela se voit comme le nez au milieu du visage ; mais même en sachant cela, impossible de détenir d'emblée toutes les pièces du puzzle de leur discorde.
Au-delà de cette espiègle petite enquête, Girl vs. Boy, comme son nom le sous-entend, est aussi l'histoire d'une véritable guerre de clans, et cette dimension ajoute énormément d'éléments comiques et de catastrophes complémentaires à l'énigme de départ. Au-delà d'une rupture entre deux ados, la série suit ainsi toute une petite communauté dont le grain de folie n'a rien à envier à Stars Hollow, Gilmore Girls étant vraiment LA référence qui me vient à l'esprit en matière de personnages secondaires qui trouvent une chance de briller temporairement. Leur attitude étrange et extrême, ajoutant de la confusion dans l'enquête de Maxine, confère une ambiance truculente, et c'est la garantie de se laisser surprendre quelques petites fois par l'effet qu'a cette rupture sur la ville.

Mais l'autre force vive de Girl vs. Boy, et non des moindres, c'est la pétillante Courtney Abbot. Son personnage de Maxine est à la fois gauche et intelligent, et elle lui donne énormément d'énergie sans jamais la rendre fatigante, ni la pousser dans une caricature de l'un ou l'autre de ses traits de caractère. La regarder se débattre, à grand renfort de mimiques hilarantes, dans les troubles qu'elle sème souvent elle-même, est un vrai plaisir, parce que le personnage n'a rien d'un stéréotype d'adolescente ni d'une "fausse adulte", et que l'équilibre a été parfaitement trouvé par Abbot pour préserver à la fois l'humour, la personnalité curieuse, et la maladresse pathologique du personnage sans jamais nous épuiser, en dépit de son absolue omniprésence.
Aux craintes de Maxine sur le couple Tim/Hailey, à sa terreur grandissante de voir la petite ville de The Bay se disloquer, il faut encore ajouter les propres tourments amoureux de la jeune fille (notamment grâce à l'étrange et totalement muet Olaf) ou encore ses rapports étranges avec sa mère, une thérapeute intégralement dépendante de l'attention affective qu'on peut lui donner... Le monde à l'envers.

Dans toute cette joyeuse pagaille, Girl vs. Boy se distingue également par des textes souvent amusants, plusieurs références bien vues, et des scènes surréalistes, fantasmées généralement par une Maxine qui voit les situations qu'elle rencontre avec un regard décalé : du passage où elle imagine interroger un suspect comme dans un polar à sa façon toute personnelle de se représenter une soirée d'enterrement de vie de jeune fille, on est parfois dans le délire le plus total. La série fait donc de la place à quelques séquences surprenantes, et souvent réellement drôles, dévoilant ainsi une capacité à garder un pied dans le monde de l'enfance...

Alors que je n'étais pas certaine de vouloir regarder une comédie créée essentiellement pour un public ayant la moitié de mon âge, j'ai trouvé chaque soir une vingtaine de minutes de détente, sans avoir l'impression de faire des compromis du point de vue de la qualité. Si on excepte le problème de l'accent néo-zélandais, un poil plus difficile pour moi à saisir que l'australien, et qui m'a donné parfois du fil à retordre, la série a constitué chaque soir une pause bienvenue.
J'insiste vraiment sur la notion de non-abrutissement, parce qu'elle est vraiment rare quand on regarde des comédies pour la jeunesse. La courte saison de Girl vs. Boy est regardable par un assez grand large public (pourvu de ne pas se laisser effrayer par le rythme électrique des épisodes) avec un plaisir qui, il me semble, pourra facilement être partagé : les personnages plus âgés (finalement assez nombreux bien que secondaires) et les références cinématographiques accrocheront les adultes, les ados se captiveront pour la romance (quoique, et c'est un soulagement, elle n'y est pas trop présente) et les personnages attachants, et les plus jeunes pourront se plier de rire devant les gags. Quel bonheur de constater qu'il existe encore des comédies familiales capables de potentiellement fédérer toute la famille, et pas simplement de la ramener au plus petit dénominateur commun ! J'en regretterais presque de n'avoir pas d'ados dans mon entourage, tiens ! Presque.

Du coup, maintenant, je vous avoue que je vais garder l'oeil ouvert et vérifier si une deuxième saison finit par être commandée par TV2. En ce qui me concerne, je ne serais pas contre une nouvelle aventure à The Bay !
Dans l'intervalle, permettez que je vous recommande une nouvelle fois de regarder les 8 épisodes de Girl vs. Boy, c'est plein d'énergie et de petites idées sympas, ce serait dommage de passer à côté...

Posté par ladyteruki à 23:10 - Review vers le futur - Permalien [#]

Copy/Paste ?

CopyPaste

A l'heure actuelle, l'acquisition des droits de diffusion d'une série est devenue presque aussi important que les droits d'adaptation. Désormais le business du "format" est une composante vitale du marché télévisuel, alors qu'il y a encore une à deux décennies, on se contentait en général de diffuser des séries étrangères (dans beaucoup de cas, cette série étrangère avait tendance à être américaine). Le format qui pose sa valise à l'autre bout du monde était l'exception, non la règle.
Aujourd'hui, les flux des fictions sont plus massifs et complexes, et d'ailleurs le maillage entre pays est également plus dense et varié que jadis.

Les formats d'émissions unscripted (ou prétendues telles) comme les jeux télévisés ou la télé réalité tiennent, en la matière, le haut du pavé, mais plus les années passent, plus les séries s'y mettent.
On le sait bien : non seulement ce procédé est supposé minimiser la prise de risques (...insistance sur "supposé"), mais ça coûte infiniment moins cher quand les scénarios sont déjà écrits, prêts à traduire (si on l'a acheté dans un pays de langue différente, problème que n'ont même pas les pays d'Amérique latine, par exemple), et même souvent livrés avec un responsable quelconque de la série originale qui intervient en soutien sur le développement du remake (souvenez-vous de l'ami Philip Rosenthal).
Alors, dans un contexte financier qui n'a cessé de devenir plus austère (le pivot de la crise ayant été marqué par la grève des scénaristes américains de 2007, à partir de laquelle l'une des plus grosses industries télévisuelles du monde a resserré les cordons de la bourse pour ne plus jamais les relâcher), ce ne sont pas des détails, loin de là. Mais évidemment, il y a aussi le fait qu'à l'heure de la mondialisation, d'internet et de tous les clichés sur le village global que je vous épargne, les marchés soient devenus totalement perméables entre eux. Impossible de ne pas remarquer quand une série trouve un succès retentissant dans son pays natal, puis chez les voisins, et que le phénomène s'étend progressivement ; et dans ce cas-là il faut savoir attraper le train en marche.

Bon, sur la théorie je crois qu'on sera tous globalement d'accord : une série a de plus en plus de chances de connaître différentes formes sur la planète. Mais toutes les séries peuvent-elles être adaptées ? C'est ce qui m'intéresse aujourd'hui.

Que peut-on adapter ? Eh bien, naturellement, il n'y a pas de solution miracle : si l'équation magique existait, ça se saurait ! Certains succès énormes dans leur pays d'origine, ou même à l'étranger lors de la diffusion sur une chaîne locale, se transforment en vautrage de toute beauté dés que l'adaptation pointe son nez (comme Las Chicas de Oro ou Cheers l'ont douloureusement rappelé en Espagne, par exemple). Il n'y a pas de règle pour assurer le succès d'une adaptation dans un autre pays.
Le pire, c'est que même pour les idées à ne pas suivre, il n'y a pas de règle non plus ! On pourrait cependant lancer quelques pistes sur les messages d'alerte signalant une adaptation partant d'un très mauvais pied ; il est recommandé de :
- ne pas ressuciter les séries américaines qui ont déjà plus de 10 ans, probablement parce que les spectateurs ont eu trop de temps pour s'attacher à l'original, qui a fait le tour du monde 10 fois dans l'intervalle. Ce conseil ne vaut pas systématiquement, par contre, si le remake reste sur le sol des USA (des séries comme 90210 ou Dallas s'en sont tirées, par exemple, Wonder Woman et autres Charlie's Angels n'ont pas eu cette chance) ;
- ne pas adapter une série présentant de trop lourdes ressemblances avec des séries locales ayant du succès. Par exemple, on se doute qu'adapter RIS aux USA relèverait du masochisme le plus certain ! Dans une moindre mesure, on peut se demander comment une série qui, sur le papier au moins, ressemble à une version legal drama de Dr House, saura attirer le public a priori ; l'adaptation de Réttur, si elle aboutit, sera intéressante à observer à cet égard ;
- ne pas miser sur un cast "copycat", en particulier pour les comédies et dramédies, qui nécessitent du talent et pas juste de ressembler à l'original (ne riez pas dans le fond, ça s'est vu plus d'une fois !) ;
- prendre en compte les différences culturelles, au lieu de transposer bêtement d'une terre à l'autre en changeant les noms propres.

Le dernier point est le plus difficile à déterminer, forcément. Et c'est évidemment le plus vital, sinon c'est pas drôle.
Les différences culturelles peuvent parfois être difficilement perceptibles. Un remake Asie/Amérique ? Les différences seraient évidentes (mais l'expérience serait intéressante à observer ; pour l'instant, elle s'est limitée à des films de genre cependant). Mais un remake Australie/Amérique ? Oh, allez, les deux parlent anglais (enfin, bon, parfois j'en suis seulement à moitié sûre...), c'est la même culture, allez hop, emballé c'est pesé. Sauf que non, évidemment : c'est plus compliqué que ça.

Mais surtout c'est un point totalement incompris par beaucoup de remakes, notamment dans le domaine de la comédie ou la dramédie : il ne s'agit pas seulement d'être capable de constater les différences culturelles et d'adapter le matériau à la culture d'arrivée. Il faut aussi réfléchir calmement à la question : si on procède à l'ablation de cette particularité culturelle, ou à la greffe de nouveaux éléments... peut-être que la série ne fonctionnera plus. Et ce n'est pas parce qu'une série est capable d'aborder un sujet universel qu'elle peut être adaptée de façon universelle...

Du coup, avoir du succès (public et/ou critique) lors de la diffusion originale n'est pas du tout une garantie d'adaptabilité ; en fait, j'aurais tendance à dire le plus souvent : au contraire.
Prenons un exemple évident, tiens. En dépit des immenses qualités de Srugim, on est tous d'accord pour dire qu'une telle série rencontrerait de trop lourds changements si elle devait débarquer sous une nouvelle forme dans un autre pays. Srugim est le genre de série condamnée soit à l'acquisition en vue d'une diffusion, soit à ne jamais traverser les frontières de son pays d'origine qui pourtant lui a prêté une grande attention pendant 3 saisons. Un grand nombre de séries sont dans son cas, et parfois ce serait bon que les projets soient mis en développement en gardant ce rappel à l'esprit...
De la même façon, j'aimerais pouvoir dire que 30° i Februari est une série tellement formidable et universelle qu'elle est entièrement adaptable par tout le monde... mais non. Oui, ce qu'elle inspire est totalement universel ; non, à part peut-être quelques voisins scandinaves, personne ne peut adapter la série. Et c'est tentant, forcément, parce que c'est un immense succès : c'est la fiction qui a fait les meilleures audiences de 2012 en Suède à ce jour, les critiques ont été dythirambiques (à raison si vous voulez mon avis), les récompenses ont souligné la qualité du travail effectué... et pourtant, ça ne fonctionnerait pas, pas du tout. Imaginez par exemple mal l'Espagne commander une version locale d'une série dans laquelle le froid (entre autres) chasse plusieurs personnages vers un pays ensoleillé comme la Thaïlande ! Clairement, le succès de l'original n'est pas un critère...

Il est évident qu'on ne vit pas dans un monde où les diffuseurs (ou les producteurs, d'ailleurs, ne mettons pas toujours tout sur le dos des exécutifs des chaînes) valorisent uniquement la création originale. Celle-ci a encore sa place, mais composer avec le catalogue existant, en perpétuelle expansion, des autres pays, est au moins aussi important.
Evidemment on peut considérer qu'il s'agit d'un échec créatif, peut-être même que c'est un mauvais signe pour la télévision (ne dit-on pas la même chose des remakes et des franchises au cinéma ?), mais il y a aussi du bon à en tirer. Certaines adaptations trouvent une vie bien à elles, comme c'est le cas de Wilfred qui a su partir du même postulat de base que l'original australien, pour arriver à un résultat "personnel" (souvenez-vous). Si la série est renouvelée pour une troisième saison, elle sera même forcée, ayant dépassé l'espérance de vie de son ancêtre, de se débrouiller totalement toute seule.
Mais même en admettant totalement qu'une adaptation n'est pas un aveu d'échec, et qu'un remake n'est pas mauvais par principe (un préjugé qu'il peut être difficile de surmonter quand on voit certaines horreurs engendrées par la pratique en question, je l'admets), toutes les séries ne peuvent pas voyager. Et beaucoup ne devraient tout simplement jamais devenir des formats.

Alors, tout ça pour dire : bonne chance au projet de remake américaine de Rake. Il en aura bieeen besoin.
Ah et euh, j'oubliais, le MIPCOM c'est dans 4 jours, et j'accepte les dons. Mais c'est bien-sûr sans rapport avec le post qui précède, ahem.

Posté par ladyteruki à 18:10 - 3615 My (So-Called) Life - Permalien [#]