ladytelephagy

Purple is the new black. Un blog qui parle de séries, c'est devenu assez habituel. La question, c'est : de quelles séries ? Séries méconnues, séries anciennes, séries japonaises... mais aussi séries récentes ! Venez, la téléphagie, c'est contagieux !

10-10-08

[DL] Murder One

Il y a du génie dans ce générique. Je ne sais que vous dire d'autre : du génie.
Je vois même pas pourquoi je devrais vous faire un speech : écoutez, et puis c'est tout. Non négociable.

MurderOne
Note : lien valable 30 jours minimum. Je reuploaderai si le lien est mort, mais seulement si vous postez un commentaire pour me prévenir !

Qui aurait imaginé un seul instant une musique de ce type pour une série comme Murder One ? La première fois que je l'ai entendue, certainement pas moi. J'imaginais que ç'aurait été sur mesure pour une série sur la Renaissance, plutôt... ou un truc un peu gothique, genre avec des dents. Mais ça ! Ca, ça m'a sciée.
Du coup j'ose à peine vous avouer que je n'ai jamais pu voir un seul épisode... mais dans ma Bible, j'ai attentivement tout lu, et je pense que je pourrais aimer.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture (oui, comme moi quoi) : la fiche Murder One de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 19:05 - Médicament générique - Permalien [#]

[DL] Cold Case

Il a été établi précédemment que j'étais de sexe féminin. Et pourtant, je reste relativement insensible à Cold Case. Peut-être parce que la série joue justement trop sur la corde sensible, de façon trop évidente, trop lourde. On sait tous que le final, par exemple, est obligé de faire chialer, obligé, et c'est ça qui me retient justement. J'aime pas quand on me pousse trop. Chialer devant la télé, j'adore, et je ne le dirai jamais assez, mais il faut que ce soit douloureux, presque brutal, pas qu'on vous tende le mouchoir bêtement en vous disant : "allez, pleure, va". Non, ça c'est trop facile.

ColdCase
Note : lien valable 30 jours minimum. Je reuploaderai si le lien est mort, mais seulement si vous postez un commentaire pour me prévenir !

Et à vrai dire, le générique est un peu comme ça, en fait. Mais bon, ça dure moins de 30 secondes, alors ça passe. Et puis... et puis les cordes, encore, encore et toujours.
Ha, ça me fait toujours marrer de voir Katheryn Morris avec son air de chien mouillé, à la fin... ah il est loin le temps de Pensacola, mais moi je m'en souviens de tes casseroles, ma grande, de l'époque où t'avais pas Bruckheimer pour camoufler la pâleur de ton jeu ! Tiens, d'ailleurs, vous le connaissez le générique de Pensacola ? Grosse marrade, ça aussi ! Mais musicalement, aucune chance de faire partie des réponses du jeu des génériques du moment...

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Cold Case de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 18:58 - Médicament générique - Permalien [#]

[DL] Boston Public

Le générique de Boston Public a raté sa vocation. Il aurait dû servir pour une série parlant, je ne sais pas, moi, des sixties par exemple, ou de Woodstock... non, mieux : une série qui parlerait des hippies qui partaient en pèlerinage à Katmandou ! Hélas cent fois hélas, une série de ce type n'existe pas [encore], mais heureusement, inutile de l'attendre pour profiter de cette musique absolument hors normes.

BostonPublic
Note : lien valable 30 jours minimum. Je reuploaderai si le lien est mort, mais seulement si vous postez un commentaire pour me prévenir !

Alors là pour le coup, je vous ai dit que le jeu des génériques portait sur des musiques qui remplacent avantageusement la consommation de substances douteuses, mais là je pense que ça va totalement de paire. Et non Monsieur l'agent, j'ai jamais rien fumé moi. Pas besoin, j'ai le générique de Boston Public ! Et ce, même s'il souffre visuellement d'un défaut récurrent dans les séries où David E. Kelley fait partie du staff : les gens qui causent. Qui marchent. Qui causent en marchant. Et là je dois dire que ça tue une grande partie du fun. Alors fermez les yeux, et imaginez qu'on ne parle pas d'un lycée sinistre des Etats-Unis, vous vous rendrez service.

Et pour ceux qui cherchent la paix mon frère : la fiche Boston Public de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 18:41 - Médicament générique - Permalien [#]

[DL] Milliennium

Dans le fond, j'ai beau dire, mais je reste une gonzesse. Et donc, j'aime les instruments à cordes, en particulier les violoncelles. Du coup, sitôt que commence le générique de Millennium, ma tête part en arrière et je bascule dans un autre monde.

Millennium
Note : lien valable 30 jours minimum. Je reuploaderai si le lien est mort, mais seulement si vous postez un commentaire pour me prévenir !

Par voie de conséquence, j'ai tendance à décoller le regard de l'aspect video de la chose. Sachez que j'ai tort. Bon, ça ne plaira pas à tout le monde, mais l'ambiance est intacte, à la fois angoissante et... étrangement calme. C'est un peu comme quand vous avez tellement peur que vos os semblent être des bâtons de glace, vous voyez ? C'est une peur glaciale, pas une simple panique de péquenaud. Le truc qui vous fait faire de vrais cauchemars, et le pire c'est que vous ne savez même pas pourquoi !

Millennium
... aaaah, Millennium... pourquoi France 2 t'a-t-elle tant maltraitée ?
Vous saviez que la série n'a commencé à se forger une mythologie solide que quand les créateurs de SPACE 2063 y ont mis la main à la pâte ?

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Millennium de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 18:22 - Médicament générique - Permalien [#]

[DL] Dr House

L'autre jour, j'ai improvisé un dîner et j'ai donc déballé des lasagnes vite fait (je devais écouter le générique des Soprano, encore). C'était sympa. Mais iriez-vous sciemment organiser une soirée comme ça ? Non, quand on prépare un dîner, on cuisine un peu, quelque chose. Eh bien Dr House, même chose : on tombe dessus, on ne va pas faire la grimace, c'est sympa quand même... mais je n'aurais jamais l'idée de me dire "ah tiens, ce soir c'est encore Dr House ! Je vais regarder ça !".

DrHouse
Note : lien valable 30 jours minimum. Je reuploaderai si le lien est mort, mais seulement si vous postez un commentaire pour me prévenir !

Et puis, VO comme VF ont de très bons génériques, musicalement parlant. Alors d'accord, les puristes s'exclameront que rien ne vaut la version d'origine ; vous prêchez une convaincue, j'avais le clip de Teardrops sur mon PC dans les jours qui ont suivi l'acquisition de mon chez moi informatique (oui-oui, avec le foetus ! dommage que depuis mon ancien PC soit mort). Mais avouez que l'ambiance est intacte, et surtout, c'est quand même d'un autre niveau que l'escroquerie sur le générique de LAX...

Et pour ceux qui... nan, vous vous moquez, là.

Posté par ladyteruki à 18:14 - Médicament générique - Permalien [#]

[DL] Eureka

Tiens, voilà le parfait exemple de série que j'ai plaquée à cause d'un mec. C'est déplorable. Surtout quand on sait que j'étais follement amoureuse de cette série quand je l'ai découverte, qu'en plus ma frangine regarde en intégralité (fait suffisamment rare pour être noté), et que, en plus, le générique est une perle. Franchement, c'est à se demander si j'ai toute ma tête.

Eureka
Note : lien valable 30 jours minimum. Je reuploaderai si le lien est mort, mais seulement si vous postez un commentaire pour me prévenir !

Si seulement j'avais le moindre don musical ! J'apprendrais par cœur à jouer ce petit air ! Nan mais, qui a besoin de substances chimiques quand on a ça pour décoller ? Je vous le demande. Et puis graphiquement, c'est génial aussi, astucieux, marrant, légèrement retro, bref que du bonheur.
Bon allez, c'est décidé, je reprends le pilote et je repars sur les routes qui mènent à Eureka !

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Eureka de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 18:04 - Médicament générique - Permalien [#]

[DL] Les Soprano

You talkin' to me ?
Comment ça mon intro est cliché ? Et alors, ça pose problème ? Vous savez que je suis d'origine italienne ? Bon, alors si vous ne voulez pas vous réveiller les pieds dans le béton, surveillez vos paroles... Nan mais ça y est, ça a une première réponse juste au jeu des génériques, et ça se croit tout permis. Vous cherchez la mort ? Faut faire soigner ça vous savez !

LesSoprano
Note : lien valable 30 jours minimum. Je reuploaderai si le lien est mort, mais seulement si vous postez un commentaire pour me prévenir !

J'ai jamais été archifan des Soprano. Ok, la vérité et rien que la vérité : j'aime pas du tout. Mais le générique... le générique ! Je pourrais l'écouter pendant des heures ; c'est suave et rythmé à la fois, et en boucle, ça fonctionne complètement. Et j'avoue que je ne m'en prive d'ailleurs pas.
J'ai une envie de lasagnes, là tout de suite, je sais pas pourquoi...

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Les Soprano de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 17:55 - Médicament générique - Permalien [#]

[GAME] Vous êtes en forme ? On remet ça !

Le retour du jeu des génériques ? Oui ? Bon allez, c'est bien parce que c'est vous, et que le weekend commence, tout ça tout ça.

Vous vous souvenez comment on joue ? Aucune des séries dont il faut deviner le titre n'a déjà vu son générique être posté ici, d'accord ? Et en prime, c'est thématique cette fois aussi, le sujet étant : des génériques dont la musique me fait planer. C'est à dire : le même effet qu'un joint, mais l'illégalité en moins. Enfin, un peu. Mais du coup, non, pour autant que je sombre dans un doux état second en l'entendant, le générique de Boomtown n'en fait pas partie, puisque je vous l'avais déjà fourni. Comme ça vous savez à peu près ce qu'on cherche !

Je suis sûre que vous pouvez trouver, et de toutes façons, comme l'autre fois, je vous donne des indices, d'ailleurs franchement ils sont faciles. C'est parce que c'est le weekend, vous comprenez ; on a tous droit à un peu de gloire rapide sans avoir à se triturer la cervelle.

1 - La série se passe à l'approche de l'an 2000 > Millennium
2 - La série a tourné au vinaigre dés la seconde saison > Invasion Planète Terre
3 - La série a été citée dans cet épisode de SeriesLive On Air > Murder One
4 - La série ne met pas en scène un personnage très sympathique > Dr House
5 - La série se déroule dans la cité des anges > Angel
6 - La série se passe à Boston > Boston Public
7 - La série montre au moins un fantôme par épisode > Cold Case
8 - La série a un docteur pour perso principal > Huff
9 - La série a plein d'italiens au générique > Les Soprano
10 - La série se passe dans une ville étrange et imaginaire > Eureka
Note : je n'ai jamais dit que j'aimais absolument toutes ces séries.

Allez, vous avez jusqu'à vendredi prochain, mais vu que vous êtes doués, je ne me fais pas de soucis, dimanche soir ce sera tout vu. A vous de ne pas faire mentir la confiance que je place en votre culture téléphagique...

Tiens au fait, on est vendredi, c'est jour de sommaire sur SeriesLive On Air ! Nan mais, moi j'dis ça, hein...

Posté par ladyteruki à 17:21 - Games On - Permalien [#]

Deux homards

Contrairement à bon nombre de filles déçues par la gent masculine, je n'ai jamais fantasmé sur le fait d'avoir un meilleur ami gay. Un ami est un ami, quelles que soient ses pratiques sexuelles (au début, j'avais pas prévu de le formuler comme ça, mais après j'ai commencé à concevoir que peut-être parmi vous se cachent des mineurs, et peut-être même des mineurs n'ayant pas encore une idée précise de leurs pratiques sexuelles à venir...).

Mais il faut quand même bien reconnaître que la perspective d'une relation à la Will & Grace est quand même drôlement alléchante. Et encore, peut-être est-elle encore trop ambiguë pour être parfaite.

Enfin bref, tout ça pour dire : attention, ya un second pilote en rubrique La preuve par trois aujourd'hui !!! Eh oui, trois captures, trois scènes, trois commentaires !

Will et Grace sont, définivement, ce que Phoebe Buffay appellerait des "homards" (on va voir ceux qui suivent).
C'est-à-dire deux êtres voués à passer leur vie à se tenir par la pince... c'est mignon, parfois trop fusionnel, mais définitivement le point fort principal de la série, le liant qui fait réellement la différence, qui, tout justement, a fait la différence pour Friends. La preuve en images, comme on dit.

WillandGrace_1
En guise de scène d'ouverture, ce dialogue téléphonique si intime qui nous plonge immédiatement dans la totalité de la relation entre les deux personnages principaux. C'est imparable, on a droit à tout : la tendresse, les blagues, les allusions sexuelles, et même deux répliques sur Urgences !!! ("Eriq LaSalle vient de sourire"/"Vraiment ?!"/"Non.") Parce qu'en plus ils sont téléphages ? Ce serait trop beau. Non, disons simplement que ces deux-là ont en plus des références popculture qui sont un véritable rafraîchissement, en plus de tout le reste. Bref cette introduction est d'une efficacité renversante, sans être artificielle, d'ailleurs dés le pilote, les deux interprètes sont d'un naturel assez incroyable dans leur relation, qui semble tout de suite très vraie. La scène où Will et Grace jouent avec leurs amis est évidemment éloquente à ce sujet.
PS : le coin télé chez Will est un paradis pour téléphage. Confortable, élégant, presque confidentiel, aussi... en un mot comme en cent, parfait. Comme je le disais récemment (en fait c'est ce qui m'a amenée à revoir le pilote), l'appart de Will est de toutes façons superbe.

WillandGrace_2
Will & Grace, c'est aussi... Karen. Si ces deux-là n'étaient pas le centre de toutes les attentions scénaristiques les plus intéressantes, définivitement, elle serait l'héroïne de la série. Quand j'ai vu le pilote pour la première fois, en VO, je suis aussi complètement mais complètement tombée amoureuse de sa voix. Ladite voix plus le look à la fois classique et sexy... tout-à-fait mon genre. J'aurais presqu'envie d'être lesbienne pour des nanas comme ça ! En plus, le personnage est excellent, exubérant et pince sans rire à la fois, tout en humour grainçant. Tout le monde trouve Jack hilarant, bah pas moi, moi c'est Karen et juste Karen. Jack lui sert juste à lancer des gags quand les deux homards font bande à part.

WillandGrace_3
Ya un truc quand même, qui m'agace prodigieusement, c'est quand les acteurs ont l'air de se marrer plus que nous. C'est exactement pour ça que je suis allergique à That 70s Show par exemple : je déteste voir les acteurs se marrer avant la fin de leur blague. Ce doit être super si on est sur le tournage, dans le public, d'avoir ce petit plus, cette connivence, mais quand on est devant l'écran, on n'a pas envie de ça. Or c'est un gros problème dans cette série, qui se produit très souvent notamment quand Debra Messing est dans le coin. Parfois c'est même un tue l'amour. Mais bon, on ne peut pas lui en vouloir de trouver la série drôle, juste lui en vouloir de ne pas nous laisser le découvrir en temps voulu.

Vous l'aurez compris, c'est un excellent pilote, même si Debra Messing est... disons, l'actrice qu'elle est, ça ne gâche pas le plaisir de voir ce couple hors du commun évoluer avec brio. On sent tout de suite très bien la relation entre nos deux héros, et Jack reste distrayant tandis qu'on se repait du charisme de Karen, bref un épisode idéal pour ouvrir la série, qui nous laisse complètement prendre la mesure de ce qui nous attend.
Ah vous auriez dû me voir, complètement en larmes, quand la série s'est finie. C'était pas joli à voir...

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture (et je sais qu'il y en a, mais je ne les forcerai pas à se dénoncer !) : la fiche Will & Grace de SeriesLive.
favicon

Posté par ladyteruki à 16:51 - La preuve par trois - Permalien [#]

Resistance is futile

J'ai toujours dit que Star Trek, c'était mieux d'écouter les fans en parler que de regarder. Il est très rare qu'une communauté de fans soit aussi enthousiasmante, et surtout de façon si contagieuse.

Franchement, quand la plupart d'entre nous regarde un épisode de Star Trek, n'importe lequel, de n'importe quelle série de la franchise, il a tendance au mieux à trouver ça très limité, au pire à se moquer ouvertement. On ne peut guère nous le reprocher. La forme que prend cette série, en dépit de plus de 40 ans de longévité, est sincèrement peu engageante pour les non-initiés.

Je ne dis pas ça à la légère : en plus de m'être fait un devoir de regarder le pilote de chaque série de ladite franchise, j'en ai aussi regardé un paquet d'autres, ainsi que des films, j'ai aussi lu deux des encyclopédies dédiées au sujet, et fait l'acquisition d'un recueil de citations, quasiment toutes séries confondues. Je me suis donc largement documentée sur le sujet avant de venir vous asséner cette pensée stéréotypée sur Star Trek ! Ainsi, j'ai regardé des épisodes (même si c'est l'un de mes ex qui a eu la garde des coffrets de Deep Space 9), lu de nombreuses choses sur le sujet, mais, voyez-vous, ce qui a été le plus décisif dans ma façon d'aborder Star Trek, ç'a été de voir et écouter les fans. Personne ne parle aussi bien de sa série préférée qu'un Trekker ou un Trekkie. Il y a en effet une certaine discussion interne autour du terme à utiliser pour nommer les fans de la franchise, mais notons que tous deux, bien que se comportant parfois en frères ennemis, partagent une passion sans commune mesure pour Star Trek, et c'est bien ça qui compte.
Sans aucune mesure, devrais-je dire en fait. Ainsi que j'ai pu le voir dans le documentaire Trekkies (eh oui, j'ai aussi une VHS pour ça, et je la regarde de temps à autres avec plaisir, en plus), le fan de Star Trek, que je nommerai ici Trekkophile pour couper court à toute forme de dispute, ne connaît pas la retenue.

En fait, de mon point de vue, le Trekkophile, c'est le téléphage ultime, celui qui ne cède pas un pouce de terrain au bon sens ou à la modération, qui se jette à corps perdu et ne fait pas marche arrière simplement parce que ça peut sembler bizarre ou extrême aux yeux du reste du monde.

Le Trekkophile, c'est donc, je l'ai dit, un bonheur de le regarder s'ébattre dans sa passion, et un plaisir véritable que de l'écouter en parler. Rares sont les communautés de fans si persistantes, si investies, si affectueuses, et si consommatrices, aussi. Mais tous ces braves gars un peu timbrés ont réussi, et ça tient quasiment du miracle, à concilier leur consummérisme et leurs valeurs.

Parce qu'il faut le souligner, les Trekkophiles de tous poils retiennent avant tout de leur série fétiche un certain nombre de valeurs ; là où le téléphage moyen (ne parlons même pas du simple spectateur) ne retient de sa propre série préférée qu'une affection pour les histoires, les personnages, ou même simplement une adoration pour les acteurs, le Trekkophile, lui, va déjà un cran plus loin, et si effectivement il a intégré tout cela, comme n'importe qui, et qu'il apprécie ces éléments avec, comme il se doit, un regard critique sur leur qualité, il est aussi doté d'un pouvoir supplémentaire : il est capable d'extraire d'une série une somme de valeurs humaines, et de s'identifier à elles. Parce que Star Trek, à écouter cette communauté, c'est avant tout un idéal de société, où chaque homme s'efforce de concilier sa nature profonde, imparfaite, parfois sombre, avec l'espoir d'une amélioration aussi bien personnelle que globale (la seconde passant indubitablement par la première). C'est, dans le fond, à cela qu'adhèrent Trekkers et Trekkies, y compris lorsqu'ils fouillent leurs fonds de tiroirs pour faire l'acquisition de la dernière version de tel écusson, de l'édition limitée de telle figurine, ou de quoi que ce soit d'autre, et le catalogue est de toutes façons trop long pour que je me lance dans une énumération.

Presque paradoxalement, c'est ce à quoi il aspire : une société qui lutte contre son matérialisme, sa violence, son individualisme, pour s'approcher au plus près d'un code de l'honneur qui espère guider l'homme vers une certaine droiture, en dépit des réflexes animaux qui le dominent parfois. A entendre les Trekkophiles, toutes générations confondues, Star Trek, c'est avant tout le combat de l'homme contre lui-même. La téléportation et les phasers en prime.

Ce qui est proprement hallucinant, c'est que nous, quand nous regardons cette série, nous ne voyons pas tout ça, mais alors pas du tout ! Nous voyons des plans serrés très scolaires, des dialogues bavards et inerminables, des pyjamas bicolores et des effets spéciaux qui vieillissent mal, même pour Enterprise. Ce n'est qu'une fois happés par le regard d'un Trekkophile comme dans un vortex que nous parvenons à toucher du doigt ces idéaux que la franchise semble véhiculer. Mais la plupart d'entre nous est vouée à y rester désespérément insensible.

Après des années de lecture, de documentation, et de visionnage, je ne suis toujours pas une Trekkophile. J'ai, honnêtement, vraiment, essayé d'adhérer à leur mouvement, parce que lorsqu'on lit ce qu'on lit, et qu'on entend ce qu'on entend, on ne comprend pas qu'on puisse voir ce qu'on voit.

Et parfois je ressens cette petite étincelle, moi aussi, fugacement, mais elle ne dure pas et je reste désespérément en-dehors du circuit, avec l'impression de n'avoir jamais vraiment compris. En dépit, par exemple, du plaisir que j'ai à lire et relire le recueil de citations des 4 premières séries de la franchise, et à y trouver une profondeur et une intelligence peu communes dans l'univers de la fiction télé, j'ai du mal à regarder la série avec le même regard d'ensemble et à être capable d'en extirper moi-même les perles de sagesse qui semblent la truffer. C'est comme ça, je ne verrai jamais le miracle. Mais j'admire, sincèrement, la faculté qu'ont ces fans à s'impliquer autant, et à voir plus que ce que l'oeil perçoit au premier regard. Même si parfois, il faut bien le dire, ça fait un peu peur.

Oui, Star Trek, c'est mieux d'écouter les fans en parler que de regarder. Sans quoi, on ne sait jamais, on pourrait devenir l'un d'entre eux...

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Star Trek de SeriesLive.

Posté par ladyteruki à 16:16 - 3615 My (So-Called) Life - Permalien [#]