ladytelephagy

Purple is the new black. Un blog qui parle de séries, c'est devenu assez habituel. La question, c'est : de quelles séries ? Séries méconnues, séries anciennes, séries japonaises... mais aussi séries récentes ! Venez, la téléphagie, c'est contagieux !

15-07-10

[DL] Klass: Elu Pärast

C'était une belle journée de découverte téléphagique, pour moi, hier. A l'occasion du bilan du Roma Fiction Fest que j'ai posté hier sur SeriesLive, j'ai pu ficher plusieurs séries, dont Klass: Elu Pärast. Une série estonienne !!! Bon alors, je vais vous rassurer et vous décevoir, mais non, je n'ai pas vu d'épisode de la série. Je n'en suis pas encore à parler estonien (surtout que mes derniers cours de russe datent d'il y a 10 ans). Et je n'étais pas, hélas, au festival (mais j'ai de sérieux regrets quand je vois la variété de séries proposées).
Mais bon, vous me connaissez : moi, sitôt qu'on m'a tendu un pitch intéressant, je me jette sur toutes les infos que je peux trouver. Et en cherchant des infos, je suis tombée sur le générique, je me suis dit que j'allais faire tourner.

Le générique de Klass: Elu Pärast est ambigu dans son message. On n'a pas du tout l'impression d'y voir le générique d'une série sur les traumatismes d'une fusillade dans un lycée. Visuellement, c'est très graphique, et on a plutôt l'impression d'une chronique sur un lycée de banlieue en perdition, et musicalement...

KlassEluParast
Note : lien valable 30 jours minimum. Je reuploaderai si le lien est mort, mais seulement si vous postez un commentaire pour me prévenir !

Musicalement, que les choses soient claires, je suis totalement et absolument amoureuse. Mais il y a un côté mécanique dans le thème de Klass: Elu Pärast qui me rappelle plutôt, ne me demandez pas pourquoi, le côté industriel de la ville de Twin Peaks. Je ne sais pas pourquoi mais tout de suite, je m'imagine à la scierie. C'est vraiment étrange comme association d'idées, mais c'est vraiment très prononcé comme évocation.

Bref, avec un générique finalement très évasif sur l'histoire ou les personnages, on en arrive à plein de suggestions sur l'univers dans lequel pourrait se passer la série. Je ne sais pas si Klass: Elu Pärast se passe vraiment dans un lycée un peu mal fréquenté d'une ville industrielle, mais c'est immédiatement l'image qui en ressort. Et finalement, sans faire la moindre référence à la fusillade, on a la sensation d'un univers très dense tout de suite, dés le générique.

J'ajoute qu'en plus, apparemment, chaque épisode de la série s'attarde sur un personnage différent, ici Margus (dont l'interprète a justement été récompensé lors du Roma Fiction Fest). Ça me donne envie de vérifier si les autres génériques trainent quelque part sur la toile... Collectionne-les tous !

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture (comme vous, et vous là, et moi aussi) : la fiche Klass: Elu Pärast de SeriesLive. Une série estonienne sur SeriesLive, elle est pas belle la vie ?

Posté par ladyteruki à 15:23 - Médicament générique - Permalien [#]

Je serai là pour toi dans 15 ans

FriendsForever

Ça fait deux jours que je regarde Friends entre midi, sur NRJ12 (finalement, ne pas avoir de boulot, ça a du bon...), et à chaque fois qu'un épisode commence, je me dis "ah mais oui, il est culte cet épisode !!!". Je sais, le mot "culte" est tellement galvaudé qu'il est devenu tabou, mais bon, parfois, on a encore de mauvais réflexes.

Bref, toujours est-il que ça me frappe de constater que, quand je tombe sur un épisode de Friends, j'ai tendance à me faire cette réflexion très souvent (ça ne date d'ailleurs pas de ces deux derniers jours, je me souviens m'être fait cette réflexion par le passé déjà). Ça signifierait donc que j'ai déjà vu tous les épisodes de Friends sur lesquels je tombe ?

D'ailleurs, est-ce que j'ai vu tous les épisodes de Friends ? Pas sûr. Mais c'est difficile à dire, vu que, comme pour beaucoup des séries très populaires dans les années 90, j'ai loupé le coche pendant longtemps, et que, du fait du blocus sur la télé qui était en vigueur chez mes parents, j'ai vu les premières saisons très irrégulièrement car en contrebande. Après c'est vrai qu'il y a eu beaucoup de rediffusions (à peu près une rediff sur chaque chaîne française, non ?), mais comment être sûre que j'ai comblé tous les trous ?

Évidemment je pourrais m'envoyer une intégrale de Friends, je suppose, d'autant que je suis en pleine période de sitcoms et que, si 10 saisons pourraient m'effrayer en temps normal, là, je viens de commencer la 7e de Will & Grace et on peut donc dire que je n'en suis plus à ça près. Et puis sincèrement, cette impression de connaître tous les épisodes de Friends donnerait à cette intégrale un sérieux goût de déjà vu, pour le coup beaucoup plus négatif.

N'empêche que ce qui me frappe, c'est à quel point la série a finalement laissé son empreinte sur moi, alors que, si comme tout le monde, j'ai ri devant Friends, je n'ai en revanche jamais été absolument fan, et que je n'ai jamais compté la série parmi mes favoris. Tous les épisodes possèdent au moins une scène dont on a l'impression qu'elle est absolument inoubliable. C'est peut-être ça, une série indispensable à la culture de tout téléphage.
Finalement, peut-être que le terme de "culte" n'est pas complètement galvaudé.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture (wow, quand même) : la fiche Friends de SeriesLive.
Ça alors, un post Zappeur, Zappeur n'aies pas peur, ça c'est pas courant...

Posté par ladyteruki à 13:47 - Zappeur, Zappeur n'aies pas peur ! - Permalien [#]