ladytelephagy

Purple is the new black. Un blog qui parle de séries, c'est devenu assez habituel. La question, c'est : de quelles séries ? Séries méconnues, séries anciennes, séries japonaises... mais aussi séries récentes ! Venez, la téléphagie, c'est contagieux !

24-01-12

We had the best of times, we had the worst of times

Laissez-moi vous raconter une histoire. Elle est un peu longue, alors installez-vous confortablement.

Fin 2003, ma vie professionnelle est inexistante, ma vie sentimentale se détricote lentement, et ma vie familiale, pire encore : est fidèle à elle-même.
Dans cette débâcle, alors que je me sens, progressivement, sombrer au niveau intellectuel du fait de mon inactivité, je me concentre sur mes passions, et notamment les séries. Je découvre alors un site du nom de SeriesLive, où, repérant la fiche de Kyle MacLachlan qui, incomplète, mérite des précisions, je décide d'apporter des compléments ; il manque également la fiche de Tracy Middendorf, d'ailleurs. J'envoie donc un message à propos de ces fiches, suite auquel le webmaster, Crash, me propose alors d'intégrer l'équipe pour compléter les fiches acteurs.
Mais très vite, avec Eske et Sirius, dont je fais la connaissance au sein de l'équipe, nous découvrons qu'il n'y a rien de plus amusant que de se concurrencer pour ficher des séries, et c'est là que sera ma vocation sur le site : compléter la base de données de séries, découvrir des perles insoupçonnées qui manquent dans les rangs, donner envie d'aller plus loin que les séries les plus connues.
Peu encline à faire du newsmaking, quoique mettant la main à la pâte en cas de besoin ou lorsque des infos sont passées sous le radar de mes collègues, il m'arrive aussi de rédiger un article de temps à autres, comme Ces séries qui font vendre, portant sur l'une de mes fascinations secrètes, le product placement (tout s'explique).
Sur les forums de SeriesLive (l'ancienne version), où je poste presque en continu, je fais des rencontres incroyables et, un jour, m'est soumise l'idée, alors que je partage ma passion pour la musique japonaise, de lancer mon propre site. Il s'agira de Teruki Paradise, dont la toute première version est, entre autres, réalisée grâce à Sirius, et qui va, progressivement, accaparer de plus en plus mon temps et mon attention. Après avoir, chômage aidant, réussi à jongler entre ma participation à SeriesLive et la gestion de Teruki Paradise, vient un jour où je me fais de plus en plus rare sur le premier au profit du second. Lorsque SeriesLive se montera en société, je ne ferai donc pas partie de la transition, et serai remerciée.
Ma loyauté à SeriesLive ne se tarira pas. D'ailleurs, lorsqu'à la rentrée de la saison 2007-2008, on me propose de prendre les rênes du podcast du site, SeriesLive On Air, je me joins à l'aventure avec plaisir. Mais pour l'instant, il n'est pas encore question de vraiment reprendre une participation écrite. Je retrouve, certes, le bonheur d'écrire pour SeriesLive lorsque j'écris pour le blog de l'émission pendant ses premiers numéros (puisque je ne resterai en effet que jusqu'au mois de novembre environ), puis, au début de la deuxième saison.

Mais c'est pendant l'été 2009 que, sur le chat du site mis en place à l'occasion du Tour du Monde des Séries, plusieurs des membres de l'équipe m'encouragent à revenir. Cette fois, j'ai surtout envie de parler de séries étrangères, notamment asiatiques, et de compléter la base de données sur des séries américaines, notamment si elles datent de plusieurs décennies. C'est là que se met progressivement en branle l'idée de donner plus de place aux séries de la planète, ce qui deviendra en avril 2011, après bien des aventures, la rubrique Séries du Monde. Possible que je vous en ai entretenus une fois ou deux. Dans l'intervalle, j'ai repris le chemin du podcast de SeriesLive avec une nouvelle formule intitulée The SeriesLive Show, dont la 2e saison est actuellement en cours.
World

C'est donc une page de près de 9 ans que je m'apprête à tourner. J'ai en effet décidé de quitter le site et l'intégralité de mes attributions au sein de sa rédaction, à l'oral comme à l'écrit. J'assurerai uniquement mes engagements sur le podcast jusqu'à la fin de saison.
Et forcément, ce n'est pas une décision facile, et cela ne se fait pas sans un pincement de coeur.

SeriesLive, mon alma mater, aura été l'occasion de multiples opportunités.

Avec ce que cela implique de complications, de conflits internes, de frustrations, ma participation aura été variable au fil des années, mais il n'y a toujours eu, pour moi, qu'un seul endroit où aller lorsque j'ai une fiche à consulter ou une news à écrire.
Je n'ai jamais voulu tirer sur l'ambulance. Je n'ai jamais voulu faire partie des plus négatifs. J'ai toujours pensé qu'on pouvait changer les choses de l'intérieur ou partir sans tomber dans le lynchage. Je ne pars d'ailleurs pas en mauvais termes, ce qui ne manque pas de me surprendre car, après tant d'années et avec une telle charge émotionnelle, on s'attendrait à ce qu'au moins un peu de vaisselle soit brisée. Aujourd'hui, il ne s'agit pas d'écrire un post amer et de claquer la porte en cherchant à salir l'image du site et/ou des personnes avec qui j'ai collaboré au fil des années.
Je suis toujours attachée à SeriesLive mais, sentant qu'il n'est plus possible de changer les choses de l'intérieur, j'opte pour l'autre alternative.

Sur ce site, j'ai fait des rencontres incroyables, tissé des liens avec certaines personnes que ni le temps, ni l'éloignement, ni les longues périodes de silence ne peuvent totalement défaire. J'ai eu la chance de pouvoir faire des expériences excitantes, comme me rendre à Scénaristes en Séries en octobre 2010, où j'ai rencontré des scénaristes de pays scandinaves, et découvert des pilotes qui ont participé à m'ouvrir d'autres horizons.
J'ai eu la chance, surtout, au fil des années, de découvrir, d'affiner, de de tracer le contour de mes envies et mes capacités lorsqu'il s'agit de parler de séries télévisées. Je sais à présent de quoi je veux parler, comment, et quels sont mes objectifs, quand tout avait commencé par hasard. Hier à reprendre quelques news de Variety par-ci par-là, aujourd'hui avec plus d'une centaine de sites à but téléphagique en une dizaine de langues parcourus presque chaque jour...
Je mesure le chemin parcouru et l'opportunité que cela a été pour moi. Je mesure aussi le chemin que j'ai encore envie de parcourir dans les prochaines années, et je sais que ce sera sur une route différente.

La page SeriesLive se tourne donc, en ce qui me concerne. Avec émotion, comme vous pouvez le voir, probablement parce que pour une raison étrange, que je ne m'expliquerai jamais tout-à-fait, je me suis attachée à ce site qu'au fil des années j'ai vu grandir et évoluer. Puis arrêter.

Pour autant, les séries et moi, c'est une histoire qui ne s'arrête pas là, surtout pas maintenant ! J'ai encore tant de séries à découvrir et de challenges à relever !

D'abord et avant tout, ces expériences se feront sur ce blog, qui est amené à vivre de grandes transformations au cours de l'année 2012. Je vous en dirai bientôt plus, n'en doutez pas.
Et puis, qui sait ? Internet est vaste et les possibilités infinies.

En tous cas, j'espère pouvoir compter, comme cela a été le cas jusqu'à présent et je vous en remercie, sur votre fidélité et vos encouragements, votre curiosité et votre bonne humeur, vos commentaires et vos liens, pour poursuivre en votre compagnie l'aventure téléphagique qui est la mienne.

Posté par ladyteruki à 02:01 - 3615 My (So-Called) Life - Permalien [#]