ladytelephagy

Purple is the new black. Un blog qui parle de séries, c'est devenu assez habituel. La question, c'est : de quelles séries ? Séries méconnues, séries anciennes, séries japonaises... mais aussi séries récentes ! Venez, la téléphagie, c'est contagieux !

19-12-10

Plein les yeux

La fiction télévisée est un média d'auteur.
Je ne me rappelle plus trop bien où j'ai entendu cette phrase ou une variante. Après quelques minutes de réflexion (difficile de faire des comparaisons quand, comme moi, on n'a vraiment découvert le cinéma que très tard), j'en étais venue à la conclusion que c'était très vrai. Après tout, le travail sur le long terme est essentiellement porté par les scénarios, il faut à la fois être capable de porter une histoire sur dix, quinze, vingt heures par an, et développer les personnages avec constance, créer une mythologie solide et savoir piocher dedans régulièrement... La télévision est un média d'auteur, oui, d'accord. Et pour qui aime les histoires, personnages, les mythologies et les fictions qui s'auto-référencent en permanence, ça semblait être une bonne nouvelle.

Souvent, je vais jouer sur Whatthemovie, un excellent site qui a beaucoup fait à la fois pour meubler de tristes heures vaines au travail, et pour m'inciter à poursuivre mes tentatives cinématographiques. Je ne connais pas grand'chose en réalisation, si ce n'est du point de vue du spectateur, mais je suis souvent fascinée par les plans, les couleurs, les effets si originaux qu'on peut trouver dans tant de films. Bien-sûr il y a une question de budget, et bien-sûr sur un site dont le principe repose sur des captures, cette sensation ne peut être qu'exacerbée, mais dans l'ensemble, le cinéma ose bien plus de choses sur le plan de la réalisation. Le cinéma serait un média de réalisateur.

Mais c'est vrai qu'en échange, j'ai souvent l'impression d'une grande linéarité des intrigues (même quand elles sont intéressantes), et le développement des personnages n'a qu'1h30 à 2h pour se faire ce qui est nécessairement limité. Sauf dans le cas des franchises mais, autant j'aime les séries, autant les franchises cinématographiques me font-elles plutôt l'effet d'un repoussoir, alors bon.
D'ailleurs au cinéma, j'ai appris récemment d'un Screen Addict de ma connaissance qu'en général, on dit "un film de" suivi du nom du réalisateur, et rarement voire pas du tout du scénariste. Ce qui de mon point de vue de téléphage est d'une injustice sans nom.

Pour le cinéma, je ne sais pas si c'est possible. Mais je regrette en tous cas que ce soit si rare à la télévision de changer la donne. Pourquoi la télévision ne pourrait-elle pas être, un peu plus souvent, un média de réalisateur. Bien-sûr il y a des exemples, et bien-sûr ce ne sont pas les séries les plus grand public qui peuvent se le permettre (ou bien je confonds l'oeuf et la poule), car il existe au paradis de la téléphagie des perles comme Capitu, Afinal, o Que Querem as Mulheres ?, ou Pushing Daisies, et dans une certaine mesure Mousou Shimai, pour ne citer que les premiers noms qui me viennent à l'esprit. Mais, alors que j'ai vu cet après-midi et pour la première fois West Side Story sur grand écran, et alors qu'Autant en emporte le vent compte parmi mes films favoris depuis le CE2 (et pas vraiment pour l'histoire entre Scarlett et Rhett), je comprends pourquoi il arrive encore qu'on dise que la télévision est inférieure au cinéma... parce qu'elle ne rivalise pas sur le même plan et bien souvent ne souhaite pas s'y essayer. Pourtant, en tant que téléphage, j'aimerais que ce défi soit relevé plus souvent.
Une vraie recherche esthétique, un parti-pris, une audace, sont rarissimes à la télévision.

Dans un monde de réalisation scolaire, à la chaîne, tournée à la va-vite et sans grande imagination, dans un monde où par essence on veut toucher le plus large public possible et happer son attention sur des semaines et des mois, dans un monde où certains genres exigent certainement ce genre de codes simplistes pour faire passer le message, à l'instar du sitcom... je ressens quand même, après avoir vu peut-être pour la vingtième fois cet immense film, un certain manque. J'aimerais vraiment que la télévision s'essaye à plus d'audace dans ses plans.

Et vous savez quoi ? Ce ne sont même pas des excuses recevables.
Je me souviens, lorsque nous avons vu le pilote de la série originale de Hawaii Five-O, avoir été épatée par certains plans, qui étaient parfois totalement là pour le plaisir de l'exercice (par exemple ce plan pendant lequel un personnage fouille une chambre vide et la caméra décide de le suivre brièvement en contre-plongée, comme ça, juste pour voir). De vous à moi et avec tout le respect que je dois à cet excellent pilote, Hawaii Five-O n'est pas spécialement une série artistique. Mais c'est comme si la plupart des séries avaient cessé d'essayer.

Je ne veux pas de l'esbroufe. Je ne veux pas des filtres à gogo, surtout pas. Je veux voir des réalisateurs avec des corones qui tentent des trucs, avec les couleurs, les ombres, les lumières, en dépassant ce qui est facile d'accès pour tenter des plans aussi incroyables que ceux de West Side Story ou d'Autant en emporte le vent, et leur jeu incroyable sur les couleurs, les ombres, les lumières. Je veux qu'on me régale avec des expérimentations, qu'on ne tienne rien pour acquis, qu'on fasse des tests, et que parfois ça foire, mais que ça ose ! Est-ce trop demander ?

Corones

Posté par ladyteruki à 23:27 - 3615 My (So-Called) Life - Permalien [#]

  1