ladytelephagy

Purple is the new black. Un blog qui parle de séries, c'est devenu assez habituel. La question, c'est : de quelles séries ? Séries méconnues, séries anciennes, séries japonaises... mais aussi séries récentes ! Venez, la téléphagie, c'est contagieux !

27-09-09

Désespérée, mais pas au foyer

Je crois que ce sera le dernier de mes posts de découverte pour aujourd'hui. 8 pilotes en une journée... petite forme on dirait. Je ferai mieux la prochaine fois. J'arrêterai de manger, de dormir, toutes ces futilités chronophages... Je pensais d'ailleurs finir la journée de pilotes avec un peu plus de panache que ça. Mais tant pis.

Pourtant j'aime bien les avocats. Pas juste parce qu'on peut faire plein de blagues odieuses avec eux (c'est juste un bonus), mais parce que c'est probablement l'une des professions que je préfère voir à la télé. Qui dit avocats dit, dans une immense majorité des cas, qu'on va avoir droit à une série intelligente, car rares semblent être les scénaristes qui se risquent à ce genre quand ils n'ont que de l'eau entre les oreilles (genre un CV constitué uniquement de scripts pour la CW). C'est presque toujours une garantie. Presque toujours. Je me sens entre de bonnes mains quand je sais que la série va tourner autour d'un avocat, ou d'un cabinet d'avocats, ou n'importe quelle combinaison de personnages incluant des avocats. Bon d'accord, Raising the Bar a été une notable exception récemment. Mais à part ça, je suis une enthousiaste.
C'est pour ça que je pensais finir la journée dans un feu d'artifices.

Oui. Votre intuition est juste.
J'ai effectivement été déçue par The Good Wife. Probablement parce qu'il est difficile de ne pas faire de comparaison avec Canterbury's Law, et que cette série, j'ai toujours pas compris pourquoi elle n'a pas duré. Et puis d'une façon générale, parce que The Good Wife est un peu bâtarde, dans son genre.

J'entendais le concept de départ comme quelque chose de prometteur : l'épouse d'un homme politique tombé en disgrâce judiciaire et médiatique reprend le chemin du travail après avoir passé plus d'une décennie à jouer les épouses modèles. C'était intéressant, comme angle. Je me disais que le point de vue sur le monde judiciaire allait nécessairement être différent pour un tel personnage, et en toute honnêteté, je m'attendais à ce qu'il soit beaucoup plus question de l'affaire de son époux que d'un petit meurtre de rien du tout. On voit Alicia compatir avec sa cliente, mais ça ne va pas bien loin, cette affaire.

Qui plus est, l'intrigue professionnelle du pilote est un peu simpliste : en fait, tout l'enjeu pour Alicia, c'est de montrer qu'elle est meilleure que tout le monde (l'associée qu'elle remplace sur cette affaire, le petit jeune avec qui elle est mise en compétition au cabinet, le procureur vaguement obséquieux, et même la police qui a enquêté sur l'affaire). C'est merveilleux. C'est magique. Elle trouve une preuve qui n'existait pas dans le dossier, démontre des trucs que personne n'a vus avant elle, sort de son chapeau des pièces à conviction, c'est merveilleux, c'est magique. Ah je l'ai déjà dit peut-être ? Plutôt que de montrer qu'elle est brillante, que l'intellect ne vieillit pas avec les années, quelque chose comme ça... les scénaristes se sont contentés de se ranger de son côté et de lui simplifier la vie. Alors que ce serait tellement plus prestigieux si elle arrivait à tordre la logique pour faire acquitter sa cliente ! Mais non, on lui invente un dossier parfait, qui la fait forcément gagner à la fin, c'est merveilleux, c'est magique ! Je radote, je sens...

Bon, ce n'est pas la gloire côté prétoire ? Il restait encore de l'espoir sur le front de la vie privée d'Alicia. Manque de chance, mauvaise pioche sous cet angle-là également. Alors qu'on aimerait nous faire croire que la belle a fait de ses enfants sa priorité, on ne verra ces derniers qu'une poignée de secondes (personnellement je serais infoutue de dire à quoi ils ressemblent, je sais que le fils est brun mais à part ça...). Conflits à la maison ? Réduits à trois lignes de dialogues. Il faut dire que lancer la série deux ans après les faits n'aide pas, on comprend que les passions soient retombées, mais ça ne sert pas vraiment l'intrigue.

Au milieu de tout cela, Julianna Margulies est aussi glaciale que son botox le lui permet, égale à elle-même, et une fois de plus on ne lui demande rien d'autre que d'avoir l'air aussi lisse que possible, voire carrément distante. Son jeu passe bien dans une majorité de scènes où on cherche à nous faire comprendre que l'épreuve l'a endurcie, mais dans les quelques unes où on voudrait voir son côté humain, les émotions font cruellement défaut.

The Good Wife est un bon legal drama, pourtant. Évidemment que c'en est un, j'ai envie de dire ! Tous les ingrédients y sont : bonne distribution, bonne réalisation. C'est du travail soigné, ça ne fait aucun doute. Et le manque de fantaisie n'est d'ailleurs pas tellement grave, on ne demande pas de l'originalité à une telle série. On lui demande juste de créer un lien avec les spectateurs, pour pouvoir s'intéresser sincèrement à l'histoire personnelle d'Alicia, ainsi qu'à ses affaires. Mais ça ne se produit pas. Comparativement (je sais, je sais... il ne faudrait pas, mais c'est si évident), Canterbury's Law montrait bien mieux les plaies, creux et bosses de son personnage ; il ne s'agit pas de faire d'Alicia un personnage aussi borderline qu'Elizabeth, naturellement, mais au moins de lui donner un relief équivalent. Ici c'est assez fade sur ce plan et sur les autres.

Par contre il est possible que la série s'améliore avec le temps, tout n'est pas perdu. Mais si vous me demandez à moi, ce que j'en pense, je ne donne pas cher de l'avenir de cette série. Chaque année, on en voit des comme ça. Qui n'ont rien à se reprocher en définitive, si ce n'est d'avoir été un peu trop polies par les différentes étapes de production, et qui ne donnent pas l'impression d'avoir quelque chose à offrir sur le long terme. Je regarderait peut-être encore un épisode ou deux, et puis... si la série n'est pas annulée à ce moment-là, je l'annulerai juste chez moi.

PS : il faut absolument que ce générique s'épaississe, j'adore l'idée. C'est tout simple, mais j'adore la mise en images. Faut faire mieux que ça, c'est trop dommage.

TheGoodWife

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche The Good Wife de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 23:56 - Review vers le futur - Permalien [#]

Oh Baby

MERCI. Merci d'avoir abordé un sujet ultra vu et revu (la grossesse imprévue) sans qu'une fois de plus ça tombe sur des ados. J'avais l'impression que seules les ados et les épouses de pasteurs tombaient encore enceintes, ça devenait frustrant. Donc, merci à Accidentally on Purpose pour ce sujet un peu plus original que la moyenne.
Merci aussi pour le personnage de Zack, le petit jeune qui met l'héroïne en cloques, soit un vrai petit jeune. J'aimais bien Living with Fran mais le personnage du petit jeunot qui est en fait aussi mature que si l'héroïne en question s'était mise avec un mec de son âge, c'était un peu dommage, quand même. Là c'est un vrai mec de... bah, mon âge... et d'après les observations que j'ai (hélas) pu faire, oui, c'est assez réaliste. Merci encore, donc.
Et puis merci d'avoir casté Jenna Elf-... ah, non, pas merci pour ça.

Ça me le fait à chaque fois. Dés que je regarde Jenna Elfman en VO, j'ai envie de l'étrangler à mains nues. C'est un fantasme que j'ai. A mains nues. Je pourrais avoir envie de varier les plaisirs et m'imaginer la pendre avec ses cheveux blondasses, ou la faire suffoquer dans un nœud coulant réalisé avec une de ses horribles nippes, mais c'est vraiment l'étrangler à mains nues qui me vient systématiquement à l'esprit. Ça ne s'explique pas. C'est physique.

Du coup je ne me faisais pas d'illusion en abordant ce pilote, je ne pouvais pas, c'était certain, tomber sous le charme de la série. Eh bien effectivement ça ne s'est pas produit mais je dois quand même reconnaître que j'ai ri et que finalement ce n'était pas si atroce, une fois qu'on a occulté les envies de meurtre par strangulation. Il n'y a pas de quoi hurler au génie mais c'est relativement drôle (ou bien c'est le décor qui m'évoquait un peu The Drew Carey Show qui m'a rendue mieux disposée à l'égard de cet épisode ?), et je ne m'attendais pas à plus.
Avec une autre actrice, ç'aurait juste été parfait. Mais il est trop tard, Jenna Elfman a eu le rôle, et je m'en vais donc sans me retourner voir si l'herbe est plus verte ailleurs, ce n'est pas comme si les pilotes manquaient aujourd'hui.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Accidentally on Purpose de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 21:19 - Review vers le futur - Permalien [#]

Charmée

Je n'irai pas aussi loin que freescully qui proclamait il y a quelques jours avoir trouvé avec Eastwick son guilty pleasure de la saison (même si je ne lis pas les posts avant d'avoir moi-même vu les épisodes, je me tiens quand même au courant, faut pas croire), mais il est vrai que je perçois une nette amélioration, depuis le visionnage de Brothers ce matin, dans mon dimanche pilotovore.

Eastwick, donc. Charmante petite bourgade qui a semblé hurler "Stars Hollow" dans mon oreille pendant tout l'épisode, mais qu'importe. Une petite série qui à l'instar de son décor, se montre suffisamment colorée pour qu'on ne bâille pas aux corneilles (c'est vrai qu'en plus, pour les sorcières, l'oiseau de référence serait plutôt le corbeau), et qui offre ce qu'il faut de divertissement, pas plus.

Les similitudes avec Charmed sont assez patentes : trois nanas, chacune avec une personnalité bien à elle (ça se voit parce qu'elles ont pas la même couleur de cheveux), la forte tête toujours sûre d'elle (interprétée par la toujours si virile Rebecca Romjin), la petite chose toute sage qui ne pipe pas jusqu'à ce qu'elle en ait ras-le-bol (Jaime Ray Newman, une rouquine que je ne connaissais pas encore), et le petit bout de femme un peu versatile, gaffeur, et alibi humoristique de la série (pétillante mais pas très discrète Lindsay Price, qui nous la fait à l'envers comme si on avait oublié Cashmere Mafia... à moins que ce n'ait été Lipstick Jungle ? Je les confondrai toujours). Toutes les trois font leurs vies chacune de leur côté, mais évidemment la magie s'en mêle et les voilà copines comme cochon, à s'organiser des dîners papotages à n'en plus finir (le syndrome Cashmere Mafia/Lipstick Jungle/Sex & the City a encore frappé, il faut arrêter avec les dîners de gonzesses, c'est ultra vu et revu même si les dîners à la maison, ça change des restos), et à s'appeler au téléphone pour un oui ou pour un non, comme de parfaites chicks des temps modernes.

L'aspect magie reste cependant un élément plus en retrait que dans Charmed, puisqu'il ne s'agit pas (encore) ici d'affronter un grand méchant, mais juste d'utiliser la magie pour améliorer égoïstement leurs petites existences de midinette de banlieue, ce qui a aussi son charme contrairement à ce que ma formulation pourrait laisser croire. L'atmosphère est bien rendue, on nage dans une série qui est parfaite pour une soirée chamallow avec les copines à Halloween !
Comédie romantique, jeunes femmes qui prennent le contrôle de leurs vies, un peu de mystère, quelques scènes sympas (quand le mari de Kat se prend la foudre), tous les éléments sont réunis pour qu'on se marre gentillement (le temps de se faire un masque de beauté par exemple, comme ça on reste dans le ton).

J'ai quand même des réclamations de détail envers ce pilote (Sara Rue, trop en retrait, Matt Dallas, trop habillé surtout qu'il risque de débarrasser le plancher bientôt alors autant en profiter...) mais concrètement, il remplit très bien son office. Le but du jeu, on le sent, n'a jamais été de marquer l'histoire de la télévision, mais le temps que dure cette gentillette comédie pour jeunes femmes, on passe tout de même un bon moment. Bien réalisé, bien interprété (Lindsay Price minaude à mort, c'est un délice), Eastwick a les atouts pour être une petite chose légère qu'on regardera le temps qu'elle durera, et qu'on oubliera ensuite. Ce n'est parfois pas plus compliqué que ça.
En fait, j'ai même envie de dire que freescully ne peut pas avoir trouvé son guilty pleasure en Eastwick, puisque la série n'est pas mauvaise en soi (or la définition du guilty pleasure, c'est regarder un truc nul en sachant qu'il est nul). Elle n'est juste vraiment pas pour tout le monde. Mais avoir un vagin aide, je suppose.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Eastwick de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 18:48 - Review vers le futur - Permalien [#]

And they knew that this group would somehow form a family

Avant d'entamer mon post sur Modern Family, permettez que je revienne sur une petite chose qui me choque un peu, et qui est dans la continuité du post précédent...

ModernFamily_1

ModernFamily_2

ModernFamily_3

Apparemment, les familles modernes n'ont pas entendu parler de la crise des subprimes... ahem.

Bon, allez, assez de mauvais esprit, passons aux bonnes nouvelles, parce que pour la première fois de la journée il y en a. Je n'en suis pas à avoir un coup de cœur mais au moins je ne me sens pas totalement désespérée par ce que je vois aujourd'hui.

Si on met de côté l'aspect mockumentary carrément sous-exploité dans ce pilote (est-ce que nous sommes censés croire que toutes les scènes sont filmées de la sorte, ou juste quelques unes ? de toutes façons, c'est pas moi qui vais m'en plaindre, j'ai du mal avec ce format), l'épisode est relativement efficace, bien que manquant largement d'originalité. Les répliques font relativement mouche, et plus important, les personnages sont convaincants. Chacun est très proprement dans son rôle mais sans que qui que ce soit ne semble barbant. La présentation des personnages passée, je me demande un peu (comme souvent lorsque je suis face à un mockumentary... je vous l'ai dit, j'ai un problème avec les séries qui emploient ce concept) comment ça pourra tenir sur le long terme, mais pour le moment l'ensemble est solide.

A partir de là, spoiler alert.
Le plus important, c'est la bonne surprise de voir que tous ces personnages sont les multiples ramifications d'une seule et même famille, chose que je n'avais pas du tout vue arriver, et qui donne d'autant plus de consistance à cette famille à la fois atypique et assez classique. C'est assez prometteur quand on regarde les choses sous cet angle, et limite franchement jouissif, d'imaginer par exemple les rivalités potentielles entre... ah, zut, j'ai pas encore les noms en tête. J'allais vous faire un arbre généalogique mais ABC y a pensé avant moi, donc... hop, family tree. Je reprends : imaginer les rivalités potentielles entre Gloria et Claire, les moments de profond douchebaggery de Phil avec son beau-frère (ou n'importe qui d'autre), les histoires entre les enfants à l'orée de l'adolescence... ça peut effectivement rendre les choses très drôles à l'avenir.

Avec Modern Family, on ne touche pas encore à l'apothéose, m'enfin, la lumière jaillit au bout du tunnel, quand même.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Modern Family de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 17:06 - Review vers le futur - Permalien [#]

Sois vieille et tais-toi ?

The New Adventures of Old Christine, In the Motherhood,  Weeds... qu'est-ce que ces séries nous ont appris ? Rien, visiblement, puisqu'avec Cougar Town nous allons à nouveau tenter de compatir à la vie décidément tragique dans une gigantesque maison cossue de banlieue friquée. Et dire qu'à une époque je trouvais le contexte de Desperate Housewives original.

Cougar
Cougar Town - parce que rien ne fait autant pitié qu'une femme encore fraîche dans une maison avec piscine

Dans le rôle de la pauvre femme à plaindre : Crouteney Cox et son sourire qui fait peur aux enfants. Et tout-à-fait entre nous, si la toute première scène du pilote était sympathique sur le papier, quand on voit l'actrice, on se dit que ce ne sont ni ses bras, ni son ventre, ni ses cuisses, qui devraient l'inquiéter sur l'âge de son corps. En même temps elle ne peut pas être aussi repoussante que Christa Miller (dommage d'avoir commencé à tourner l'épisode alors que son visage était encore en chantier), mais quand même.

Bon, après avoir dit toutes les horreurs que j'avais en tête sur les actrices (et encore, je suis magnanime, j'épargne Busy Philipps et sa bouche de suceuse), venons-en aux faits. Et ils sont à peine plus glorieux : Cougar Town est un vrai crève-cœur. Pensez donc : une femme encore belle, avec un métier qui semble marcher, une superbe maison, des amies qui se battent pour elle, une très sympathique relation avec son fils, bref vraiment très à plaindre dans la vie, se retrouve dans la situation où... euh... rien. Il ne lui arrive rien à cette pauvre femme. Ça doit être pour ça qu'on a droit à tout un épisode sur... euh... bah rien non plus. On sent bien qu'on essaye de nous dire qu'elle a vraiment trop pas de chance mais on ne parvient pas à comprendre pourquoi. Si la moitié des femmes de son âge se trouvaient dans sa situation, elle remercieraient le ciel. J'ai le sentiment de me répéter mais, franchement, je trouverais beaucoup plus drôle une femme de cet âge qui se retrouverait divorcée, pas trop d'argent et/ou pas trop le look, et qui chercherait à quand même être épanouie dans sa vie de femme, plutôt qu'une nana qui n'a rien trouvé de mieux que de se plaindre alors qu'elle a tout ce qu'il lui faut, il lui suffit d'arrêter de râler.
Ah, je sais pourquoi j'ai l'impression de me répéter : j'ai déjà évoqué Une Maman Formidable comme parfait contre-exemple, et ça tient toujours.

Non, vraiment, ça me fatigue. La réalisation et les dialogues ont beau être relativement honnêtes, on n'y croit pas un seul instant, on n'a pas du tout envie de s'apitoyer sur le sort de l'héroïne, ça fatigue d'entendre ces complaintes débiles qui ne reposent sur rien. Moi ça me met les nerfs en pelote plutôt qu'autre chose.
Franchement, faut changer de disque, là, je sature.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Cougar Town de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 15:55 - Review vers le futur - Permalien [#]

Série noire

Appelez-ça une séquelle si vous voulez, mais pendant tout le pilote de Bored to Death, je me suis surprise à imaginer ce que cette série aurait donné avec une réalisation à la Pushing Daisies. Pour moi il est assez évident qu'il y a eu un gros loupé par là, et que c'est ce qui tue tout le fun de ce pilote.

J'aurais bien vu, donc, le personnage principal de Bored to Death, un écrivaillon en mal d'inspiration qui décide sur un coup de tête de se prendre pour un détective, vivre dans un univers un peu moins réaliste, même s'il aurait pu être le seul dans son délire. Ç'aurait beaucoup mieux fonctionné, en définitive, et surtout ça n'aurait pas été totalement incongru de jouer le jeu à fond, vu que de toutes façons il fume de la marijuana (et boit aussi un peu). Délires en noir et blanc, bande-son plus radicale, imagination débordante... tout était possible. Mais aucune de ces pistes n'a été réellement empruntée. Les allusions à l'imaginaire des détectives privés (se payer une chambre sous le nom de Philipe Marlowe, le livre de Raymond Chandler que Jonathan trimbale partout avec lui, les tentatives de jouer au gros dur qui boit du whisky dans le bar...) sont si fugaces et si mal exploitées que l'univers de Bored to Death reste épouvantablement lisse, ce qui aurait pu compenser avec les répliques assez peu piquantes que Schwartzmann assène en ayant fier de lui alors que ça laisse le spectateur totalement froid. Ce que la série n'avait pas sur le fond, elle aurait au minimum pu l'avoir sur la forme...

Detective_1 Detective_2
On aurait pu espérer ça... ...à la place il faudra se contenter de ça.

HBO aurait pu annoncer là un remake de Philip Marlowe, elle aurait à peine plus déçu, en fin de compte. Mais l'originalité, l'inventivité et les réalisations burnées ne sont pas vraiment à l'ordre du jour en cette rentrée, je m'en aperçois en ce funeste dimanche de découvertes automnales...

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Bored to Death de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 14:44 - Review vers le futur - Permalien [#]

Ne vous inquiétez pas, nous sommes infirmières

Et c'est bien ce qui m'inquiète !

Mercy

Cette épidémie de blouse blanche n'est pas prête de s'arrêter mais il est encore plus terrifiant de voir à quel point des Mercy, Nurse Jackie et autres HawthoRNe présentent des univers très proches. Sérieusement, si on prenait des scènes se déroulant à l'hôpital dans chacune des trois séries, et qu'on les mélangeait, je ne suis même pas certaine que je saurais différencier quel passage provient de quelle série. Effrayant.

Fort heureusement, Nurse Jackie conserve la pôle position, grâce à sa très bonne écriture et son excellent personnage central.
Et pour le cas où vous tombiez par hasard sur un épisode avec plein d'infirmières dedans et que vous ne parveniez pas à distinguer où vous êtes, c'est assez simple : dans Nurse Jackie, le cast est excellent, dans HawthoRNe, le cast est indigent, et dans Mercy, le cast est nul à 95%. Je ne sais pas qui est le génie qui a donné le rôle principal à Taylor Schilling mais j'espère que ce type ne vit pas des castings qu'il organise, parce que sinon il doit manger des pâtes tous les soirs, le pauvre. Nan, mais sans rire, le charisme de cette nana est négatif, son jeu fade, sa voix épouvantablement monocorde, ses grands yeux vides... je continue ? C'est une horreur. Ce qui nous sauve vaguement de la débâcle, c'est Michelle Trachtenberg, qui bien qu'ayant hérité du rôle ingrat de l'oie blanche idéaliste qui va se manger la réalité en pleine face, parvient à accomplir quelques scènes à peu près convaincantes, ce qui dans le cadre de ce pilote équivaut à l'excellence.

Alors voilà le topo : dans le pilote de Mercy, il y a une scène drôle (Veronica et son frère se cuitant en douce), une scène qui donne quelques frissons (Sonia se faisant attaquer par un patient), deux scènes touchantes (Veronica discutant à cœur ouvert avec une patiente cancéreuse et surtout Chloe faisant son possible pour soulager la douleur de la mère d'un patient), et c'est tout ce qui mérite vaguement de l'attention (principalement par défaut) dans cet épisode. C'est vraiment peu, et très franchement, sachant que je voulais aujourd'hui regarder un grand nombre de pilotes de l'automne, j'ai l'impression que je n'aurais pas pu plus mal employer 43 minutes de ma journée.
Mais c'est vrai aussi que ce n'est que le deuxième pilote du jour, il ne faut jurer de rien...

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Mercy de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 13:33 - Review vers le futur - Permalien [#]

Bon bah ça, c'est fait

On est dimanche matin, j'ai une journée pour regarder les pilotes de la semaine passée, et pourtant j'ai le cerveau un peu en panne (à votre place je m'attendrais à ce que le post d'hier disparaisse très vite de la page d'accueil, d'ailleurs, donc lisez-le maintenant avant d'oublier !). Alors je me dis quoi ? Bah je me dis que je vais commencer par quelque chose qui ne va surtout pas trop solliciter mon intellect dés le matin.

Tout naturellement, mon choix s'est porté sur Brothers, une des rares séries dont je m'étais autorisée à regarder le trailer.

Que dire ? Que le post va être très bref, ça c'est clair.

Je n'étais pas fan d'UPN et ses comédies "prépositions blacks" : qui s'adressent à des noirs, qui sont écrites par des noirs, qui sont filmées avec des noirs... et Brothers est, c'est évident, l'héritier de ces séries.
Ce genre de série me brille les nerfs parce que les personnages y ont toujours un accent intenable (c'est bizarre parce que dans les autres séries ils parlent tout-à-fait normalement, mais quand on regarde ces sitcoms ils forcent toujours le trait) et s'énervent de façon quasi-hystérique à intervalles réguliers, sans compter qu'étrangement les personnages blancs (ou si on a de la chance, hispanos) y sont en minorité numérique et souvent affublés des personnalités les plus miteuses. Je ne sais pas si ça fait plaisir au public noir, s'il peut s'identifier dans ces recettes, mais une chose est sûre, c'est tout le contraire de la série ouvrant ses bras à la totalité du public de la chaîne avec bienveillance. Des séries comme Friends ont été taxées d'être trop blanches, mais au moins ça ne donnait pas l'impression d'être fait exprès pour qu'une partie des spectateurs se sente exclue.

Mais à la limite, ce que je vous dis là, je le dis avec Brothers comme j'aurais pu le dire quelques années en arrière avec d'autres, c'est même sans doute l'un des drames de cette série : elle n'a vraiment rien apporté de neuf, pour un peu on croirait qu'elle a toujours été là, cachée dans une grille, peut-être depuis plusieurs saisons. Un coup d'oeil au nom de ma cagoule ? "Brothers - 1x01". Ah non c'est bien le pilote. Je suis rassurée.

Pour le reste, il n'y pas grand'chose d'excitant : une superbe maison dans laquelle vit une famille tout-à-fait normale et où plusieurs des protagonistes vont se jeter des vannes à la tête jusqu'à ce que le générique de fin nous délivre... C'est du déjà vu.

Le point fort de Brothers aurait pu résider dans le fait que l'un de ses personnages soit handicapé, mais c'était oublier un peu vite combien les scénaristes de la série manquaient d'imagination. Pour que ce pilote soit convaincant, il aurait fallu que le frère qui a perdu l'usage de ses jambes soit traité comme il se doit, soit comme si on ne faisait pas attention à son fauteuil roulant, comme s'il était lui, point barre. Et pitié, pitié, épargnez-nous le couplet de la culpabilité : comme par hasard, c'est son frère qui est la cause indirecte de la perte de ses jambes. Ça ne fait rire personne, et ça n'ajoute même pas de dimension dramatique à la série, c'est juste un gros cliché (mais ça devient cliché de dire qu'une série emploie autant de clichés ces derniers temps, alors on s'en sort plus).
Pour que ce soit vraiment original, il aurait fallu plutôt éviter le pathos et taire complètement les causes de l'accident, jusqu'à en faire une blague récurrente même, et que tout le monde ait l'air d'oublier complètement cet état de fait jusqu'à ce qu'évidemment ça crée des situations drôles. Je pense à un personnage genre Todd dans Committed, en fait. Mais là non, on veut nous faire pleurer dans les chaumières lorsque la mère voudrait que son fils marche encore, on veut nous donner envie de voir les frères se réconcilier malgré toutes les blessures du passé, mais ça ne fonctionne pas drôle du tout, parce qu'en mangeant à tous les râteliers Brothers finit par n'être ni drôle ni triste.

La seule qui tire son épingle du jeu, c'est CCH Pounder qui comme souvent est très charismatique, mais exactement comme lorsque les annonces sur la série ont commencé à sortir, puis que le trailer a suivi, je me suis demandé ce qu'elle était venue faire dans cette galère. Courage, en continuant sur sa lancée, d'ici quelques épisodes la série devrait bientôt être annulée, et CCH Pounder retrouver le chemin du tournage d'une série qui la mérite.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Brothers de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 11:19 - Review vers le futur - Permalien [#]